Oksa Pollock T.1 l’inespérée de Anne Plichota et Cendrine Wolf

16 Avr

Voilà un livre qui m’a intriguée, son état laisse voir de nombreux emprunts, mais qui m’a fortement déçue…

Oksa découvre qu’une partie de sa famille vient d’un autre monde, dont sa grand mère, qui en était la souveraine, a été chassée par un usurpateur. Elle le découvre à l’occasion de l’apparition de ses nouveaux pouvoirs, juste après un déménagement un peu précipité de Paris pour Londres.

J’ai été agacée à de nombreuses reprises dans ma lecture mais j’avais décidé d’aller quand même jusqu’au bout. Pourtant j’ai fini par arrêter à 100 pages de la fin, vers la page 500…

En effet, dès le début du livre, Oksa est confrontée à un méchant prof de sciences dont on devine vite qu’il n’est pas là par hasard. Lors de vacances chez un ami de sa grand mère (ou chez son grand oncle, je ne sais plus) il les attaque dans le but d’enlever ou de tuer Oksa, on ne sait pas trop… Et tout le monde découvre que ce prof est le fils de l’usurpateur, ce qui n’empêche pas Oksa de retourner au collège tranquille, et de même après qu’il ai de nouveau essayer de l’enlever/tuer dans le collège même ! (Oui vraiment je n’ai pas réussi à comprendre, il me semble qu’il a besoin d’elle pour faire quelque chose mais on dirait vraiment qu’il essaye de la tuer)

Alors je veux bien qu’un collégien s’identifie plus facilement à un collégien mais au bout d’un moment on ne comprend pas trop cette obsession à retourner à l’école !

Une série que je ne continuerai pas donc. Même si j’ai l’air de m’arrêter sur un détail, c’est que c’est ce qui me reste de plus présent à l’esprit après plusieurs semaines, d’autres choses ne m’avaient pas plu mais ça c’était la goutte d’eau qui m’a fait refermer le livre !

Et vous, vous connaissez ?

Publicités

Coudre le Maëlle

5 Avr

Il n’aura pas échappé à ceux qui me suivent sur Instagram que je me suis mise à la couture. Depuis à peu près 2 ans mais là ça devient sérieux… 😉

Je vous présente donc ma dernière cousette, le Maëlle issu du livre coudre le stretch de Marie Poisson

J’ai choisi le Maëlle car je voulais un t-shirt à manches raglan… Bon normalement c’est un sweat donc j’ai raccourci les manches mais pas assez. Ceci dit je l’aime bien comme ça !

Je suis assez contente de mes finitions, rien à voir avec la première fois que j’ai cousu du Jersey !

Admirez ces magnifiques ourlets à l’aiguille double :p!

La chose qui me trahis encore, c’est l’encolure…

Mais il y en aura un autre, plus court, plus près du corps et aussi les manches plus courtes (là je les avais coupées à la ligne de coude)

Et ce magnifique jersey viens de chez madmoizelle fourmi, gros coup de cœur du mois de septembre !

10 ans, la mort du blog ?

5 Mar

J’ai reçu un mail en janvier m’annonçant les 10 ans du blog. Je me suis dit que c’était plutôt fini, il n’y a qu’à regarder mes stats de publication pour s’en rendre compte !

Et finalement, quelqu’un m’a parlé de l’application et je me suis dit que ça pouvait encore lui donner une chance !

En effet, je publie surtout mes photos sur Instagram et je suis atteinte d’une flemme aiguë quand il s’agit de transférer des photos sur mon ordi et de les publier sur le blog. Si tout est au même endroit, ça va peut-être être plus facile, qui sait!

Alors, à bientôt peut-être !

Coquelicots d’Irak de Lewis Trondheim et Brigitte Findakly

16 Avr

Coquelicots-d-IrakJ’ai reçu cette bande dessinée dans le cadre de l’opération de Priceminister « 1 blog, 1 bd ».

Quand j’ai vu ce titre, j’ai forcément pensé à l’Arabe du futur de Riad Satouff mais ici rien à voir. Forcément, le style est différent, les personnages de Lewis Trondheim sont très minimalistes et on n’est pas dans un long récit autobiographique très construit mais dans une succession des scènes plus ou moins longues, ponctué de photos souvenirs…

Si cela m’a déçue au début, en fait la lecture est agréable, on apprend pas mal de choses mais j’aurais aimé en savoir plus. Je suis trop curieuse!! Mais ces petites histoires me font quand même rentrer dans l’histoire familiale de Brigitte Findakly dont la mère a rencontré un étudiant irakien à Paris avant de le suivre en Irak et d’y passer une grand partie de sa vie. Ils finissent par venir s’installer en France quand la situation ne leur parait plus tenable en Irak. Il y a finalement pas mal de pudeur dans ce récit…

Puisqu’on me demande une note la voilà : 15/20

Si vous voulez d’autres avis, filez chez Mo, comme toujours!!

 

Bonne année! (si si, j’ai encore le droit)

30 Jan

Bon, depuis le temps que je dois faire cet article, je sens que si j’attends encore demain, je vais louper le coche!

Alors je vous souhaite à toutes et tous une excellente année de lecture! (en plus du coup, si tard dans le mois, vous ne vous y attendiez plus!)

En plus mon blog a fêté ses 9 ans il y a peu (en incluant son ancienne vie sous forme d’un blog overblog)

Je tenais aussi à vous dire que l’année dernière j’avais pris la ferme résolution d’écrire plus d’articles que l’année précédent et bien sachez que cette résolution a été tenue à un cheveux : 17 articles en 2016 contre 16 en 2015.

Je reconduis donc cette résolution! :p Et j’y rajoute une participation plus active au défi gravure de Chlouwy car il faut bien que je justifie l’achat de toute cette gomme, non?

Je rajoute aussi une résolution de rencontre IRL, oui oui et de correspondance traditionnelle à la main et avec du papier et tout et tout! (oui c’est plus facile car j’ai déjà la correspondante, plus qu’à me mettre devant une feuille!).

Je prends aussi la ferme résolution de ne pas faire d’enfant cette année, n’insistez pas, ce n’est pas la peine!

Voilà. Vous le sentez vous aussi que j’ai besoin de dormir?

Bonne nuit…