Sans âme de Gail Carriger

11 Jan

Alexia Tarabotti présente un gros défaut : elle est de père italien. Ce qui suffit à expliquer qu’elle soit devenue vieille fille. Pourtant elle a une particularité étonnante, elle est sans âme, ce qui lui permet d’annuler les pouvoirs des créatures fantastiques. Ah oui, parce que dans son univers victorien, on ne prends pas juste le thé, on vit avec des vampires et des loups-garous. Et justement un problème préoccupant arrive sous les traits d’un vampire affamé qui se jette sur elle pour la mordre, sans sembler connaitre sa particularité (ni même l’existence de cette particularité d’ailleurs) et alors qu’ils n’ont même pas été présenté ni qu’il ne demande la permission!

Vous comprendrez bien à quel point c’est inconvenant… Mais surtout, ce qui est intéressant c’est que ça va plonger Alexia dans des aventures sans fins, et surtout dans des flirts sans fins avec le brutal Lord Maccon (et pas seulement, il est aussi écossais et loup-garou…).

Trouvé sur le blog de Lhisbei, lu et chroniqué dans le cadre du Winter Time Travel (dont je maintiens qu’il devrait se concentrer sur les voyages dans le temps mais personne ne m’écoute). J’ai lu quelque part que c’était du Harlequin haut de gamme et je dois avouer qu’il y a quand même un peu (beaucoup) de ça…

J’ai en effet adoré suivre Alexia qui a beaucoup d’humour mais reste toujours imperturbable et pince sans rire (elle n’est pas pour rien une lady victorienne) et ma foi, les scènes de flirt plutôt poussé-mais en toute innocence, attention, Alexia n’a jamais connu d’homme, elle ne sait pas ce que c’est! Alors un loup-garou…)- et bien je dis pourquoi pas!

J’avais promis à Lhisbei le point de divergence précis, mais vu que je ne l’ai pas noté quand je l’ai lu et que je suis bien incapable de le retrouver, je vais rester plutôt floue : sous le règne d’Elisabeth I (en tout cas je crois), l’existence des vampires et des loup-garous a été reconnue officiellement et ils ont depuis une place dans la société. Bah oui, la différence avec notre monde c’est que nous on n’a toujours pas reconnu ces créatures, c’est clair?

Bref, une lecture divertissante et prenante, que j’avais pris à tort pour une lecture jeunesse… Et bien non!!

Publicités

4 Réponses to “Sans âme de Gail Carriger”

  1. Manu 11 janvier 2012 à 16:20 #

    Je l’ai acheté récemment, alléchée par les bons commentaires. Le côté un peu harlequin ne me fait pas peur.

  2. bouma 12 janvier 2012 à 11:03 #

    oh non ! de la vraie bit-lit pour adultes ! le deuxième tome m’attend dans ma PAL, une lecture surement intéressante aussi.

    • Loula 12 janvier 2012 à 20:08 #

      Et moi qui n’aime ni la bit lit ni les harlequin (qu’elle prétend!!) et bien je vais me jeter avec délice sur la suite que j’envisage même d’acheter, c’est dire!!!

Trackbacks/Pingbacks

  1. Winter Time Travel - Terminus - RSF Blog - 6 novembre 2014

    […] : Sans âme de Gail Carriger, Chasseurs de ptérodactyles de Brendan Leach, Q84 – Livre 1 : Avril-Juin de […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :