Tag Archives: Mais que penser d’un tel livre?

Le temps des disparitions de Susan Hubbard

15 Déc

9782211097635FSVoilà un livre bien étrange : quand je l’ai vu à la bibliothèque j’ai voulu l’emprunter tout de suite en me disant « ah oui, j’avais bien aimé le premier! » Mais ayant commencé à le lire je me suis rendue compte au fur et à mesure que je n’avais vraiment aucun souvenir du premier, si ce n’est qu’il y avait un incendie à la fin (oui, c’est léger… Bon je savais aussi que l’héroïne est une sorte de vampire quand même!). Bon au début je me dis j’ai oublié un truc ou deux, pas grave et plus j’avance dans l’histoire plus ça devient gênant…

Du coup je vais relire ma chronique sur le premier tome histoire de me remettre un peu ça en tête et là je me rends compte qu’en fait et ben non, je n’avais pas aimé tant que ça et que sinon j’ai oublié vraiment beaucoup de choses (genre elle ne connaissait pas sa mère et la retrouve dans le premier tome et aussi sa meilleure (la seule en fait) amie s’est fait assassiner sauvagement par l’assistant de son père…)

Alors je suis un peu perplexe : dans ce volume Ari est encore confronté à pas mal de choses, les meurtres et disparitions semblent se multiplier autour d’elle, elle va à l’université et se fait de nouveaux amis, elle découvre une nouvelle drogues aux effets étranges, les abeilles disparaissent…

Mon impression est un peu plus positive que pour le premier tome mais j’ai du mal à analyser ce que ce roman m’a fait ressentir. Il s’en dégage une atmosphère étrange pas forcément déplaisante mais j’ai encore l’impression qu’on ne m’a donné ni les tenants, ni les aboutissants et je commence à me demander si je les trouverais dans le 3ème et dernier tome!

Il y a aussi un discours écologique qui devient un peu lourd sur la fin. Et je reste très perplexe sur les « à partir de 12 ans » ou « à partir de 14 ans » que j’ai vu pour les livres de cette série, quand Tiphanya parle de jeunes femmes cultivée pour public de ces romans, ça me parait plus probable!!

Publicités

Scott Pilgrim Precious little T. 1 de Bryan Lee O’Malley chez Milady

10 Mai

9782811203238FSLa vie de Scott Pilgrim est géniale. II a vingt-trois ans, il joue dans un groupe de rock, il est « entre deux boulots », et il sort avec une mignonne petite lycéenne. Tout est fabuleux jusqu’au moment où une livreuse en rollers nommée Ramona Flowers, sérieusement atomique et dangereusement trendy, commence à traverser ses rêves et à le croiser à des fêtes. Mais le chemin qui mène à Mlle Flowers n’est pas couvert de pétales de roses. Ses sept ex-petits amis maléfiques barrent la route du véritable bonheur de Scott. Pourra-t-il vaincre les méchants et gagner le coeur de cette fille sans chambouler intégralement sa précieuse petite vie? (résumé éditeur)

Attention, là on est dans une bande dessinée plutôt ovni! D’abord c’est une bd canadienne publiée dans un format manga.

Ensuite on a l’impression d’être dans un univers ordinaire, Scott, sa vie de glandeur de 23 ans, sa passion pour la musique, ses amours et Paf d’un coup sans prévenir et sans rien nous expliquer, l’auteur place des élément pour le moins extraordinaire. Par exemple quand lors d’une de leurs premières rencontres Ramona parle d’autoroutes subspatiales, mais je préfère vous livrer ce dialogue commencé par Ramona!

« Non, non, c’est juste que tu vois, il se trouve que cette autoroute subspatiale hyper pratique passe par ta tête. On fait genre trois bornes en quinze secondes, et en passant par ta…

-Attends, heu… Quoi? Autoroute? Subspatiale?

-Ben ouais… Quoi? Huh?

-Tu… Tu parles comme une folle?

-On n’apprend pas ça dans les écoles canadiennes?

-Tu peux développer?

-C’est comme… se déplacer rapidement? Les autoroutes subspatiales?

-Comme dans super Mario 2?

-Hmmmmm…. Non. C’est franchement pas comme ça du tout.

-Oh… Ok.

-Vous devez pas connaître ça au Canada, c’est tout. Je me demandais pourquoi elles étaient toujours vides ici.

-Et donc, heu… T’es américaine, donc?

-Ouais? Pourquoi, j’ai l’air agressive, c’est ça? »

 

Et je ne parle pas de quand débarque le premier ex-petit ami et que Scott avec son groupe au grand complet se mettent immédiatement en formation de combat!

Je dois avouer qu’au premier abord j’ai été un peu déstabilisée par cette bd, d’abord parce que je n’avais pas lu le résumé ou alors il y a assez longtemps pour l’avoir complètement oublié et ensuite parce que le dessin. Oui, oui, le dessin… Je trouve que son côté super minimaliste fait carrément brouillon par moment et pour tout dire, j’ai eu du mal à reconnaître Scott d’une case à l’autre, ce qui est gênant pour un héros quand même… Surtout que ça laisse un certain flottement dans la lecture quand tout à coup on ne sait pas qui parle ou bien est en train de faire quelque chose.

 

Mais c’est quand même une bd que j’ai aimé découvrir, même si en la refermant mon premier commentaire a été « c’est n’importe quoi », en même temps, n’importe quoi c’est pas forcément négatif, ça peut aussi être très positif! Mais bon mon avis est réservé et il faudrait que je lise les 5 derniers tomes pour pouvoir le parfaire!

Le format aussi est déroutant car je m’attendais à un truc pour ados alors que ce n’est pas forcément le cas.

May le monde de Michel Jeury

21 Oct

May est une petite fille très malade, peut-être va-t-elle mourir bientôt et c’est pourquoi les quatre locataires de la maison ronde sont venus lui tenir compagnie. Elle vit avec son Granp’ à la Magerie et imagine un mondo bono où il y aurait moins d’humain et plus d’animaux, surtout des oiseaux et des oiseaux chemises car le monde dans lequel elle vit est quand même un peut chiteux par moment, un tutain de monde pourri par les humais. Mais elle n’est pas la seule dans cet univers étrange et envoûtant où tout le monde change, pour le meilleur ou pour le pire car un monde sans changement serait quand même un bi ennuyeux, non? Alors les chapitres sont intitulés du nom du personnage principal et du monde dans lequel il évolue. Heureusement le docteur Goldberg et les Angels de Sister Naya veillent…

Que dire, que dire… j’ai été tout de suite extrêmement séduite par ce livre avec son langage un peu différent du notre qui nous introduit tout de suite dans un autre monde mais qui est si semblable qu’il n’y a aucune difficulté à la comprendre et même si pendant la moitié du livre j’avais l’impression que quelque chose m’échappais qui m’empêchait de tout comprendre, c’était pas loin, je lavais sur le bout de la langue ou dans un coin du cerveau et ça allait venir… Mais finalement rien n’est venue et j’ai été très déçue par la fin qui n’en pas vraiment une et qui fait que je trouve que ça manque de … de quoi je n’en sais rein, je n’ai pas vraiment assez d’imagination pour ça mais j’attendais clairement quelque chose…

En plus l’allusion, pourtant très courte mais qui revient justement à la fin aux camps de la mort de la 2nd GM m’a laissé plus que perplexe et vraiment, je n’ai pas compris!

Partenariat BOB, merci à eux et aux Éditions Robert Laffont pour l’envoi du livre.

un autre avis très négatif ici mais vous en trouverez plein d’autres!!

Le jeu lugubre de Paco Roca

14 Sep

En 1936, un jeune homme est embauché par le célèbre peintre Salvatore Deseo pour lui servir de secrétaire. Il le rejoint dans un petit village de pêcheurs  où l’hostilité à l’égard du peintre est palpable.

Ce récit est court mais assez hallucinant, on ne sait pas si on est dans le cauchemar ou dans la réalité, la prise de drogue n’aidant pas!

Il est inspiré à Paco Roca par un livre écrit par le secrétaire en question et qui n’est pas bien resté bien longtemps sur place.

Je ne sais pas trop quoi penser de cette bd, le peintre est décrit comme ayant existé et je viens de lire sur le blog de Choco qu’il est en fait inspiré par Salvatore Dali et que le fameux livre est en fait un procédé narratif! Me voilà donc mystifiée… 🙂

Les Bienveillantes de Jonathan Littell

31 Oct

9782070350896Ouf! Me voilà venue à bout de ce pavé de presque 1400 pages (et écrit petit en plus!!). Il m’aura fallu deux mois et évidemment, pas une lecture continue, d’abord parce que des fois j’ai des obligations de lecture et ensuite parce que vers la page 700 ou 800 (il me semble, vu le nombre on n’est pas à 100 pages près!!) le besoin de faire une pause s’est fait ressentir.

En effet, le sujet est quand même pesant et le personnage est en plus assez malsain par moment, ce qui donne une atmosphère étouffante!!

J’ai quand même lu avec intérêt ce livre qui suis un officier SS dans l’évolution de ses missions et de sa promotion suite à ses succès. Il est inhabituel de voir la Seconde Guerre Mondiale du point de vue d’un national socialiste convaincu.

Ce qui m’a plus gêné ce sont les passages concernant la vie personnelle du héros, vie très compliquée, avec gros ressentiment envers sa mère après la disparition  de son père, avec une passion incestueuse pour sa sœur qui le conduit à l’homosexualité (ce qui manque de lui causer de gros problèmes dans la SS) et des pulsions meurtrières et des délires sexuels assez pesant (qui peuvent durer jusqu’à trente pages). J’aurais été plus à l’aise sans ces longs passages, même s’ils ne sont pas une majorité dans le roman.

En plus il tient (le personnage, qu’en pense l’auteur?) beaucoup de propos sur les femmes, leur fragilité, leur sexe, etc qui m’ont complètement gonflée.

Reste que je ne sais pas ce que l’auteur à voulu me dire sur cet être visiblement malade et sur son engagement politique. Il faudra que je me renseigne dessus, mais c’est sûr que c’est une lecture qui ne laisse pas indifférent et surtout qui appelle à se plonger dans un livre d’histoire pour éclaircir certains points!

Mon prochain pavé (mais pas pour tout de suite!!) c’est Belle du seigneur, j’ai vérifié, il ne fait « que » 1100 pages et c’est écrit plus gros!! :-p