Tag Archives: Bien Sans Plus…

Annie Sullivan & Helen Keller de Joseph Lambert

4 Jan

helen kellerNée en 1880 dans l’Alabama, la petite Helen Keller devient aveugle et sourde à l’âge de dix-neuf mois, suite à une maladie. Elle se trouve alors dans l’incapacité de communiquer avec son entourage, si ce n’est avec quelques gestes maladroits. Sa vie va être bouleversée l’année de ses six ans, quand ses parents engagent Annie Sullivan comme préceptrice. Elle-même malvoyante, celle-ci a appris à enseigner la langue des signes à l’Institut Perkins pour les aveugles.
Elle va prendre en charge l’éducation d’Helen Keller et, au fil des mois, réussir non seulement à établir un contact avec l’enfant, mais aussi à lui apprendre la langue des signes, puis l’écriture. Les deux femmes resteront amies à vie. Annie Sullivan et Helen Keller relate l’histoire de cette extraordinaire rencontre. Une véritable leçon d’humanité, magnifiquement dessinée par Joseph Lambert. (résumé éditeur)

J’ai pris cette bd en convoquant les souvenirs du roman lu quand j’étais ado, au moins deux fois il me semble… Et en fait j’ai fini par me rendre compte qu’ici Joseph Lambert a utilisé plusieurs sources qui ont l’air nombreuse sur ce sujet, ce dont je ne m’étais jamais rendu compte.

On insiste plus ici sur le caractère d’Anne Sullivan, orpheline et elle même ayant des problèmes de vue et dont je ne me rappelais pas qu’il était si mauvais !

Certaines représentions graphiques sont parfaites pour cette histoire, comme par exemple le fait qu’Hellen Keller évolue dans un monde sans signification malgré les efforts d’Anne pour la faire épeler en braille le nom de tous les choses qu’elle touche et le changement quand tout à coup un déclic se fait.

En revanche au niveau du scénario j’ai été un peu surprise de la façon abrupte dont cette histoire prend fin, avec la rupture d’Anne avec le directeur de l’institut où elle a été élevée, suite à une histoire de plagiat. J’ai même recherché immédiatement si la mention « Tome 1 » m’avait échappée mais non.

Donc cette histoire se concentre vraiment, comme indiqué dans le résumé, sur la rencontre entre ces deux personnages, la difficulté du début et la complicité qui vient peu à peu. Mais pas du tout sur l’histoire complète de la vie d’Helen Keller, d’où le titre qui contient bien leur deux noms et celui d’Anne en premier.

Du coup un bilan en demie teinte pour cette bd qui n’était finalement pas ce à quoi je m’attendais (mis j’avais qu’à faire attention, le titre et le résumé sont explicites!) et qui pourtant m’a plutôt bien plu et m’a intéressée, mais la fin est vraiment trop abrupte pour moi et le dessin ne m’a plu qu’à moitié! (allez, allez spécialistes de la BD à la rescousse pour une analyse plus sérieuse du côté graphique, je me sens vraiment limitée avec mes j’aime j’ima pas!!)

Publicités

Monsieur Pan de Kressman Taylor et Princesse Camcam

2 Nov

panMonsieur Pan

Kressman Taylor

Princesse Camcam

Tous les matins, lorsqu’il se réveille, Monsieur Pan a peur pour sa vie. Il a peur de se noyer, peur des insectes aux piqures mortelles, peur de la maladie qui, croit-il, le ronge… peur de tout! Et cette pensée l’obsède, jusqu’à en oublier que le monde autour de lui existe, jusqu’à en oublier l’essentiel… (Résumé éditeur)

Cette petite fable pour enfant écrite par K. Taylor raconte qu’il est important de s’ouvrir aux autres pour avoir une vie plus riche. Je fais simple, volontairement car j’ai trouvé cet album un peu simpliste. Le nom de l’auteur est bien évidemment à la base de mon choix de cet album, même si les magnifiques illustrations de Princesse Camcam n’y sont sont pas non plus pour rien. Malgré tout, et c’est le sentiment que j’ai eu pour les 3 albums de cette collection que j’ai eu l’occasion de lire, je suis un peu déçue. En effet l’histoire est finalement très attendue, même si l’on s’adresse à de jeunes enfants, et les dessins, tout magnifiques qu’ils sont, n’apportent rien de plus au texte il me semble. On est dans de l’illustration pure et je me suis habituée ces derniers temps à avoir une illustration qui me raconte aussi quelque chose en plus du texte. Mais ces dessins sont vraiment magnifiques et leur petit côté classique colle bien au texte. Enfin, l’âge indiqué (5 ans) est peut-être un peu trop bas…

Je ne résiste pas à partager avec vous celui-là que je j’affectionne tout particulièrement:

poiossonCrédit photo Princesse Camcam

Vous trouverez cependant des avis beaucoup plus enthousiastes chez Mr K et chez Clarabel

Mon superlivre de la politesse de Elisabeth Brami et Marie Paruit

29 Oct

politesseMon superlivre de la politesse

Elisabeth Brami

Marie Paruit

Editions Casterman

Miss Malpoli, tu exagères, tu es mal élevée et grossière, que comptes-tu faire ? Monsieur Poli, tu te tiens bien, et on ne te reproche rien, c’est super cool hein ? Si tout le monde était poli la vie serait plus jolie. A votre avis ? (résumé éditeur)

Ce livre se fonctionne par doubles pages, chacune avec un thème (être invité, dans la salle de bain, être discret) qui présente en regard le comportement de Miss ou M pas poli et celui de Miss ou M poli. L’idée est intéressante mais fait ressortir un constat de ma part : la politesse c’est subjectif. Si pour la plupart des thèmes je suis d’accord avec les choses énoncées, il m’est arrivé de me dire (et de dire à haute voix puisqu’on lisait avec ma grande) « tiens, on n’est pas poli nous »  et pour d’autres je suis carrément pas d’accord. Par exemple : Respecter les adultes  » Poli laisse passer en premier un adulte, sinon, c’est grossier. Et lorsqu’il ne connait pas il dit « vous », pas « tu » ou « toi ». Il s’arrange pour se tenir bien : un adulte ce n’est pas un copain. » Du coup ça pose le problème de l’âge de l’enfant (la collection est destinée « à tous ») car ma fille, à 5 ans tutoie tous les adultes, connus ou pas et d’ailleurs les adultes la tutoient, pourquoi ferait-elle autrement?

Ou alors le thème « Inviter des amis » « Quand Poli reçoit ses amis, il s’en occupe, il est gentil, met leurs manteaux dans la penderie, leur fait plaisir et les nourrit de gâteaux et de jus de fruits, joue avec eux jusqu’à la nuit » , tout ça me parait un peu excessif…

Par contre un bon point pour « Saluer quelqu’un : Si Poli rencontre un copain, il salue et lui tend la main, lui dit « bonjour, comment ça va? » et fait la bise aussi, des fois » qui va à l’encontre de la pratique qui consiste à vouloir toujours que les enfants fassent des bisous, même s’il n’en ont pas envie…

En bref, ce livre est intéressant mais il est surtout une base pour discuter « qu’est-ce que tu en penses toi? » pour parler de politesse avec les enfants mais c’est vrai que sur certains, j’ai été contente de pouvoir prouver à ma fille qu’on n’était pas les seuls à lui demander ce genre de choses!!

Carabosse, la légende des cinq royaumes de Michel Honaker

8 Mai

9782081307988FSCarabosse, la légende des cinq royaumes

Michel Honaker

Flammarion

En un instant l’ombre éclipse le soleil, au milieu des branches tortueuses aux feuilles grasses et triangulaires, émerge une jeune fille à la chevelure brune et au regard ténébreux. Le poison de l’amour déçu lui dévore l’âme. De sa sœur Léonore, qui lui a ravi son aimé, Carabosse jure de se venger : le fruit de leur amour mourra, le jour de ses dix-huit ans. Alors son sombre pouvoir jettera sur le Royaume terreur et désolation. les liens du sang tissent des haines plus féroces que toutes les autres… (4ème de couverture)

L’histoire de la Belle au bois dormant, tous le monde la connaît (ou croit la connaître, je ne suis pas sure moi-même de connaître une autre version que celle de Disney que je suppose édulcorée…). Mais sait-on pourquoi la fée Carabosse est-elle aussi méchante (rien à voir avec Orangina) et comme cela fini au delà du baiser et du « ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants »? Probablement personne, ce qui permet à Michel Honaker de l’imaginer et de nous le raconter…

Ce livre est composé de deux parties : d’abord la rencontre des parents d’Aurore, le roi de Bois Dormant et la transformation d’une jeune fille belle mais bossue et pleine d’aigreur en une fée maléfique puis la fameuse malédiction. Une seconde partie qui nous montre Lilas, la bonne fée, celle qui a transformé la mort en sommeil, à la recherche du prince qui pourra réveiller Aurore et sauver les 5 Royaumse car Carabosse ne se contente pas de sa malédiction, elle fait aussi régner la terreur…

Mon avis sur cette histoire est en demie teinte car autant j’ai suivi avec intérêt la 2ème partie, autant j’ai traîné un moment sur la première… Comme Cali (voir son avis ici) je ne saurais dire exactement pourquoi, si l’écriture y est pour quelque chose (j’ai buté dessus dans la 1ère mais pas dans la 2ème) ou bien les personnages, le trio Trublion, Hugo et Lilas étant plus attachants que le roi, la reine et la fée Carabosse. J’ai aimé cette idée de reprendre un conte connu et d’approfondir les tenants et les aboutissants mais j’ai trouvé l’auteur plus inspiré pour « l’après endormissement » que pour l’avant, comme si c’était cette partie de l’histoire qui finalement l’avait lui aussi plus intéressé!

Michel Honaker est un auteur très prolifique et dont j’ai déjà lu plusieurs romans avec plus ou moins de bonheur, par exemple Terre noire, les exilés du Tsar dont j’avais trouvé le style très intéressant et pourtant n’avais pas été plus emballée que ça par l’histoire ou Odyssée, la malédiction des pierres noires qui m’avait totalement embarquée!

Un avis beaucoup plus emballé par ici!

Bébé dragon veut sa maman de Orianne Lallemand

31 Mar

9782203080225FSBébé dragon veut sa maman

Orianne Lallemand et Marie Paruit

Casterman

« Bébé dragon sort de sa coquille. Mais… où est sa maman? Il faut la retrouver! »

Un œuf abandonné dans la forêt, qui est-ce? Un bébé dragon! Mais où est sa maman?…

Sur un scénario pas forcément très original mais classique et qui parle aux enfants, le lecteur va devoir aider bébé dragon à retrouver sa maman. C’est un livre jeu, destiné aux 2-5 ans, et qui est donc dans la lignée des livres destinés à cultiver plus tard une envie de lire chez les enfants.

En effet, depuis Bruno Munari il est établi (enfin j’espère!) que pour habituer dès le plus jeune âge les enfants aux livres, il faut leur en proposer dur un mode ludique afin de leur donner un sentiment positif envers l’activité lecture.

Alors évidemment on trouve de tout en passant par des livres encensés par la critique comme Un livre d’Hervé Tullet aux plus controversés livres dont vous êtes le héros.

Pour ma part je trouve ce genre de livre intéressant et en voilà un certes pas super original mais qui fait le job comme on dit et qui passe le test lecture maman/petite fille de 4 ans qui a beaucoup aimé sauver bébé dragon de l’écrasement par les éléphants et faire peur au tigre, deux choses qui sont tout à fait dans ses préoccupations du moment!

Il existe plusieurs titres dans cette collection, permettant à chaque enfant de choisir le thème qui lui parle le plus (là c’est moi qui ai choisi).

Et du coup comme il y a de plus en plus d’album sur ce blog, je vais être obligée de faire un index spécifique!! 🙂