L’Atlas d’émeraude de John Stephen

29 Avr

Kate Michaël et Emma ont été abandonnés très jeunes par leurs parents et depuis ils vont d’orphelinat en orphelinat. Arrivé chez l’étrange Docteur Pym, dans un village désolé à côté d’une forêt mort et où les enfants sont absents, il vont faire une découverte qui va les précipiter dans le temps et dans les aventures : un livre vert aux pages vierges.

Si le prologue avec l’abandon des enfants ne m’avait pas emballé, aussi bien dans le style que dans la situation très peu originale, le début du roman m’a tout de suite accrochée avec les tribulations des enfants dans des orphelinats tous pire les uns que les autres et dignes de Dickens. L’arrivée dans le dernier va précipiter les choses et l’ambiance vire carrément à la désolation! Mais leur découverte va les faire voyager dans le temps et découvrir pourquoi ce lieu est comme ça et ils vont même essayer de faire changer les choses.

Ils tombent dans un univers de fantasy avec sorcière (je ne sais pas pour quoi elle m’a fait penser à celle du Magicien d’Oz dans les premières scènes. Je ne sais pas pourquoi parce que je n’ai aucune représentation mentale de cette sorcière, je sais seulement qu’elle est morte à la fin, ce qui est peu comme indice… Ça doit être l’ambiance générale qui m’y a fait penser.), nains, géants et magicien (ah, la méchante sorcière et le gentil magicien…)

Le tout est plutôt bien mené et, cerise sur le gâteau pour moi, les paradoxes temporels entrainés par les voyages dans le temps (oui, je ne savais pas très bien comment faire pour éviter les répétitions sur ce coup là!) sont mis en question par un des personnages, ce que j’ai trouvé bien vu car se sont toujours les questions que je me pose dans ce genre de situation!

Pour une première lecture ne avant première, c’est plutôt une réussite, j’ai trouvé ça bien et je réserve mon jugement pour la suite car c’est une trilogie donc à voir comment l’auteur gère ça jusqu’au bout. Je recommande pour des ados à partir de 12 à peu près, il n’est pas trop difficile (Faelys tu peux acheter pour ton CDI :).

Par contre je me pose un peu la question des livres qui sont de plus lancé comme des produits très commerciaux avec site internet dédié etc, et les « très attendu comme le prochain best seller » « déjà prévu à tant d’exemplaires aux Etats-Unis » etc… Je sais bien que l’éditeur espère trouver le nouveau Harry Poter mais du coup ça me fait me poser des questions sur le choix des textes : réels coup de cœur ou texte considéré comme sans danger et pouvant rapporter de l’argent?

En tout cas je remercie l’éditeur et l’attachée de presse pour l’envoi!

Publicités

4 Réponses to “L’Atlas d’émeraude de John Stephen”

  1. faelys 29 avril 2011 à 21:03 #

    je note, mais il y a déjà tellement de séries en fantasy. Au CDI on en suit au moins 4 ou 5 toujours pas finies, dont Fablehaven, Triskellion ou autres..à quand un nouveau super one-shot? et moi aussi je commence à être rebutée par les déploiements commerciaux!

    • Loula 29 avril 2011 à 21:07 #

      voui c’est pas faux qu’on a déjà de quoi faire!!!

  2. Leiloona 30 avril 2011 à 07:06 #

    Ah ben j’espère que c’est un réel coup de coeur pour l’éditeur ! :/
    Je le lirai bientôt ! 😉

  3. bladelor 30 avril 2011 à 08:35 #

    Pas encore lu, toujours ma PAL. Contente de lire ce premier avis plutôt positif !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :