Archive | Vive la bibliothéque! RSS feed for this section

Gloutons et Dragons T.1 et 2 de Ryoko Lui.

7 Juin

Laïos et sa guilde parcourent inlassablement le Donjon en quête de pouvoir et de richesses. Mais là le temps presse car sa sœur s’est fait mangé par un dragon et il faut la libérer avant qu’elle ne se fasse digérer. Mais s’aventurer dans le Donjon demande de l’expérience mais aussi de l’équipement ! En effet, comment réaliser sa quête le ventre vide?

Depuis toutes ces années à en parcourir les labyrinthes, Laïos a l’intuition qu’ils pourraient se nourrir de ses créatures. D’ailleurs il a un livre de cuisine…

Voilà un manga un peu fou qui mixe deux genres : le manga culinaire et celui d’heroic fantasy. Chaque chapitre porte le nom d’une recette et il est question de pouvoir et de trésors à gagner. Il faut rajouter un soupçon de jeu vidéo car les personnages n’ont pas peur de mourir car ils peuvent resuciter facilement et ils parcourent le Donjon comme autant de niveaux d’un jeu qu’on peut faire et refaire.

J’ai lu les 2 premiers tomes sans me lasser mais l’intrigue étant carrément secondaire par rapport aux recettes, je ne sais pas ce que ça va donner à force !

À suivre donc…

Publicités

Oksa Pollock T.1 l’inespérée de Anne Plichota et Cendrine Wolf

16 Avr

Voilà un livre qui m’a intriguée, son état laisse voir de nombreux emprunts, mais qui m’a fortement déçue…

Oksa découvre qu’une partie de sa famille vient d’un autre monde, dont sa grand mère, qui en était la souveraine, a été chassée par un usurpateur. Elle le découvre à l’occasion de l’apparition de ses nouveaux pouvoirs, juste après un déménagement un peu précipité de Paris pour Londres.

J’ai été agacée à de nombreuses reprises dans ma lecture mais j’avais décidé d’aller quand même jusqu’au bout. Pourtant j’ai fini par arrêter à 100 pages de la fin, vers la page 500…

En effet, dès le début du livre, Oksa est confrontée à un méchant prof de sciences dont on devine vite qu’il n’est pas là par hasard. Lors de vacances chez un ami de sa grand mère (ou chez son grand oncle, je ne sais plus) il les attaque dans le but d’enlever ou de tuer Oksa, on ne sait pas trop… Et tout le monde découvre que ce prof est le fils de l’usurpateur, ce qui n’empêche pas Oksa de retourner au collège tranquille, et de même après qu’il ai de nouveau essayer de l’enlever/tuer dans le collège même ! (Oui vraiment je n’ai pas réussi à comprendre, il me semble qu’il a besoin d’elle pour faire quelque chose mais on dirait vraiment qu’il essaye de la tuer)

Alors je veux bien qu’un collégien s’identifie plus facilement à un collégien mais au bout d’un moment on ne comprend pas trop cette obsession à retourner à l’école !

Une série que je ne continuerai pas donc. Même si j’ai l’air de m’arrêter sur un détail, c’est que c’est ce qui me reste de plus présent à l’esprit après plusieurs semaines, d’autres choses ne m’avaient pas plu mais ça c’était la goutte d’eau qui m’a fait refermer le livre !

Et vous, vous connaissez ?

Maman! maman, j’ai mal au ventre! de Rémy Charlip et Burton Supree

10 Jan

maman j'ai mal au ventreMaman! Maman j’ai mal au ventre!

Auteur : Remy Charlip

Illustrations :  Burton Supree

Éditeur : Circonflexe

Qu’a donc cet enfant ? Qu’a-t-il bien pu avaler pour avoir si mal au ventre ? Le docteur n’est pas au bout de ses peines, ni de ses surprises ! Et qu’a-t-il fait de son chapeau ? Humour et fantaisie : la signature du grand Remy Charlip (résumé éditeur)

Voilà un album qui pourrait alimenter la réflexion sur le fait de donner à lire les classiques de la littérature de jeunesse à nos enfants (j’ai des contres exemple, je ferais peut-être un article un jour!!). En tout cas il alimente certainement la rubrique « merci aux bibliothécaires de faire un travail de mise en avant sur ce genre d’album que je n’aurais pas connu sinon »

L’intrigue, très simple tient en peu de mots : un enfant à l’appétit maladif se fait soigner par un docteur, qui découvre de plus en plus effaré et pour le plus grand plaisir du lecteur (enfant et parent en même temps!) tout ce qu’il a avalé! Et ce, jusqu’à la pirouette finale…

Cet album date de 1965 et il est encore étonnant de modernité. L’histoire commence dès la couverture et il est d’une drôlerie toujours actuelle. Les illustrations aussi sont intéressantes, avec les personnages en ombres chinoises, mais blanches) sur des fonds très colorés jusqu’à l’arrivée à l’hôpital où la mère, reste blanche sur la page de gauche et le médecin et l’enfant deviennent de vraies ombres noires sur la page de droite transformée en théâtre. Les objets sortis les uns après les autres et ensuite par paquet sont d’abord en ombre chinoise à droite puis sont dessinés « normalement » sur la page de gauche tandis que la mère s’émerveille de ce que lui lance le docteur( « Ma parole, c’est un lapin! Et voilà mon chapeau! je savais bien que je ne l’avais pas perdu! »)

Voilà un album qui nous apporte beaucoup de plaisir (à la base choisi par ma bientôt-6-ans car elle est sujette au mal de ventre) et qui ravi sans arrêt la 23-mois qui le réclame régulièrement…

On en est au 2ème emprunt à la bibliothèque et pas de doute qu’il va bientôt rejoindre la nôtre dans la série incontournable!!

Si vous voulez feuiller les premières pages, c’est par ici!