Tag Archives: bof

Bye bye, my brother de Yoshihiro Yanagawa

1 Jan

9782203062382FSNidô, ancien boxeur prodige réduit à la misère, a vu ses rêves de gloire détruits par un accident qui lui a coûté sa jambe. En outre, la mort de son jeune frère survenue il y a déjà bien longtemps le hante encore, tout comme la culpabilité ne cesse de le ronger. Solitaire, sans espoir, retrouvera-t-il l’envie de rêver à nouveau ? Sa rencontre avec le jeune boxer Jirô sera pour lui la chance de revivre sa passion pour la boxe.
Il entraînera le futur champion et en prendra soin comme il n’a pu le faire avec son petit frère. Mais le Dieu de la mort les guette et les mettra à l’épreuve à mesure que le match décisif de Jirô approchera. Les deux compagnons se retrouveront irrémédiablement liés par le destin et devront se confronter aux fantômes de leur passé. (Résumé éditeur)

Voilà, voilà… Quand tu as lu un livre/une bd, que tu n’as pas spécialement pas aimé sans non plus avoir eu envie de le reposer sans connaitre la fin mais que tu ne sais pas quoi dire… c’est donc le cas pour ma dernière lecture de l’année et mon premier article de l’année!! 😆

L’histoire est bien résumée par l’éditeur donc je ne sais quoi dire de plus si ce n’est cette sensation d’être dans les bons sentiments, pas jusqu’au gnan gnan quand même mais bon… j’ai lu depuis le terme de « sensiblerie » qui pourrait peut-être correspondre…

Du coup ce n’est pas une lecture inoubliable, même si j’ai bien aimé le style avec des chats anthropomorphes jolis a regarder mais qui entretiennent peut-être cette sensation au niveau des bons sentiments. A vous de juger!!

9782203062382_4

Manazuru de Hiromi Kawakami

3 Nov

9782809703276FSKei vit avec sa fille et sa mère depuis la disparition mystérieuse de son mari plus d’une dizaine d’années auparavant.  Un jour sur un coup de tête elle se rend dans la petite station balnéaire de Manuzuru et découvre progressivement qu’il y a un lien avec son mari disparu.

Entre relations compliquées avec son ado de fille qu’elle ne comprend plus, avec son amant marié et sa difficulté à oublier son mari, Kei va faire plusieurs voyages à Manazuru en compagnie de l esprit plus ou moins consistant d’une femme inconnue.

Je dois dire que ce livre m’a laissée un peu perplexe, alors que j’avais adoré mes deux précédentes lectures de cet auteur, Les années douces et Cette lumière qui vient de la mer.

Pourtant on est dans le même genre de récit qui est beaucoup porté par son ambiance mais je ne sais pas peut-être qu’ici les relations mère/fille et le difficile deuil d’une personne disparue sans qu’on sache si elle est morte ou vivante ne m’ont pas touchées.

Ça ne m’empêchera pourtant pas de continuer ma découverte de cet auteur!!

Pink Diary T.1 à 4 de Jenny

23 Juin

9782756000688FS« Kioko Tominari, 16 ans, découvre avec horreur que le garçon à qui elle avait tenté maladroitement de déclarer sa flamme quatre ans plus tôt, sera dans son lycée à la rentrée. Elle voit d’un très mauvais œil Tommy agir comme si rien ne s’était passé. Sans compter qu’il lui présente sa petite amie qui, elle, n’a qu’une envie : devenir la meilleure amie de Kioko ! La mort dans l’âme, Kioko s’apprête à vivre une rentrée très mouvementée. » (résumé éditeur)

Dans la série formats inhabituels, voilà le manga français. La sortie du premier tome remonte un peu, je l’avais lu à l’époque et je l’avais trouvé bof mais je n’en avais pas plus de souvenir que ça. J’ai quand même décidé de le prendre pour mes ados qui bien sûr adorent et du coup je me suis remise à les lire.

Me voilà donc avec un avis toujours aussi réservé. Autant j’avais déjà lu des bd françaises format manga mais elles racontaient des histoires se déroulant en France… Bon, on peut accorder à Jenny d’avoir écrit son histoire avant celles auxquelles je pense (Celle que je suis, Les îles du vent, appt. 44 ) et d’être peut-être une des premières (?) à avoir tenté le format manga en France.

Mais du coup, je suis moins emballée par l’histoire 100% japonaise. Je ne connais pas la vie de Jenny mais le Japon semble un pays tellement différent du notre que ça me paraît bizarre de se lancer dans une histoire de lycéens japonais. Bon après j’ai peut-être l’esprit un peu étriqué à ce niveau là car je n’ai jamais été choqué que Disney fasse des histoires se passant dans tous les pays du mondes et en effet ça serait un peu triste si les auteurs n’avaient le droit que d’écrire des histoires se situant dans leur pays avec des gens de la même nationalité qu’eux!

Je pense donc que c’est surtout que je n’arrive pas à saisir ce qui me gêne vraiment dans cette bd, peut-être qu’elle soit un peu caricaturale de situations vues et revues dans d’autres mangas.

Je trouve les personnages pas très attachants et assez pleins de chichis (oui expression courante employée en ce moment à la maison, principalement par ma fille de 3 ans:) et j’ai remarqué dernièrement que c’était un peu mon critère principal quand j’aime ou je n’aime pas l’histoire qu’on me raconte : le personnage est-il crédible et surtout, attachant?

En plus, ces traits de caractères que je trouve typiquement personnage japonais, j’aurais aimé les voir disparaître dans un manga français!

Ici je ne trouve pas que ça soit le cas mais après c’est une première bd, j’ai vu que d’autres avaient suivi et je vais certainement m’y intéresser! Par contre pas sûr que je finisse de lire cette série là…

Toutefois, à la lecture du tome 4 je trouve que le ton devient un peu plus personnel et qu’on voit plus le mélange de sujets qui me paraissent plus courants par chez nous (l’anorexie par exemple) mais on ‘est peut-être tout autant dans des stéréotypes.

Conclusion : comme dit plus haut, je lui donnerait certainement sa chance sur une autre série !

Et vous ?

Instinct 1 de Vincent Villeminot

26 Mai

9782092023143FSTim ne garde qu’un souvenir troublant de l’accident. Quand il a repris conscience, il était une bête féroce, avide de chasse et de sang. A-t-il rêvé ? Ce n’est pas l’avis du professeur McIntyre, psychiatre singulier, qui l’emmène dans son institut de recherche où vivent d’autres initiés, tous sujets à des métamorphoses animales. C’est là que Tim rencontre Shariff et surtout Flora, une jeune fille séduisante et insaisissable… (résumé éditeur)

Je ne résiste pas au plaisir de vous rajouter l’avis qui figure juste en dessous, signé par Stéphan de Pasquale et estampillé coup de cœur jeunesse de RTL : « J’ai découvert et dévoré en 6 heures le premier thriller pour jeunes adultes. INSTINCT c’est Danse avec les loups…garous. Effrayant, captivant, haletant, unique. Un choc dont je ne me suis pas encore remis. »

Non seulement j’adore le « premier thriller pour jeunes adultes », le gars a eu une idée de génie, il ne faut pas le priver de ses félicitations. Un thriller pour jeunes adultes, heureusement qu’il y a pensé, personne ne l’avait fait avant lui, je suis totalement admirative. Mais en plus j’aime beaucoup que Nathan (oui je viens de découvrir que l’éditeur de ce livre était Nathan dis donc, j’avais même pas percuté) utilise cette assertion à des fins publicitaires…

 

Donc ce journaliste à eu un choc, espérons qu’à l’heure qu’il est il a fini par se remettre, certainement parce qu’il n’avait jamais lu de livre pour jeunes adultes, je ne vois que ça.

Il est vrai que ce livre est captivant et se lit d’une traite mais je ne peux pas dire qu’il m’en reste grand chose après sa lecture, et probablement pas l’envie de lire la suite, j’ai tellement de bons livres à lire (enfin, surement, après tout je ne les ai pas encore lus!!)

 

Et c’est là que je dois vous faire une confidence sur les dessous du blog et comment j’écris mes articles. C’est fou comme au fur et à mesure de sa rédaction, un article peut changer de tournure… au début j’étais partie pour le faire court, cette lecture datant de deux semaines et demie et ne m’ayant pas laissé plus de souvenir que ça. Mais en reprenant le livre il me revient que j’avais noté (mentalement bien sûr, du coup il faut que je retrouve où c’est!!) des citations à partager avec vous et du coup le livre en mains, pleins de choses me reviennent, des choses plutôt négatives que j’avais complètement oublié. Et du coup cet article est en train de tourner de plus en plus vers le négatif alors que j’avais seulement prévu de vous faire un petit article bof… Et par la même occasion, je pensais que j’allais le faire vite fait et non!!

 

Donc j’ai cherché mes deux citations (à des fins de dénigrement, il va sans dire:) ) et là je suis tombée sur une autre qui m’a rappelé un point assez étrange de ce livre. J’ai eu avec Tiphanya un débat très instructif sur la langue dans laquelle sont écrits les livres et les conséquences que ça peut avoir sur le récit lui-même, question à laquelle je n’avais absolument jamais pensé. Ce livre commence aux Etats-Unis avec une famille américaine. Il se poursuit assez vite en France avec un héros principal qui parle très bien français et pour cause, sa mère était française. J’ai pensé au début avoir affaire à un roman américain. Et puis indices après indice, cette localisation française, le fait qu’il parle français et qu’il y ai une explication,ça m’a paru bizarre et j’ai vérifié, surtout après avoir lu ça dans le livre« Véronique, aussi chaleureuse que la veille, lui fit en arrivant une bise qui lui paru toute spontanée. L’Europe, la France, son charme… » et trouvé que ça faisait vraiment très cliché. A partir de là je ne peux m’empêcher de me demander pourquoi l’auteur essaye de nous faire croire dès le début que c’est américain? Parce qu’ils écrivent de bons thrillers pour jeunes adultes? Non, l’auteur vient d’inventer le genre (bon ok, je suis injuste, c’est le journaliste qui dit ça!! L’auteur lui semble bien plus conscient de ce qu’il est train de faire et doit avoir avoir quelques références!!)

 

Mais ce qui me gène plus, et ce dont je me suis souvenu pendant ma rédaction, me lançant à la recherche de ces citations, c’est ça : « Il semblait s’amuser, trouvant sans doute naturel de commander, moins qu’elle le fasse, elle. Un peu macho, le Coureur des bois. »

Bon jusque là pas de quoi fouetter un chat me direz-vous, juste une dénonciation un peu maladroite du machisme, l’intention est plutôt bonne. Oui mais ça c’est si je n’avais pas lu ça plus tôt dans le roman :

« Un clin d’œil, mais convenu, sans humour. La jeune fille et la jeune femme ne s’appréciaient guère. Pour ces raisons mystérieuses et tacites qui veulent qu’une jolie blonde sportive, lumineuse, montagnarde, et une jolie brune, de huit ans sa cadette et sombre, casanière, fondue d’ordis, se pensent tout de même en concurrence quand elles sont dans la même pièce, malgré l’écart d’âge, d’intérêt, d’amitiés. »

 

Et ça vous je sais pas mais moi ça me laisse sans voix.

Unique de Alison Allen-Gray

17 Avr

Bon en ce moment je suis là avec pas vraiment des coup de cœurs mais  vous remarquerez que je fais quand même des efforts pour revenir car ce blog me manque quand même un peu!!

9782747029650FSDominic, 15 ans, ne s’entend pas avec ses parents. Le seul membre de sa famille avec qui le garçon se sent bien, c’est Pops, son grand-père, qui perd un peu la boule. Un jour, dans le grenier de Pops. Dominic découvre un album photo que personne ne lui a jamais montré. Il est pourtant rempli d’images de son enfance. Plus il le feuillette, plus le malaise s’empare du garçon : ces anniversaires, il n’en a aucun souvenir ; ces enfants qui l’entourent et semblent être ses copains, il ne se les rappelle pas ; ces lieux où il pose, il ne les reconnaît pas. La dernière photo de l’album fait à Dominic l’effet d’une décharge électrique : c’est lui… en plus vieux ! Qui est ce jeune homme dont Dominic n’a jamais entendu parler et qui lui ressemble trait pour trait ? (résumé éditeur)

Dominic va donc conduire son enquête pour trouver qui est ce grand frère dont on ne lui a jamais parlé et savoir ce qu’il est devenu…

Attention, à partir de là me voilà obligée de rentrer dans le vif du sujet et de vous dévoiler une chose : Dominic est un clone, que ses parents ont « commandé » suite à la mort de leur premier Dominic.

Voilà un livre qui traite d’un sujet qui ressemble à celui de  Jena Fox pour toujours mais que je trouve beaucoup moins bien fait. Déjà les dialogues sont épouvantables. Mais ce n’est pas tout, je n’ai pas du tout réussi à accrocher à cette histoire, car même si je conçois que quelqu’un ayant passé au dessus de la loi pour se faire faire un clone doit être forcément quelqu’un de riche, voir surgir le père  dans son hélicoptère privé est assez surréaliste et beaucoup d’autres détails aussi.

Cependant, le fait que j’ai trouvé le bouquin mauvais m’a poussé à m’interroger sur son sujet et sur le message qu’il délivre finalement, ce qui n’a pas été le cas lors de ma lecture de Jena Fox qui m’avait plus plu. Car le fond du livre  est de dire que les clones humains, sont interdits, que ça pose un problème moral d’en faire et que l’opinion publique pense(rait) que ce ne sont pas vraiment des humains. La fin du livre laisse entendre que si, un clone humain est bien un être humain à part entière et qu’il a une âme… Mais on ne se questionne pas sur la légitimité de faire ce clone.

En fait il m’avait pensé à Jena Fox et j’ai mis un peu de temps à trouver pourquoi ce dernier m’avait moins dérangé : dans Jena Fox il s’agit d’une ado qui a un accident et dont les parents contournent la loi pour remplacer ce qui manque (je ne me souviens plus exactement) mais il ne me semble pas que ça soit un clone, c’est plutôt qu’on refait son corps à partir des éléments qui en restait. Du coup la question là est plus jusqu’à où aller pour sauver un être cher et la fin va aussi vers la légitimation de ce processus. Dans Unique il est plus question de simplement remplacer un être disparu, ce qui me pose personnellement un peu problème.

Voilà pourquoi j’ai mis longtemps à finir cet article qui reste malgré tout un peu bancal mais je ne crois pas que je pourrais faire mieux!! Si vous l’avez lu, je lirais votre avis avec plaisir!!