Tag Archives: SF

Instinct 1 de Vincent Villeminot

26 Mai

9782092023143FSTim ne garde qu’un souvenir troublant de l’accident. Quand il a repris conscience, il était une bête féroce, avide de chasse et de sang. A-t-il rêvé ? Ce n’est pas l’avis du professeur McIntyre, psychiatre singulier, qui l’emmène dans son institut de recherche où vivent d’autres initiés, tous sujets à des métamorphoses animales. C’est là que Tim rencontre Shariff et surtout Flora, une jeune fille séduisante et insaisissable… (résumé éditeur)

Je ne résiste pas au plaisir de vous rajouter l’avis qui figure juste en dessous, signé par Stéphan de Pasquale et estampillé coup de cœur jeunesse de RTL : « J’ai découvert et dévoré en 6 heures le premier thriller pour jeunes adultes. INSTINCT c’est Danse avec les loups…garous. Effrayant, captivant, haletant, unique. Un choc dont je ne me suis pas encore remis. »

Non seulement j’adore le « premier thriller pour jeunes adultes », le gars a eu une idée de génie, il ne faut pas le priver de ses félicitations. Un thriller pour jeunes adultes, heureusement qu’il y a pensé, personne ne l’avait fait avant lui, je suis totalement admirative. Mais en plus j’aime beaucoup que Nathan (oui je viens de découvrir que l’éditeur de ce livre était Nathan dis donc, j’avais même pas percuté) utilise cette assertion à des fins publicitaires…

 

Donc ce journaliste à eu un choc, espérons qu’à l’heure qu’il est il a fini par se remettre, certainement parce qu’il n’avait jamais lu de livre pour jeunes adultes, je ne vois que ça.

Il est vrai que ce livre est captivant et se lit d’une traite mais je ne peux pas dire qu’il m’en reste grand chose après sa lecture, et probablement pas l’envie de lire la suite, j’ai tellement de bons livres à lire (enfin, surement, après tout je ne les ai pas encore lus!!)

 

Et c’est là que je dois vous faire une confidence sur les dessous du blog et comment j’écris mes articles. C’est fou comme au fur et à mesure de sa rédaction, un article peut changer de tournure… au début j’étais partie pour le faire court, cette lecture datant de deux semaines et demie et ne m’ayant pas laissé plus de souvenir que ça. Mais en reprenant le livre il me revient que j’avais noté (mentalement bien sûr, du coup il faut que je retrouve où c’est!!) des citations à partager avec vous et du coup le livre en mains, pleins de choses me reviennent, des choses plutôt négatives que j’avais complètement oublié. Et du coup cet article est en train de tourner de plus en plus vers le négatif alors que j’avais seulement prévu de vous faire un petit article bof… Et par la même occasion, je pensais que j’allais le faire vite fait et non!!

 

Donc j’ai cherché mes deux citations (à des fins de dénigrement, il va sans dire:) ) et là je suis tombée sur une autre qui m’a rappelé un point assez étrange de ce livre. J’ai eu avec Tiphanya un débat très instructif sur la langue dans laquelle sont écrits les livres et les conséquences que ça peut avoir sur le récit lui-même, question à laquelle je n’avais absolument jamais pensé. Ce livre commence aux Etats-Unis avec une famille américaine. Il se poursuit assez vite en France avec un héros principal qui parle très bien français et pour cause, sa mère était française. J’ai pensé au début avoir affaire à un roman américain. Et puis indices après indice, cette localisation française, le fait qu’il parle français et qu’il y ai une explication,ça m’a paru bizarre et j’ai vérifié, surtout après avoir lu ça dans le livre« Véronique, aussi chaleureuse que la veille, lui fit en arrivant une bise qui lui paru toute spontanée. L’Europe, la France, son charme… » et trouvé que ça faisait vraiment très cliché. A partir de là je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi l’auteur essaye de nous faire croire dès le début que c’est américain? Parce qu’ils écrivent de bons thrillers pour jeunes adultes? Non, l’auteur vient d’inventer le genre (bon ok, je suis injuste, c’est le journaliste qui dit ça!! L’auteur lui semble bien plus conscient de ce qu’il est train de faire et doit avoir avoir quelques références!!)

 

Mais ce qui me gène plus, et ce dont je me suis souvenu pendant ma rédaction, me lançant à la recherche de ces citations, c’est ça : « Il semblait s’amuser, trouvant sans doute naturel de commander, moins qu’elle le fasse, elle. Un peu macho, le Coureur des bois. »

Bon jusque là pas de quoi fouetter un chat me direz-vous, juste une dénonciation un peu maladroite du machisme, l’intention est plutôt bonne. Oui mais ça c’est si je n’avais pas lu ça plus tôt dans le roman :

« Un clin d’œil, mais convenu, sans humour. La jeune fille et la jeune femme ne s’appréciaient guère. Pour ces raisons mystérieuses et tacites qui veulent qu’une jolie blonde sportive, lumineuse, montagnarde, et une jolie brune, de huit ans sa cadette et sombre, casanière, fondue d’ordis, se pensent tout de même en concurrence quand elles sont dans la même pièce, malgré l’écart d’âge, d’intérêt, d’amitiés. »

 

Et ça vous je sais pas mais moi ça me laisse sans voix.

Unique de Alison Allen-Gray

17 Avr

Bon en ce moment je suis là avec pas vraiment des coup de cœurs mais  vous remarquerez que je fais quand même des efforts pour revenir car ce blog me manque quand même un peu!!

9782747029650FSDominic, 15 ans, ne s’entend pas avec ses parents. Le seul membre de sa famille avec qui le garçon se sent bien, c’est Pops, son grand-père, qui perd un peu la boule. Un jour, dans le grenier de Pops. Dominic découvre un album photo que personne ne lui a jamais montré. Il est pourtant rempli d’images de son enfance. Plus il le feuillette, plus le malaise s’empare du garçon : ces anniversaires, il n’en a aucun souvenir ; ces enfants qui l’entourent et semblent être ses copains, il ne se les rappelle pas ; ces lieux où il pose, il ne les reconnaît pas. La dernière photo de l’album fait à Dominic l’effet d’une décharge électrique : c’est lui… en plus vieux ! Qui est ce jeune homme dont Dominic n’a jamais entendu parler et qui lui ressemble trait pour trait ? (résumé éditeur)

Dominic va donc conduire son enquête pour trouver qui est ce grand frère dont on ne lui a jamais parlé et savoir ce qu’il est devenu…

Attention, à partir de là me voilà obligée de rentrer dans le vif du sujet et de vous dévoiler une chose : Dominic est un clone, que ses parents ont « commandé » suite à la mort de leur premier Dominic.

Voilà un livre qui traite d’un sujet qui ressemble à celui de  Jena Fox pour toujours mais que je trouve beaucoup moins bien fait. Déjà les dialogues sont épouvantables. Mais ce n’est pas tout, je n’ai pas du tout réussi à accrocher à cette histoire, car même si je conçois que quelqu’un ayant passé au dessus de la loi pour se faire faire un clone doit être forcément quelqu’un de riche, voir surgir le père  dans son hélicoptère privé est assez surréaliste et beaucoup d’autres détails aussi.

Cependant, le fait que j’ai trouvé le bouquin mauvais m’a poussé à m’interroger sur son sujet et sur le message qu’il délivre finalement, ce qui n’a pas été le cas lors de ma lecture de Jena Fox qui m’avait plus plu. Car le fond du livre  est de dire que les clones humains, sont interdits, que ça pose un problème moral d’en faire et que l’opinion publique pense(rait) que ce ne sont pas vraiment des humains. La fin du livre laisse entendre que si, un clone humain est bien un être humain à part entière et qu’il a une âme… Mais on ne se questionne pas sur la légitimité de faire ce clone.

En fait il m’avait pensé à Jena Fox et j’ai mis un peu de temps à trouver pourquoi ce dernier m’avait moins dérangé : dans Jena Fox il s’agit d’une ado qui a un accident et dont les parents contournent la loi pour remplacer ce qui manque (je ne me souviens plus exactement) mais il ne me semble pas que ça soit un clone, c’est plutôt qu’on refait son corps à partir des éléments qui en restait. Du coup la question là est plus jusqu’à où aller pour sauver un être cher et la fin va aussi vers la légitimation de ce processus. Dans Unique il est plus question de simplement remplacer un être disparu, ce qui me pose personnellement un peu problème.

Voilà pourquoi j’ai mis longtemps à finir cet article qui reste malgré tout un peu bancal mais je ne crois pas que je pourrais faire mieux!! Si vous l’avez lu, je lirais votre avis avec plaisir!!

La lune seule le sait de Johan Heliot

16 Mar

9782070421909FSPrintemps 1889. Un vaisseau hybride de chair et de métal fait irruption dans le ciel de Paris, stupéfiant la foule venue célébrer la clôture de l’Exposition universelle. L’humanité entre en contact avec les extraterrestres Ishkiss et découvre une technologie qui surpasse ses rêves les plus fous. Dix ans plus tard, l’Europe s’est transformée grâce à l’alliance rendue possible entre la vie et le métal. Pourtant, la révolte gronde, menée par les artistes et les écrivains exilés en Amérique. La science fabuleuse apportée par les créatures d’outre-espace est devenue un instrument d’oppression entre les mains de l’Empereur français. Les droits des peuples sont bafoués, les opposants déportés grâce à la nef ishkiss vers le nouveau bagne que Louis Napoléon vient d’inaugurer dans les entrailles de la Lune. Quels sont les véritables desseins des alliés du maître de l’Empire ? La réponse offre la clé de l’éternité. Un seul homme sur Terre est peut-être capable de l’entrevoir : celui dont les rêves à présent dépassés ont à longueur de pages fasciné ses semblables… La Lune seule le sait a été récompensé par le prix Rosny-Aîné 2001 du meilleur roman de science-fiction francophone. (Résumé éditeur)

Le moins qu’on puisse dire c’est que je n’ai pas eu de chance pour cette édition du Winter Time travel car aucun des romans que j’ai lu ne m’ont emballée!

Pour celui-là c’était pourtant bien parti puisque j’ai bien aimé le cadre et la façon dont tout ça était amené. Mais finalement j’ai trouvé les personnages pas assez complexes, trop facile à cerner et puis j’ai trouvé aussi qu’il y avait trop de personnages historiques connus, été gênée par cette accumulation…

J’en profite pour constater que sur cette génération d’auteurs français, Hervé Jubert reste mon favori!! 🙂

En même temps j’aurais dû me méfier puisque l’année dernière j’avais tenté un autre Johan Heliot que je n’avais même pas fini (comme quoi y a du progrès!)

Je suis désolée pour cette chronique pas très constructive au final mais j’ai l’impression d’avoir du mal à les faire en ce moment!!

winter time travel

Roma AEterna de Robert Silverberg

9 Mar

9782253089889FSDécidément, pas de chance pour le challenge Winter Time Travel, voilà un deuxième livre que je n’ai pas aimé. Pour dire, j’ai carrément abandonné à la moitié (bon en réalité moins, je viens de vérifier, page 212) par manque d’intérêt.

En fait c’est pas que ça ne soit pas bien ou inintéressant mais je m’attendais à carrément autre chose! Le postulat de base est que la religion chrétienne n’a pas émergé.

Alors que j’attendais une grande fresque avec une Rome qui reste à son apogée avec le système des empereurs, je trouve une succession de tableaux qui racontent divers points historiques qui ont changé : Mahomet assassiné avant d’avoir réussi à prêcher sa religion monothéiste, l’Amérique découverte par les Vikings et que les romains essayent de conquérir à leur tour, etc…

Voilà a peu près où j’ai abandonné. je comptais faire seulement une pause mais je n’ai pas eu envie de reprendre.

winter time travel

 

 

Ceux qui sauront de Pierre Bordage

3 Fév

9782290020586FSQuoi de mieux pour commencer le challenge Winter Time Travel qu’un livre gagné lors d’une précédente édition? En plus va vraiment falloir que je travaille car je voulais piquer le résumé éditeur mais vu que la personne qui l’a fait n’a pas lu le livre ça ne vous donnerait pas vraiment une idée du contenu…

Ce livre se passe en 2008 (bon ok je vous livre une info qu’on n’a qu’a la fin mais bon en même temps on s’en doutait) et le point de divergence uchronique se situe au niveau de la 3ème république quand celle-ci se termine dans le sang, son gouvernement fusillé et les réformes de Jules Ferry concernant l’école étant abandonnées. D’ailleurs l’école est carrément interdite par la monarchie pour éviter que le peuple ne sorte de sa condition.

Nous sommes donc plongé dans une société du début du 19ème siècle mais qui a encore un peu régressé au niveau des conditions de vie des plus pauvres. En effet les plus riches ont eux des voitures, des avions et accès au réseau R2I,une sorte d’internet bridé par les autorités.

Jean et Clara, chacun né du côté de la barrière, vont pourtant se rencontrer, l’occasion pour Clara de découvrir les véritables conditions de vie du peuple et tout faire pour se retrouver.

Mon avis sur tout ça est tout à fait mitigé car je trouve que le temps décrit par Pierre Bordage est vraiment resté figé depuis la fin de la 3ème république, il ne nous présente pas vraiment une évolution même si quelques éléments que j’ai cité plus haut sont modernes, on dirait juste qu’il ont été greffés sur un 19ème siècle ou plus personne ne sait lire et compter. En plus on trouve quand même de petits détails troublant comme des marrons dans un cornet de papier journal vendus dans la rue ou Clara qui retrouve quelqu’un du peuple à son nom sur la boîte aux lettres alors que l’auteur insiste bien sur le fait que personne ne sait lire. Du coup ça fait un peu discours moralisateur sur « vous voyez quand on vous dit que c’est important d’aller à l’école, voilà comment on vivrait si on n’y allait pas » Alors que la situation ne me parait pas si différente aujourd’hui entre les gens qui triment toute la journée pour pas grand chose et ceux qui sont toujours à l’abri du besoin et le ne pensent qu’à gagner plus d’argent (excusez -moi, je viens de regarder le film « Les nouveaux chiens de garde » du coup ça rajoute une couche!)

Pareil pour la révolte populaire qui se laisse massacrer sans broncher alors qu’il s’agit quand même de Huit cent mille personnes. il me semble qu’historiquement, toutes les révoltes populaires ont été un peu plus vindicatives..

J’ai donc eu du mal à adhérer à la vision proposée par Pierre Bordage même si je n’ai pas non plus tout rejeté en bloc… A voir donc en lisant la suite…

winter time travel