Tag Archives: sorcière sorcier

Le Magicien d’Oz de L. Franck Baum

2 Fév

9782749116051FSLe fait de voir le magicien d’Oz à toutes les sauces ces derniers temps m’a fait comprendre que ce livre était un véritable classique aux Etats-Unis. Il ne fallait donc pas plus que la sortie de tout le cycle (une dizaine de romans en tout alors que jusqu’à maintenant nous n’avions que le premier) pour me décider à le lire.

En effet on connait tous les aventures de Dorothy grâce au film avec Judy Garland ou plutôt on croit les connaitre! Du coup, je vous annonce d’entrée de jeu que je ne vais pas ménager le suspens. Si jamais vous n’aviez jamais entendu parler du magicien d’Oz et que vous vouliez le découvrir par vous même, passez votre chemin!

Tout d’abord j’ai été assez surprise de lire un livre qui s’adresse vraiment aux enfants, d’ailleurs je me demande s’il est possible de trouver des versions peut-être pas intégrales mais illustrées pour les plus petits, tellement cette histoire est inoffensive! Ce qui est d’ailleurs le but de l’auteur, avoué dans sa préface où il dit qu’il faut ranger les contes parmi les classiques et qu’il n’est pas besoin de faire peur aux enfants pour leur offrir des histoires merveilleuses, ce qu’il appelle les nouveaux contes (j’ai la flemme de recopier son introduction, désolée!).

Et de fait, il ne se passe pas bien grand chose d’effrayant la dedans : la première méchante sorcière de l’est est tuée par accident quand la maison se pose sur elle, la gentille sorcière du nord vient déposer un baiser sur le front de Dorothy afin que personne ne puisse lui faire du mal pendant son périple jusqu’à la cité d’Emeraude et quand il faudra combattre la méchante sorcière de l’Ouest et bien un seau d’eau jetée sur elle la fait fondre…

Je suis par contre étonnée par le peu de présence du magicien d’Oz lui-même, même si le peu qu’on en voit pose les bases du film qui est sorti récemment sur lui.

Par contre, j’ai failli acheter ce volume et je ne regrette pas de l’avoir finalement emprunté à la bibliothèque car je ne suis pas plus emballée que ça par l’idée de lire la 2ème histoire… Comme je disais, ce livre s’adresse vraiment aux enfants et non aux ados comme on aurait pu le croire vu la présentation de cette nouvelle édition (plus le film de Disney de l’année dernière qui disons le est beaucoup plus effrayant que ce livre. Et là vous avez tout compris!!).

J’ai quand même beaucoup aimé la plupart des illustrations de Stéphane Levallois (mais pas toutes! 🙂 )

Maintenant je vais (re) regarder le film avec Judy Garland, je pense l’avoir déjà vu mais je n’ai vraiment pas trop de souvenirs…

Publicités

Trilogie Morgenstern T.3 : Sabbat Samba

14 Nov

Comme on dit si bien par chez nous  » quand l’éditeur a fait son boulot, c’est pas la peine de se répéter!! » Voilà donc le résumé éditeur : Bienvenue au dernier Sabbat… ce soir, c’est le Diable en personne qui reçoit. Lors d’un grand bal de magie noire, Roberta Morgenstern parvient à arracher Lilith, la fille du Diable, aux mains de l’impitoyable Camilla Banshee. Mais la petite est en danger de mort. Pour la sauver, Roberta et Grégoire Rosemonde entament une vaste course contre la montre, à la recherche des fondatrices de l’Air, de l’Eau, du Feu et de l’Éther… Lilith vivra-t-elle ? Banshee s’emparera-t-elle de l’enfant à temps pour son invocation maléfique ? Tout se résoudra au terme d’un combat final dont même la Pythie de Delphes ne peut prévoir l’issue.
Car le Diable est parmi eux depuis le début. Et il va enfin montrer son vrai visage.

(Résumé éditeur)

En même temps j’ai choisi un billet facile à faire pour ce soir (j’essaye de m’y remettre doucement!!) puisque j’ai déjà donné mon avis sur les deux premiers tomes de cette trilogie (ici et ici) et qu’à ce stade soit vous n’avez pas lu le début et du coup je ne vais pas vous parler en long et en large de celui-là, soit vous avez lu le début et je ne vais pas vous parler en long et en large de celui-là! Et oui, si vous avez lu les deux premiers vous devez être impatient de le lire et je ne vais donc pas gâcher votre plaisir!!

Tout ça pour dire que j’ai bien laisser passer le temps avant de le lire et que malgré ça et bien le début était assez intact dans mon petit cerveau et que les nouvelles aventures de Roberta et Grégoire Rosemonde ainsi que leur petite Lilith étaient toujours agréables à suivre et pas du tout redondantes, même si cette garce de Camillia Banshee avait toujours décidé de les anéantir!!!

Je reprécise que cette série existe en jeunesse et en adulte, ce qui est tout à fais justifié à mon avis!!

L’Atlas d’émeraude de John Stephen

29 Avr

Kate Michaël et Emma ont été abandonnés très jeunes par leurs parents et depuis ils vont d’orphelinat en orphelinat. Arrivé chez l’étrange Docteur Pym, dans un village désolé à côté d’une forêt mort et où les enfants sont absents, il vont faire une découverte qui va les précipiter dans le temps et dans les aventures : un livre vert aux pages vierges.

Si le prologue avec l’abandon des enfants ne m’avait pas emballé, aussi bien dans le style que dans la situation très peu originale, le début du roman m’a tout de suite accrochée avec les tribulations des enfants dans des orphelinats tous pire les uns que les autres et dignes de Dickens. L’arrivée dans le dernier va précipiter les choses et l’ambiance vire carrément à la désolation! Mais leur découverte va les faire voyager dans le temps et découvrir pourquoi ce lieu est comme ça et ils vont même essayer de faire changer les choses.

Ils tombent dans un univers de fantasy avec sorcière (je ne sais pas pour quoi elle m’a fait penser à celle du Magicien d’Oz dans les premières scènes. Je ne sais pas pourquoi parce que je n’ai aucune représentation mentale de cette sorcière, je sais seulement qu’elle est morte à la fin, ce qui est peu comme indice… Ça doit être l’ambiance générale qui m’y a fait penser.), nains, géants et magicien (ah, la méchante sorcière et le gentil magicien…)

Le tout est plutôt bien mené et, cerise sur le gâteau pour moi, les paradoxes temporels entrainés par les voyages dans le temps (oui, je ne savais pas très bien comment faire pour éviter les répétitions sur ce coup là!) sont mis en question par un des personnages, ce que j’ai trouvé bien vu car se sont toujours les questions que je me pose dans ce genre de situation!

Pour une première lecture ne avant première, c’est plutôt une réussite, j’ai trouvé ça bien et je réserve mon jugement pour la suite car c’est une trilogie donc à voir comment l’auteur gère ça jusqu’au bout. Je recommande pour des ados à partir de 12 à peu près, il n’est pas trop difficile (Faelys tu peux acheter pour ton CDI :).

Par contre je me pose un peu la question des livres qui sont de plus lancé comme des produits très commerciaux avec site internet dédié etc, et les « très attendu comme le prochain best seller » « déjà prévu à tant d’exemplaires aux Etats-Unis » etc… Je sais bien que l’éditeur espère trouver le nouveau Harry Poter mais du coup ça me fait me poser des questions sur le choix des textes : réels coup de cœur ou texte considéré comme sans danger et pouvant rapporter de l’argent?

En tout cas je remercie l’éditeur et l’attachée de presse pour l’envoi!

♥ L’équilibre des chants de Caroline Stevermer

7 Mar

Glasscastle. L’université des tours rêveuses et des cloches distantes, des professeurs pompeux et des étudiants agités, de l’architecture exquise et des pelouses qui peuvent vous étouffer jusqu’à la mort si vous marchez dessus sans autorisation. Sous les apparences tranquilles d’une université anglaise se cache une magie aussi ancienne que redoutable. Samuel Lambert, tireur d’élite, cow-boy, aventurier et ancien artiste de cirque, a été invité à Glasscastle pour contribuer avec sa sûreté de tir à l’archi-secret dispositif Azincourt. Les seuls dangers auxquels il s’attendait étaient le snobisme anglais et le thé à toutes heures de la journée. Mais de nombreux complots, intérieurs et extérieurs, menacent l’université de Glasscastle et les choses ne tardent pas à devenir bien plus excitantes que Lambert ne l’avait prévu ! (résumé éditeur)

J’ai retrouvé dans ce livre un personnage du précédent roman de cette auteure : Jane Brailsford et ce avec grand plaisir…

Tout d’abord, sachez qu’il n ‘y pas du tout besoin d’avoir lu L’équilibre des ancres pour lire celui-là. L’ambiance aussi est un peu différente, nous sommes ici dans une histoire plus anglaise (l’auteure est américaine, je le rappelle, mais ça ne se ressent pas), avec un peu de flegme britannique…

L’intrigue est assez enlevée, mais on n’en oublie pas pour autant l’heure du thé! D’ailleurs l’auteur a « également co-écrit avec Patricia C. Wrede trois romans épistolaires de fantasy, placés sous le signe de Jane Austen. » J’attends leur traduction française avec impatience!! Et je viens aussi de me rendre compte que c’est aussi dans cette présentation que j’ai entendu parler de Terri Windling, ce qui m’a poussé à prendre son roman quand je l’ai vu à la bibliothèque.

Sinon mon édition est toujours la première, celle qui est pleine d’horribles coquilles, mais normalement la réedition en un volume des deux romans et l’édition du Livre de poche sont corrigées.

D’ailleurs le titre du Livre de poche « Un étudiant de Magie » est bien plus correcte que celle des moutons électrique mais aussi beaucoup moins beau (et je ne vous parle pas de la couverture, vous pouvez en juger par vous même)

donc je vous le répète, je veux que vous lisiez ces deux livres sinon je vais finir par me vexer!!!

Et c’est ce livre qui commençait comme ça

♥ Les Collèges de Magie 1 : L’équilibre des ancres de Caroline Stevermer

27 Jan

Faris Nallanine est l’héritière du duché de Galazon, gouverné jusqu’à sa majorité par son « méchant » (c’est elle qui parle) oncle Brinker. En attendant elle va contre son gré à l’université de Verteloi , selon les dernières volontés de sa mère, d’après le méchant oncle Brinker, pour l’éloigner de chez elle afin de prendre le pouvoir d’après elle. Les élèves de ce collège deviennent ou pas des sorcières de Verteloi à leur sortie. La magie est en effet une alchimie complexe que certaines vont maîtriser et d’autres non.

Elle va nouer là-bas de précieuses amitié, comme Jane Brailsford, jeune lady anglaise toujours impeccable, et de sérieuses inimités. Son parcours va lui permettre de découvrir que son destin est peut-être encore plus grand que de régner en Galazon. Aidée de Jane, qui a décidément le sens des convenances et des chapeaux extravagants, et accompagnée des fidèles Reed et Tyrian, elle va traverser l’Europe afin d’accomplir son devoir, quel qu’il soit. Nous voilà transportés dans une Europe à moitié imaginaire et surtout baignée de magie-un peu, mais pas trop- dans laquelle l’équilibre des ancres doit être maintenu à tout prix pour que tout aille bien.

Ce livre avait été un vrai coup de cœur quand je l’avais lu à sa sortie (en 2006 si je ne me trompe pas) mais j’avais un gros bémol : l’état du texte qui laissait paraître de nombreuses coquilles, ce qui était très pénible à la lecture. Malgré ça j’avais tellement aimé que j’ai acheté plus tard ce roman, ainsi que la suite (même si ce livre se lit tout seul sans qu’il y ai besoin d’une suite). Je viens donc de le relire et je n’ai pas trouvé autant de fautes que dans mon souvenir pourtant le livre date de 2006. J’ai encore aimé ce livre et je vous le recommande d’autant plus qu’il est depuis sorti en poche (avec une couverture tout à fait affreuse mais j’espère avec les coquilles corrigées) et en intégrale chez les Moutons électriques avec une superbe couverture (mais toujours pareil, je ne sais rien de l’état du texte)

J’oubliais de préciser : si ce livre fait partie d’une série en deux tomes, celui-là peux très bien se lire tout seul, heureusement d’ailleurs car la première édition du tome un aux États-Unis remonte à 1994 et celle du deuxième à 2004…

Et sinon que dire de la traduction du titre A College of Magic qui est traduit par « les collèges de magie » alors que jusqu’à preuve du contraire College veut dire université et que nous avons bien une université dans cette histoire…

C’est de ce livre qu’étaient extraites ces citations