Tag Archives: Lisez-le! (c’est un ordre)

♥ Les Collèges de Magie 1 : L’équilibre des ancres de Caroline Stevermer

27 Jan

Faris Nallanine est l’héritière du duché de Galazon, gouverné jusqu’à sa majorité par son « méchant » (c’est elle qui parle) oncle Brinker. En attendant elle va contre son gré à l’université de Verteloi , selon les dernières volontés de sa mère, d’après le méchant oncle Brinker, pour l’éloigner de chez elle afin de prendre le pouvoir d’après elle. Les élèves de ce collège deviennent ou pas des sorcières de Verteloi à leur sortie. La magie est en effet une alchimie complexe que certaines vont maîtriser et d’autres non.

Elle va nouer là-bas de précieuses amitié, comme Jane Brailsford, jeune lady anglaise toujours impeccable, et de sérieuses inimités. Son parcours va lui permettre de découvrir que son destin est peut-être encore plus grand que de régner en Galazon. Aidée de Jane, qui a décidément le sens des convenances et des chapeaux extravagants, et accompagnée des fidèles Reed et Tyrian, elle va traverser l’Europe afin d’accomplir son devoir, quel qu’il soit. Nous voilà transportés dans une Europe à moitié imaginaire et surtout baignée de magie-un peu, mais pas trop- dans laquelle l’équilibre des ancres doit être maintenu à tout prix pour que tout aille bien.

Ce livre avait été un vrai coup de cœur quand je l’avais lu à sa sortie (en 2006 si je ne me trompe pas) mais j’avais un gros bémol : l’état du texte qui laissait paraître de nombreuses coquilles, ce qui était très pénible à la lecture. Malgré ça j’avais tellement aimé que j’ai acheté plus tard ce roman, ainsi que la suite (même si ce livre se lit tout seul sans qu’il y ai besoin d’une suite). Je viens donc de le relire et je n’ai pas trouvé autant de fautes que dans mon souvenir pourtant le livre date de 2006. J’ai encore aimé ce livre et je vous le recommande d’autant plus qu’il est depuis sorti en poche (avec une couverture tout à fait affreuse mais j’espère avec les coquilles corrigées) et en intégrale chez les Moutons électriques avec une superbe couverture (mais toujours pareil, je ne sais rien de l’état du texte)

J’oubliais de préciser : si ce livre fait partie d’une série en deux tomes, celui-là peux très bien se lire tout seul, heureusement d’ailleurs car la première édition du tome un aux États-Unis remonte à 1994 et celle du deuxième à 2004…

Et sinon que dire de la traduction du titre A College of Magic qui est traduit par « les collèges de magie » alors que jusqu’à preuve du contraire College veut dire université et que nous avons bien une université dans cette histoire…

C’est de ce livre qu’étaient extraites ces citations

Château de sable de Frederik Peeters

29 Sep

Ah, la sortie tant attendue est enfin arrivée et j’ai même eu le temps d’aller l’acheter… Et en plus j’ai même pris le temps de la lire immédiatement!

Autant d’indices, non, qu’en pensez-vous?

Mon copain, qui est en général le premier à lire mes achats (mais là je dois dire que ça faisait un moment qu’il me tannait avec « Et Peeters, il a pas fait une nouvelle Bd?) M’a dit en me le rendant « Bizarre mais très bien » (oui vous aurez remarqué, mon chéri est assez elliptique sur ses avis de lecture. Ça doit être pour ça qu’il n’a pas de blog :mrgreen: )

C’est donc tout ce que j’aurais avant de me lancer dans ma propre lecture. Ah si, autre chose, la citation en exergue : « Impossible de vous dire mon âge, il change tout le temps » (Alphonse Allais). Je n’y avait pas prêté attention mais c’est tout à l’heure en cherchant s’il y avait un résumé sur la bd que je l’ai revue et que j’ai bien compris tout son sens…

Vous aurez peut-être compris que mon problème va être de vous donner envie de lire cette bd sans vous en dire un mot, ou presque pas, car je ne veux pas gâcher votre plaisir, j’ai horreur qu’on gâche le mien et pour une fois que l’éditeur ne révèle pas le nœud de l’intrigue en 4ème de couv, ne comptez pas sur moi pour le faire!!

Alors je vais vous dire quand même : au début il y a une plage, une jeune fille matinale qui vient s’y baigner, un homme sans papier qui a passé la nuit caché dans les rochers avant de poursuivre son chemin, une famille qui arrive pour passer la journée à la plage.

Voilà moi je m’arrête là, impossible d’en dévoiler plus. Cette histoire est simple et en même temps tellement riche, je pourrais dire si je n’avais pas peur de faire cliché « c’est l’histoire de la vie » mais même en l’écrivant, non, ce n’est pas ça non plus, ouf, pas de cliché ici!

Alors je sais que c’est léger, mais si vous aimez Peeters, si vous avez adoré Pilule bleue et Lupus vous pouvez y aller les yeux fermés, c’est du bon et comme le dit son éditeur « Frederik Peters n’a eu de cesse de se remettre perpétuellement en question et semble décidé à n’être jamais là où pourrait l’attendre […] » (Ceci dit, moi je ne l’attends nulle part!! 😉 )

Petite précision, il n’est pas au scénario, et le scénariste en question a été rencontré pour un projet d’adaptation cinématographique de Pilules bleues…

Château de sable de Frederik Peeters et Pierre Oskar Lévy

Rosalie Blum T3 de Camille Jourdy

12 Juin

Rosalie Blum T.3 : Au hasard, Balthazar

resize.php

Aussitôt dit, aussitôt fait (une fois n’est pas coutume…). Comme il est agréable de ne pas être déçue par le tome trois de la trilogie, celui qui sait clore en beauté l’histoire si joliment  commencée !!(je me sens d’humeur poétique moi dit donc!)

Je ne vous en dirais pas beaucoup plus, parce que si ça se trouve, vous n’avez pas lu les deux premiers tomes et moi j’aimerais vraiment pas qu’on me dévoile quoique ce soit avant que je lise.

Sachez quand même que, n’ayant pas résisté à l’envie de le lire dans le RER pour rentrer chez moi, j’ai dû essuyer quelques regards interrogateurs alors que je me marrais bien en lisant ma BD…

Mais si vous avez déjà lu le reste ou si vous aimez savoir de quoi on parle, vous pouvez toujours aller faire un tour chez Levraoueg qui a aussi adoré et lire l’article que j’ai fait sur les deux tomes précédents.

Comme je disais chez Levraoueg, je veux voir des billets fleurir sur toute la blogosphère sur cette BD!!

Et pour ceux qui l’auraient déjà lu, il vous reste « Une araignée des tagliatelles et au lit, tu parles d’une vie », quelle chance…

Cet album a reçu le prix Fauve révélation et participe au Roaarrr Challenge de Mo’.

Huckleberry Finn de Mark Twain

22 Déc

9782907681681Huckleberry Finn de Mark Twain, nouvelle traduction de Bernard Hoepfner, éditions Tristram

A la fin de Tom Sawyer, Huck se retrouvait « civilisé » contre son gré par la vieille veuve Watson mais il fini par y prendre goût au début de ce roman qu’il raconte lui-même puisqu’il a appris à lire et écrire. Mais son père en a eu vent et vient l’enlever pour le séquestrer sur une île. Huck fini par s’enfuir par le fleuve et rencontre l’esclave de Miss Watson, Jim, en fuite car on veut le vendre…

Huck raconte ses péripéties sur le Mississipi avec Jim. Il va se rendre compte que Jim est un être humain, comme lui et va devoir le protéger à plusieurs reprises alors même qu’il se pose des questions sur ce qu’il doit faire et sur la justesse de sa démarche : en effet, il a grandi avec les esclaves et sait que ça n’est pas bien d’aider un esclave à s’enfuir…

Ce roman est un grand classique aux Etats-Unis (je l’ai appris à cette occasion) et il est présenté sur la quatrième de couverture comme étant le roman de la prise de conscience du racisme.

Je l’ai lu dans sa nouvelle traduction et, si je n’ai pas fait de comparaison approfondie avec d’anciennes traductions (j’ai comparé quelques passages), j’ai trouvé celle-ci vraiment très bonne. Le langage employé par Huck, dont l’éducation est toute récente, est assez approximatif.

Le traducteur a fait preuve d’imagination pour rendre ça. Les dialogues sont vraiment excellents, j’ai lu à plusieurs reprises des passages à voix haute à mon entourage (merci pour sa patience!!;-) tellement c’est jouissif! Évidemment, ceux qui lisent l’anglais ont certainement intérêt à le lire en VO, comme je les envie… C’est un livre vraiment plein d’humour et en même temps assez sérieux car il en va de la vie de Jim et Huck est en, pleine prise de conscience, aussi bien au niveau de l’esclavage qu’au niveau de sa vie car ils vont faire de nombreuses rencontres au cours desquelles il devra se positionner et chercher à agir au mieux. Ce voyage au cours du Mississipi est un véritable voyage initiatique pour lui.

En bref, c’est un roman que je vous recommande chaudement dans sa nouvelle traduction et surtout, il peut se lire tout à fait indépendamment de Tom Sawyer (que vous pouvez lire aussi, je l’ai lu l’année dernière, mais comme il y a aussi une nouvelle traduction, je vais peut-être le relire…). Les deux romans sont même assez différents.
La seule chose dont je n’ai pas compris l’intérêt, c’est que les titres des chapitres ont été enlevés pour n’apparaitre que dans la table des matières. Je ne m’en suis donc rendue compte qu’à la fin et ça m’a un peu énervée, pourquoi ne pas les avoir laissés en tête de chaque chapitre?

Voilà donc un livre que vous pouvez lire dans le cadre de deux challenges : lire en VO et lire des auteurs américains, bien sûr, je vous le recommande!!

Et si je n’ai pas réussi à vous convaincre qu’il faut absolument lire ce livre (et dans cette traduction, allez faire un tour chez Plaisir à cultiver vous y lirez autant de bien!!

Muleum d’Erland Loe

7 Juil

Alors que je suis en train de faire un bilan de mon année 2009 (si, si, dans ma tête, je vous jure, mais j’ai l’intention de le faire ici, un peu plus tard) je viens de me rendre compte que je n’ai même pas transféré ici tous mes coups de cœur de 2008 (alors qu’ils sont plus marquant que ceux de 2009). Voilà donc celui qui manquait, je le remettrais à la bonne date plus tard!!

Les parents et le frère de Julie se sont écrasés avec leur avion quelque part au dessus de l’Afrique. Depuis, elle n’a plus le goût de vivre. Elle imagine alors toutes sortes de façons de se suicider, en commençant pas la classique pendaison (ratée, mais mise en scène) et en continuant par toutes les façons aux quelles on ne pense pas habituellement, à savoir, dessiner des caricatures de Mahomet, dormir avec des poules atteintes de la grippe aviaire, prendre l’avion en espérant qu’il s’écrase à son tour, etc…

Julie est extrêmement riche, ce qui lui permet de faire le tour de la terre (même si dans un premier temps elle reste dans les aéroports, et de rencontrer des gens. Elle va peu à peu retrouver goût à la vie et c’est ce cheminement qui nous est raconté avec, contre toute attente, beaucoup d’humour. En effet, Julie croise des personnages assez distrayants comme son psy qu’elle appelle docteur dingo et sa meilleure amie Constance, l’amie des animaux.

C’est un gros coup de cœur et j’espère que les autres romans de l’auteur me plairont tout autant!