L’épouse de bois de Terri Windling

28 Fév

Maggie Black est écrivain, auteur d’études sur des poètes. Elle apprend qu’un de ses plus anciens correspondants, David Cooper, vient de mourir en lui laissant tous ses biens en héritage. Maggie décide d’aller s’installer dans l’ancienne maison de Cooper, pour enfin s’atteler à la rédaction d’une biographie du grand écrivain. Mais elle n’avait pas prévu que Cooper habitait en plein désert, dans les montagnes de l’Arizona (près de Tucson). Là, la vie n’a pas le même rythme qu’ailleurs. Les choses sont plus pures, les formes plus essentielles, les mystères plus profonds… Pourquoi Cooper est-il mort noyé dans un lit de rivière asséché ? Pourquoi des coyotes rôdent-ils autour de sa maison ? Qui est l’étrange fille-lapin qui s’abrite sous les grands cactus ? La magie de ces collines désertiques est puissante, Maggie Black devra prendre garde à ne pas y perdre la raison — ou la vie. (résumé éditeur)

Maggie est une fille de la ville, même si elle a l’habitude de changer radicalement de cadre de vie. Elle va découvrir et se laisser séduire peu à peu par le bout de désert dans lequel elle a hérité une maison. Son travail sur le poète mort qu’elle admire va la conduire à s’imprégner de la nature qui l’environne et à en découvrir les secret, avec l’aide des (quelques) habitants des environs.

L’atmosphère de ce livre est tout simplement magique, j’ai adoré rentrer dans cet univers qui m’a fait penser à des livres de Jim Harrison ou Barbara Kingsolver mais avec une dimension magique incarnée par les esprits de la nature environnante qui ne sont ni bons ni mauvais. Au fil de cette lecture on se laisse imprégner vraiment pas cet endroit et on a presque envie d’aller s’installer dans le désert!!

Il est aussi question d’art, d’inspiration et ici elle sera beaucoup en rapport avec la nature, mais vous trouverez des gens qui en parlent mieux que moi dans les liens que j’ai mis en bas du billet!!

Je ne suis pas loin du coup de cœur, même si j’ai été prodigieusement agacée par les descriptions vestimentaires des personnages, surtout féminins, une fois qu’elle avait dit que Maggie ne s’habillait que de noir et avec des vêtements d’homme, je pense qu’on aurait pu facilement se passer de savoir qu’elle avait une veste Armani à tel moment et des bottes je ne sais pas quoi à tel autre. Sa voisine qui a des goûts vestimentaires assez improbables aussi, je n’ai trouvé aucun intérêt à savoir qu’elle avait une jupe vintage à ce moment là de l’action…

Mais c’est vraiment le seul bémol et heureusement il n’a pas gâché le plaisir que j’ai pris à lire cette histoire que je vous recommande chaudement et qui pourrait certainement rentrer dans le cadre du swap que vous allez découvrir demain!! 🙂

D’autres avis ici ou

Publicités

9 Réponses to “L’épouse de bois de Terri Windling”

  1. bladelor 28 février 2011 à 20:59 #

    Il faut croire que c’est à la mode de citer des marques de vêtements dans les descriptions des romans et il est vrai que c’est agaçant. Je note ce titre qui m’intrigue et la couverture me fascine.

    • Loula 28 février 2011 à 21:03 #

      J’ai oublié d’ailleurs de préciser que cette couverture joue son rôle dans le roman, ce qui est une bonne idée je trouve!

    • Loula 28 février 2011 à 21:35 #

      Et en plus, je trouve que le fait de donner des marques et de parler de vêtements vintage datent le roman qui aurait pu l’être beaucoup moins sans ça!

  2. GeishaNellie 2 mars 2011 à 19:25 #

    La couverture est vraiment très belle et l’histoire fantastique me plaît beaucoup.

    • Loula 2 mars 2011 à 22:07 #

      J’ai vraiment beaucoup aimé, tu devrais te laisser tenter!!

  3. Leiloona 13 mars 2011 à 08:47 #

    En tout cas, la couverture donne envie de plonger dans ce livre ! 🙂

Trackbacks/Pingbacks

  1. L’équilibre des chants de Caroline Stevermer « Loula, il était une fois… - 7 mars 2011

    […] présentation que j’ai entendu parler de Terri Windling, ce qui m’a poussé à prendre son roman quand je l’ai vu à la […]

  2. Winter Mythic Fiction | Loula, il était une fois... - 2 janvier 2014

    […] L’épouse de bois de Terri Windling […]

  3. WINDLING Terri – L’épouse de bois | Livrement - 23 janvier 2015

    […] prophétie des ânes (Cornwall), Les histoires de Lullaby, Loula il était une fois… et Nevertwhere ont aussi entendu le chant des coyotes. […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :