Vous parler de ça de Laurie Halse Anderson

22 Jan

vousparlerVous parler de ça

Auteur : Laurie Halse Anderson

Éditeur : La belle colère

Melinda Sordino ne trouve plus les mots. Ou plus exactement, ils s’étranglent avant d’atteindre ses lèvres. Sa gorge se visse dans l’étau d’un secret et il ne lui reste que ces pages pour vous parler de ça. Se coupant du monde, elle se voit repoussée progressivement par les élèves, les professeurs, ses amis, et même ses parents. Elle fait l’expérience intime de la plus grande des injustices : devenir un paria parce que ceux dont elle aurait tant besoin pensent que le mal-être, c’est trop compliqué, contagieux, pas fun. Melinda va livrer une longue et courageuse bataille, contre la peur, le rejet, contre elle-même et le monstre qui rôde dans les couloirs du lycée. (résumé éditeur)

Ce roman est une découverte pour moi et pourtant, ça n’était pas gagné d’avance… Déjà, si  je n’avais pas lu un article dans une revue spécialisée j’ai l’impression que je n’en aurais jamais eu connaissance. Et pourtant il semblerait que ce livre ai eu un certain succès, d’après l’article d’abord et ensuite j’ai vu sur Babelio qu’il avait 137 lecteurs et 28 critiques alors que pour les albums que j’ai chroniqué récemment, on était plutôt à 3 critiques et 10 lecteurs (Pour Yazuke de Frédéric Marais par exemple alors que sa chronique est beaucoup lue sur mon blog). De plus il est chaudement (un peu trop peut-être?) recommandé par John Green, auteur à succès qu’on ne présente plus chez les ados…

Mais surtout, ce qui m’aurait découragé en premier si j’avais eu ce livre entre les mains sans le moindre accompagnement, c’est la couverture… Alors qu’on s’entende bien, je ne suis pas le public cible, j’en suis bien consciente et il semblerait qu’elle fasse son boulot cette couverture, c’est à dire appâter la lectrice ado/ jeune adulte qui cherche euh… Je ne sais pas exactement mais qui trouve sûrement son compte dans cette histoire qui est au final intéressante, bien écrite et traite d’un sujet sensible, le viol, la parole de la femme (« tu n’as pas dit non ») et la violence de vivre tout cela avec beaucoup de tact et, il me semble, de justesse.

Suite à une fête qui a mal tourné, elle a appelé la police, Melinda devient la paria de son nouveau lycée sans que personne ne cherche à comprendre pourquoi elle l’a fait. Et surtout son ancienne meilleure amie. Elle se renferme sur elle-même de jours en jour en jour et cette année scolaire se transforme en cauchemar jusqu’à ce qu’elle trouve la force de s’en sortir.

C’est vraiment un très bon roman qui est à mettre entre toutes les mains adolescentes, tant au niveau de son écriture que de son sujet très bien traité, sans que ça ne fasse dissertation sur un sujet attendu dans le roman pour ado.

A découvrir, les éditions La belle colère que je découvre par ce titre et qui a l’air de publier peu mais bien!

Loto BD : la pause

21 Jan

Certains d’entre vous auront remarqué que cette année il manquait quelque chose par ici (si si vous l’avez remarqué, ne mentez pas, c’est juste par timidité que vous n’avez pas osé réclamer!)

En effet, près plusieurs années de bons et loyaux services, le loto BD que Mo, Val et moi même avons proposé plusieurs années de suite prend cette année des vacances afin de laisser ses 3 organisatrices souffler un peu et se consacrer à d’autres projets (en effet, si moi je suis un peu laxiste sur le sujet, il n’en est pas autant de mes co-organisatrices qui y passent beaucoup plus de temps!)

Pour ma part, l’arrivée imminente d’un 3ème bébé risque de m’éloigner un peu de la blogosphère, je le crains!

Du coup, le loto n’est pas abandonné, il devrait revenir l’année prochaine, nous permettant à tous de revenir sur un meilleur pied avec pleins de nouvelles idées, n’en doutons pas!

Challenge je lis aussi des albums

18 Jan

logo challenge albums 2015

Pour la 7ème année, Hérisson relance son challenge « Je lis aussi des albums » et comme en ce moment je pourrais même faire un challenge « Je lis SURTOUT des albums », je me lance, il n’y a aucune raison que je ne trouve pas mon bonheur dans les thèmes proposés!

Pour rester raisonnable, je me suis engagée pour 10 albums mais on a le droit de faire plus donc tout va bien!!

Le thème de janvier est donc le chat. Ça tombe bien puisque j’ai publié un article sur ce thème il y a quelques jours:)

 

Défi gravure 2016

17 Jan

défi gravure 2016

Et oui, suite à l’exposition Kuniyoshi, une nouvelle occupation a vu le jour par ici : la gravure et plus précisément la gomme à graver (mais attention, je ne suis pas exclusive, je viens de tenter la linogravure aussi!)

J’ai donc décidé cette année de m’inscrire à un défi gravure et qui sait, peut-être que je m’y tiendrais un peu plus que tous les défis lecture auxquels j’ai pu m’inscrire par le passé! (aucun commentaires à ce sujet, merci! :p)

Il s’agit donc de faire un tampon ou une gravure sur un thème imposé par mois. Le détail c’est par ici!

Et vous, vous avez des loisirs créatifs pour vous occuper quand vous avez fini de lire?😉

Je vous laisse quelques photos de ce que j’ai fait depuis mon atelier estampe au Petit Palis (et je suis tristesse de m’être rendue compte que j’ai complètement oublié de m’inscrire à un de ceux pour adultes, ça aurait pu être vachement chouette…)

Mes chouettes que j’ai gravé du mauvais côté de la gomme et qui du coup rendent pas bien à l’impression  la 2ème gravure, la pieuvre que j’aime beaucoup.

 

Et enfin la carpe en linogravure cette fois :

carpe

Le fabuleux amour d’Aucassin et Nicolette de Sylvaine Hinglais et Tom Schamp

17 Jan

aucassinLe fabuleux amour d’Aucassin et Nicolette

Auteur : Sylvaine Hinglais

Illustrateur : Tom Schamp

Editeur : Albin Michel jeunesse

Cette histoire inspirée d’une chantefable du Moyen Âge est tout à fait sidérante! Elle se présente en 6 tableaux et fait l’éloge de la différence sur tous les tons. En le lisant, je suis allée de surprise en surprise et d’ailleurs je n’avais pas lu le résumé qui en dit presque trop à mon goût! (mais je sais que si j’aime me faire totalement surprendre, ce n’est pas le cas de tout le monde et là je me suis mise à lire cet album qui m’a été conseillé au moins en 2010 ou 2011 donc pas besoin de lire le résumé ou de feuilleter l’album, ce que j’aurais fait fatalement si je l’avais découvert en librairie…)

aucassin1

Ce qui parait au début être une histoire très classique : Aucassin et Nicolette, débarque sur une île après avoir fui leurs familles respectives qui refusent leur amour, se transforme très vite en joyeux n’importe quoi mais pas tant que ça finalement : il s’agit de montrer l’absurdité de l’intolérance, quelle qu’elle soit. En effet le roi Torelore ne comprends pas le sens du mot « étranger »:

-Moi je suis français et ma mère refuse que j’épouse une étrangère, répond Aucassin

– Étrangère? répète le roi Torelore. Comment ça? Puisque nous habitons tous sur la terre, qui est étranger ici? Il faut venir d’une autre planète pour être étranger parmi nous!

Mais plus tard, c’est Aucassin lui-même qui se mettra en colère en apprenant que le roi Torelore est en pyjama dans son lit alors que la reine fait la guerre.

aucassin2

Je n’en dirais pas plus sur l’histoire car maintenant parlons de la forme : cet objet livre qui est assez beau je dois dire et très original. Il faut le tenir en paysage pour le lire et un aimant dans la couverture aide à tenir les pages. On a une présentation des personnages au début, chacun étant repris tout au long du livre par le dessin de sa tête.

Le livre ouvre et ferme sur une scène de théâtre pour bien situer la chantefable qui est présentée en court texte d’introduction (elle date du 12ème ou 13ème siècle quand même!)

Les illustrations sont une explosion de couleurs et les personnages tous incarnés par un animal d’une espèce différente, puisque tout le monde est terrien!

aucassin3

Une belle fable sur la tolérance et les différences qui plaira aux plus petits mais pourra permettre aussi aux plus grands (cm2/6ème) d’amorcer des débats sur la tolérance, que ce soit au niveau des religions ou de la condition de la femme, ou de la violence (on peut continuer la liste!) sans que l’histoire ne soit gnangnan pour eux!

je vous laisse avec cette belle conclusion :

Et ils vécurent heureux et mangèrent beaucoup de légumes jusqu’à la fin de leurs jours.

Et un autre avis ici, chez Papier de soie

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 56 autres abonnés