Tag Archives: Fée

Porcelaine, légende du tigre et de la tisseuse d’Estelle Faye

28 Fév

9782361830977FSChine, vers l’an 200. Xiao Chen est un comédien errant, jeté sur les routes par un dieu vengeur. Un masque à forme humaine dissimule son faciès de tigre, tandis que son cœur est de porcelaine fêlée. Son voyage va durer plus de mille ans. Au cours de son périple, il rencontrera Li Mei, une jeune tisseuse, la Belle qui verra en lui plus qu’une Bête. Celle qui, sans doute, saura lui rendre son cœur de chair. Cependant Brume de Rivière, fille-fée jalouse et manipulatrice, intrigue dans l’ombre contre leur bonheur.

Pendant presque quinze siècles, rivalités et amour s’entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice, sur fond de magie et de théâtre. (résumé éditeur)

Le challenge hivernal de Lhisbei est aussi l’occasion de rattraper certaines chroniques de livres lus depuis plusieurs mois mais dont je n’ai jamais parlé ici. Même si je pensais que c’était fait! Du coup je me rends bien compte qu’autant pour certains livres ça ne me pose aucun problème de faire mes chroniques bien plus tard autant pour d’autre c’est plus difficile, alors même que j’en ai un bon souvenir et serais tout à fait prête à me replonger dans un livre d’Estelle Faye…

Vous aurez bien compris que je n’ai en fait pas grand chose à dire sur ce livre mais que je vais le dire quand même!! 😆

Ce livre nous raconte une histoire d’amour à la manière des légendes d’autrefois, avec une action qui se déroule sur plus de 1000 ans. Le personnage de la jeune tisseuse est celui que j’ai le plus retenu et qui de fait est assez touchant par son obstination à reconquérir le cœur de son amoureux, rendu oublieux par la faute d’un sortilège (si je ne me trompe pas).

Une belle histoire donc que vous pouvez lire si vous aimez les histoires d’amour et les vieilles légendes! De plus les Moutons électriques nous offrent une fois de plus un bel objet, avec une couverture magnifique, ce qui ne gâche rien!!

91800431

Publicités

Galymède. Fée blanche, ombre de Thym de Maëlle Fierpied

3 Avr

9782211203791FSAprès Les Chroniques de l’université Invisible que j’avais beaucoup aimé, je n’ai pas beaucoup hésité quand j’ai vu Galymède en nouveauté.

Lancé sans lire le résumé, je découvre de suite un univers de fantasy urbaine qui me séduit direct! Galymède, fée quelque peu acariâtre est en train de virer au violet et risque bientôt de se transformer en fée noire, ce qui n’est pas pour déplaire à son ami le grand méchant Loup, qu’on appelle plus que Loup car il n’est plus que l’ombre de lui même. Tout ça à cause de nous, humains, qui ne faisons plus appel aux fées pour exaucer nos vœux et qui baignons dans la morosité.

Du coup, elle ne va finalement pas rester là longtemps dans notre monde car Mère grand va l’envoyer en mission en Féérie (d’ailleurs is ça vous intéresse, il y a une porte sur la tour Eiffel!) où elle devra accomplir un long voyage pour se retrouver en paix avec elle-même.

Je n’ai pas lâché ce livre du début à la fin (bien sûr c’est une image puisqu’il est très long et qu’en réalité je n’ai pas eu le choix!!:)) et j’ai été encore une fois séduite par cet univers féérique (même si j’ai eu l’ombre d’une déception de ne pas être finalement dans de la fantasy urbaine). J’ai trouvé marrante l’idée de mélanger les orques et les religions Maya (ou autre je suis très approximative sur le sujet!!) et de mélanger les personnages de conte et ceux qui sont plus de nature féérique. Et je ne vous donne pas la signification de « ombre de thym » car c’est resté très obscur pour moi pendant un moment mais quand j’ai trouvé, ça m’a paru évident!!

challenge-faerie-1_modifie-1

Les petites fées de New York de Martin Millar

7 Déc

Heather et Morag arrivent complètement bourrées chez Dinnie, piètre violoniste asocial et newyorkais. Elles ne savent pas trop comment elles sont arrivées là mais une chose est sure, elles étaient en train de fuir l’Ecosse après y  avoir provoqué un désastre comme elles savent si bien faire, on ne va pas tarder à s’en rendre compte… Leurs aventures sont un délire total, entre le roi des fées anglaises qui industrialise à tout va en opprimant son peuple et les rencontres explosives avec les fées noires, chinoises et italiennes de New York. Mais dans la résolution finale, tout le monde aura son rôle, de la SDF mythomane au metteur en scène de quartier, sans oublier bien sûr les fantômes…

Voilà un livre que j’avais gagné chez Cryssilda après qu’elle m’ait donné fort envie de le lire et je ne peux que l’en remercier car j’ai passé un vrai bon moment avec ce livre et je ne suis d’ailleurs pas la seule : Neil Gaiman adore, excusez du peu!

Une seule chose à ajouter : maintenant tout le monde a bien sûr envie de lire celui-là qui est sorti depuis…

Grand Guide du monde merveilleux qui vous entoure par Arthur Spiderwick

6 Nov

Vous connaissez tous les chroniques de Spiderwick, voici un livre qui s’inscrit dans le même univers : Pas de récit mais un livre sur les créatures merveilleuses. Ce qui guide mon choix quand j’achète un livre de ce genre (avant pour moi, maintenant plus souvent pour offrir aux enfants de mon entourage), ce sont en premier lieu les dessins et ensuite la présentation (le style vieux grimoire est un grand classique mais il fait toujours son effet!!!) et les textes.

Ici tout est réuni pour avoir un beau livre à feuilleter en regardant les dessins (parfois sur de grandes pages à déplier) et en s’attardant (ou pas) sur les textes. Il y a quand même une petite trame narrative avec les notes prises par Arthur Spiderwick sur son environnement et les nombreuses créatures magiques qu’il a croisé (ou pas). Le tout bien sûr retrouvé par Holly Black et Tony  Di Terlizzi… Voilà donc un ouvrage très classique mais tout à fait honnête à mettre entre toutes le mains!!

C’est marrant d’ailleurs quand on lit ce genre d’ouvrage de constater les changements de caractéristiques de certaines créatures quand certaines restent immuables…

La sèvre et le givre de Léa Sihol

9 Jan

Une fois n’est pas coutume, voilà la présentation de l’éditeur :

Trois fois les Parques ont parlé, et en accord avec leurs prophéties de ruine, Finstern, Roi de la Cour unseelie de Dorcha, doit mourir. Sauf si… Comme une dernière chance, ou un danger supplémentaire, des puissances contraires mettent au monde Angharad, née du printemps et de l’hiver, de l’élan et de la mort. Elle peut contrecarrer le destin de Finstern, ou le précipiter, et s’avance sur l’échiquier en Reine Blanche, porteuse du pouvoir de trancher entre des myriades d’intérêts divergents. Mais sans savoir quel est son destin, ni le prix qu’elle devrait payer pour écarter Finstern du sien. Au cœur des affrontements entre les fées d’Ombre et de Lumière, les Fatalités et les anciens dieux, Angharad cherche une voie qui lui soit propre, chacune de ses décisions engageant à la fois l’équilibre de la Féerie, et des Terres de Mortalité… Par Léa Silhol, auteure des Contes de la Tisseuse, Traverses et Il Etait une Fée, ainsi que des nouvelles du Dit de Frontier.

Et bien sûr il y a une raison, c’est que je n’ai pas fini ce livre… Dommage, l’histoire me plaisait mais je n’ai pas du tout accroché avec le style de l’auteur, style que je serais bien en peine de vous décrire d’ailleurs… en fait ce n’est pas vraiment un ton de roman, c’est plutôt un ton de légende ou quelque chose de vachement sérieux… En plus il est beaucoup question de tout un tas de fées différentes (et différents car il y a des hommes et des femmes bien sûr puisque nous avons affaire à un peuple) et de vocabulaire s’y rapportant que je suis loin de connaitre et maitriser, ce qui gâche un eu la lecture…

En plus, je trouve les personnages un peu trop détachés de leur histoire pour que je m’y implique moi-même!!

Pourtant, il me semble que ce roman a quand même été un événement à sa sortie et le fait qu’il soit sorti depuis en point fantasy n’a pas l’air de le contredire.. tant pis, celui-là n’est pas pour moi!! (mais ça ne m’empêchera pas de intéresser de près à  Fantastique fantasy science-fiction , Mondes imaginaires chez Autrement dont Léa Sihol est il me semble la coordinatrice et qui me fait de l’œil depuis longtemps à la bibliothèque)