Tag Archives: Victorian Spirit

♥ L’équilibre des chants de Caroline Stevermer

7 Mar

Glasscastle. L’université des tours rêveuses et des cloches distantes, des professeurs pompeux et des étudiants agités, de l’architecture exquise et des pelouses qui peuvent vous étouffer jusqu’à la mort si vous marchez dessus sans autorisation. Sous les apparences tranquilles d’une université anglaise se cache une magie aussi ancienne que redoutable. Samuel Lambert, tireur d’élite, cow-boy, aventurier et ancien artiste de cirque, a été invité à Glasscastle pour contribuer avec sa sûreté de tir à l’archi-secret dispositif Azincourt. Les seuls dangers auxquels il s’attendait étaient le snobisme anglais et le thé à toutes heures de la journée. Mais de nombreux complots, intérieurs et extérieurs, menacent l’université de Glasscastle et les choses ne tardent pas à devenir bien plus excitantes que Lambert ne l’avait prévu ! (résumé éditeur)

J’ai retrouvé dans ce livre un personnage du précédent roman de cette auteure : Jane Brailsford et ce avec grand plaisir…

Tout d’abord, sachez qu’il n ‘y pas du tout besoin d’avoir lu L’équilibre des ancres pour lire celui-là. L’ambiance aussi est un peu différente, nous sommes ici dans une histoire plus anglaise (l’auteure est américaine, je le rappelle, mais ça ne se ressent pas), avec un peu de flegme britannique…

L’intrigue est assez enlevée, mais on n’en oublie pas pour autant l’heure du thé! D’ailleurs l’auteur a « également co-écrit avec Patricia C. Wrede trois romans épistolaires de fantasy, placés sous le signe de Jane Austen. » J’attends leur traduction française avec impatience!! Et je viens aussi de me rendre compte que c’est aussi dans cette présentation que j’ai entendu parler de Terri Windling, ce qui m’a poussé à prendre son roman quand je l’ai vu à la bibliothèque.

Sinon mon édition est toujours la première, celle qui est pleine d’horribles coquilles, mais normalement la réedition en un volume des deux romans et l’édition du Livre de poche sont corrigées.

D’ailleurs le titre du Livre de poche « Un étudiant de Magie » est bien plus correcte que celle des moutons électrique mais aussi beaucoup moins beau (et je ne vous parle pas de la couverture, vous pouvez en juger par vous même)

donc je vous le répète, je veux que vous lisiez ces deux livres sinon je vais finir par me vexer!!!

Et c’est ce livre qui commençait comme ça

♥ Les voies d’Anubis de Tim Powers

3 Fév

En 1983, Brendan Doyle, professeur de littérature spécialiste de Coleridge accepte de faire un voyage en 1810 pour aller le rencontrer en personne. Il espère par la même occasion en profiter pour tirer un peu au clair la vie de William Ashbless qui a laissé très peu de traces et à qui il aimerait consacrer sa prochaine biographie.

Il va se retrouver très vite coincé là-bas et se retrouvé pris dans des enjeux qui le dépasse complètement, incluant une lutte contre d’étranges magiciens qui veulent faire régner les dieux égyptiens sur l’Angleterre. Il y a aussi des singes qui apparaissent soudainement, des Ka, doubles magiques de certaines personnes, j’en passe et des meilleures!!

On va croiser beaucoup de personnages, vivre des aventures rocambolesques et bien s’amuser. Car Tim Powers sait nous faire plonger dans un livre sans plus aucun espoir de le lâcher, ne serait-ce que pour aller dormir! Toutes les pièces du puzzle s’emboitent parfaitement (même si je ne peux m’empêcher de tiquer sur un paradoxe temporel dont je ne vous dirais rien ici pour ne pas trop dévoiler l’intrigue, mais les paradoxes temporels me font toujours tiquer et ça occasionne de passionnants débats à la maison !!) et sans qu’il n’ait besoin de s’appesantir sur les situations, ce qui est agréable.

En revanche après cette lecture je ne peux que me poser des questions sur le steampunk car ce livre est (rappelons-le, on ne sait jamais) un des trois fondateurs du genre et pourtant nulle trace ici de passé avec machines à vapeur ou autre, ce passé pourrait être le notre mais avec de la magie en plus et des voyages dans le temps…. Bon après vous n’aurez qu’à me répondre « va lire ton livre sur le steampunk d’Etienne Barillier, il t’apportera certainement des réponses, notamment sur le développement d’une esthétique steampunk, etc… »

Bon, bah si vous croyez que j’ai le temps, j’ai un livre sur l’uchronie à finir moi!! 😉

Steamswap : le bilan

17 Jan

Alors, alors…

Voilà un swap qui s’est encore super bien déroulé, il faut croire que j’ai de la chance avec l’organisation de swap (et un peu plus de rigueur que pour le manga loto, voir le compte-rendu d’organisation de T.)

Des supers colis ont été échangés et il est tant de faire un petit récapitulatif des titres reçus. J’attends d’ailleurs avec impatience vos articles dessus pour pouvoir les mettre en lien ici même.

Alors côté romans (ou livre de cuisine!!) nous avons :

Les confessions d’un automate mangeur d’Opium de Fabrice Colin et  Mathieu Gaborit (reçu par Cc et Tortoise)

Les Enchantements d’Ambremer de Pierre Pevel (reçu par CC)

Les voies d’Anubis (reçu par Tiphanya)

Léviathan de Scott Westerfeld (reçu par Tiphanya)

Le World Shaker Richard Harland (reçu par moi)

L’instinct de l’équarrisseur de Thomas Day (grand gagnant de ce swap : reçu par Faelys, Tortoise et Emma)

Les gentlemen de l’étrange d’Estelle Valls de Gomis (reçu par moi)

Paris au XXe siècle de Jules Verne (reçu par Tiphanya mais qui a finalement atterri chez moi)

Vapeur (livre de cuisine reçu par Tiphanya)

Le cas étrange du Dr Jekyll et de M.Hyde de R. L. Stevenson (reçu par Faelys)

L’extase des vampires de Brian Stabelford (reçu par Lou)

La Lune seule le sait de Johan Heliot (reçu par Lou et Emma)

Neverwhere roman de Neil Gaiman (reçu par Lhisbei)

Sherlock Holmes et le Fantôme de l’Opéra de Nicholas Meyer (reçu par moi)

La mécanique du diable de Philip Pulman (reçu par Lord Orkan)

Celui qui bave et qui glougloutede Roland C Wagner (reçu par Lord Orkan)

Dvd :

Steamboy (reçu par Faelys)

BD :

Le Régulateur de Corbeyran et Moreno (reçu par Lhisbei)

Clockwerx de Jean-Baptiste Hostache, Henderson, Tony Salvaggio (reçu par Lord Orkan)

Les gentlemen de l’étrange de Estelle Valls de Gomis

9 Jan

Dans le Londres du XIXe siècle, il se trame dans le brouillard des faits étranges et fantastiques.
Manfred, psychiatre et criminologue, accompagné de son ami Wolfgang, impulsif dandy mystérieux aux aptitudes encore plus mystérieuses, enquêtent et découvrent ce qui se cache sous le vernis apparemment lisse du réel. Des souterrains londoniens aux sombres dédales vénitiens en passant par les plaines glacées et sauvages d’Amérique du Nord, ils rencontreront des créatures aussi effrayantes que fascinantes et réaliseront que les mythes ne meurent jamais : ils se métamorphosent. (résumé éditeur)

Ce livre est composé de plusieurs chapitres qui sont en fait des nouvelles, chacune ayant été publié séparément mais le tout ayant été retravaillé ici pour faire un ensemble cohérent (du moins c’est ce que j’ai compris). Ce qui fait que chaque chapitre apporte une nouvelle aventure avec une fin mais certains éléments se retrouvent d’un chapitre à l’autre, par exemple une fois qu’il son croisé le mystérieux Ernest, souriceaux de 50 cm qui ne parle « que quand il le juge absolument nécessaire », celui-ci intègre la bande composée en outre de la gouvernante de Wolfgang, Wilhelmine, sorcière de son état.

Si les histoires sont plaisantes à lire (et en plus leur découpage par chapitre permet à la fois de savoir la fin et de dormir pas trop tard!!) j’ai trouvé dommage que finalement on n’en sache pas beaucoup plus sur les personnages. Dans le premier chapitre, Manfred taquine son ami à propos de sa gouvernante en lui suggérant de l’épouser et celui-ci lui répond ceci : « Lorsque nous auront résolu nos affaires courantes, Manfred, je vous instruirai de tout cela plus en détails. Vous n’allez pas en croire vos oreilles »

Et pourtant on devra apprendre par nous même ce que fait la mystérieuse gouvernante, qui ne paraît pas si terrible que son maître veut bien la décrire…

De même sur les premiers chapitres, Manfred s’inquiète de la cruauté grandissante dont semble faire usage son ami et se promet de le surveiller puis ensuite on n’en entend plus parler. Bref les personnages ne sont pas beaucoup développés et on attend une suite avec impatience pour en savoir plus (mais un roman cette fois, hein?)

En revanche le ton léger est tout à fait réjouissant, même si des fois j’ai trouvé un peu énervant la répétitions de certaines formules comme «  la petite bande de Belgravia » mais la publication en nouvelles séparées doit y être pour quelque chose… Et du coup je pense que je lirais bien son roman sur Lancelot…

Un dernier petit détail qui m’a surprise mais qui n’a rien à voir avec le livre : la présentation de la collection dans laquelle il est édité, À dé couvert : « La collection À DÉ COUVERT a pour vocation d’accueillir des œuvres liées de près ou de loin à la sphère rôlistique, qui mettent en scène des univers entrant en résonance avec ceux des jeux de rôle. Il s’agit de mettre en valeur l’influence de ce média sur les genres de l’imaginaire, et de la distiller au sein de la collection. » Il me semblait que c’était plutôt les jeux de rôles qui s’inspiraient de la littérature, mais j’ai peut-être mal compris la phrase?

Merci à Lhisbei qui me l’a offert lors du steamswap… (je note en passant que ce livre pourrait donc faire partie du Winter Time Travel, mais là, je me retiens, je ne sais pas pourquoi)

La Ligue des Gentlemen Extraordinaires de Alan Moore et Kevin o’Neill

4 Oct

Il y avait bien longtemps que je voulais lire cette bd mais comme d’habitude on peut compter en années le temps qu’il m’a fallu pour mettre ce projet à exécution.

Et puis l’autre jour, à l’occasion d’une visite à la bibliothèque, je vois le tome 1 dans le bac des retours (vous savez, le fameux bac des retours, celui- qui nous fait prendre n’importe quoi, toutes ces bd auxquelles on n’aurait jamais pensé, voire qu’on ne connaissait pas du tout)…

Je suis bien contente de l’avoir fait car cette bd m’a tout de suite plu.

On suit la constitution de cette ligue par un mystérieux commanditaire appelé M et pour un but plus ou moins mystérieux. Wilhelmina (dite Mina) Murray (ex épouse Harker…) va retrouver et convaincre différents héros (Alan Quatermain, le capitaine Nemo,etc) de rejoindre cette ligue pour la défense de l’Angleterre.

Toutes les caractéristiques des personnages ne sont pas connues dans ce premier tome, contrairement au film que j’ai vu après. Ceci dit, encore une fois il paraît que je me laisse abuser toute seule puisque apparemment j’aurais dû reconnaître immédiatement le personnage de Mina et donc comprendre quel était son secret…

L’intrigue est à suivre même si on a là une fin convenable…

J’ai donc vu ensuite le film qui m’a paru quand même nettement moins bon même si j’ai quand même pris plaisir à le voir. Les personnages ne sont pas tous les même (alors peut-être qu’ils apparaissent dans la suite de la bd, je ne sais pas) et l’intrigue tout à fait différente.

Rien à voir donc avec la Brigade chimérique qui elle m’avait largement laissée sur ma faim!

Pour la petite histoire, c’est en prenant cette Bd que je me suis dit « tiens mais c’est un univers Steampunk, ça! Oh, si je faisais un swap? 😆