Tag Archives: Bien Sans Plus…

Les orphelines d’Abbey Road T.1 : Le diable vert de Audren

28 Mar

9782211213646FSJoy est pensionnaire d’un bien étrange orphelinat, installé dans un manoir dont l’ancien nom est le Diable vert.

Avec son amie Marguerita, elles rêvent d’explorations et d’aventure pour conjurer leur triste existence à rêver de retrouver leurs parents. Elles se lancent donc dans l’exploration d’un souterrain qui sent le souffre mais c’est leur amie Prudence qui va y rencontrer le diable en personne et commencer à dépérir dangereusement.

Ses amies vont tout faire pour la sauver, y compris aller chercher de l’eau dans un monde mystérieux qui se trouve – ou pas- dans le petit bois derrière le jardin potager.

Ce roman est le premier d’une trilogie et il met donc en place un univers bien singulier en plus de l’intrigue principale. J’ai pourtant trouvé qu’il était assez plat et manquait de piquant. Pourtant beaucoup d’éléments sont réunis qui mettent l’eau à la bouche, comme ce fameux monde d’Alvénir qui est à peine évoqué alors qu’il est au centre de l’intrigue. Apparemment il sera plus développé dans les tomes suivant et suffira peut-être à me les faire lire mais peut-être pas.

Il y a en effet dans ce livre pas mal de choses que j’ai trouvé un peu banales ou alors complètement tirées par les cheveux : la scène justifiant qu’il y ait une suite à ce livre par exemple,  la raison pour laquelle Lady Bartropp a fait construire cet orphelinat, ou encore les abracadabrantes révélations sur les parents de Marguerita.

Je ne suis donc pas convaincu par ce premier tome même si le fait d’avoir entraperçu un monde qui me fait un peu penser au Clairvoyage d’Anne Fakhouri ou à Galymède de Maëlle Fierpied puisse être un encouragement…

A voir donc.

 

No Pasaran, End Game de Christian Lehman

28 Oct

9782211079679FSEt si l’Expérience ultime n’était pas seulement un jeu vidéo mais un moyen de remonter le temps ? Eric est retourné dans ce qu’il croyait encore être un jeu pour libérer Andreas. Au moment où il l’a retrouvé dans le Paris de 1942, son ancien camarade de classe lui a échappé et s’est enfui avec la disquette. Perdu pour de bon. Lâché, tel un monstre, dans la France de l’Occupation. Prêt à tout pour renverser le cours de l’Histoire et faire gagner le camp des bourreaux ! Qui peut encore l’arrêter ? Eric et Thierry sont désormais hors jeu.
Gilles, le frère d’Eric, reporter de guerre, se porte volontaire pour retourner dans une France vert-de-gris, où des policiers français traquent des enfants, où des miliciens prêtent main-forte aux nazis. Il n’aura aucun droit à l’erreur, ni dans le jeu ni dans la vie réelle. Car il n’y a pas de point de sauvegarde. Il n’y en a jamais eu… (résumé éditeur)

Et bien on pourra dire que cette fin on l’aura attendue! Et que j’aurais eu du mal à rédiger cet article…

En effet, si je garde un bon souvenir du premier tome, un classique aujourd’hui, je suis plus mitigée sur la suite.  En effet, l’exercice était plutôt difficile : une suite avec des ados si longtemps après avec toutes les évolutions technologiques qui ont eu lieu, comment concilier le temps du livre et le temps des ados aujourd’hui? (on passe quand même de la disquette au téléphone portable et à internet!)  D’ailleurs je n’ai pas comparé le temps écoulé dans le livre et celui entre les dates de parutions.

Mais du coup j’ai trouvé ce troisième tome exigeant au niveau de la lecture : on s’adresse plus à des lecteur du premier opus qu’à des jeunes découvrant le livre, ce qui fait qu’il serait plus à classer en jeunes adultes bons lecteurs qu’en ados. Et d’un autre coté je me demandais si la fin et le sort du mystérieux vendeur de jeux vidéos londonien était prévu depuis le début ou pas; Et puis j’ai trouvé un peu too much le parallèle entre le nazisme, le front national et l’islamisme, ça fait un peu beaucoup pour un seul livre…

J’ai embrassé un zombie (et j’ai adoré) de Adam Selzer

25 Sep

9782013236539FSAlley est une lycéenne comme les autres, sauf qu’elle ne trouve pas ça cool du tout de sortir avec un mort vivant, contrairement la majorité de ses congénères… En tant que rédactrice en chef du journal du lycée elle le leur fait d’ailleurs savoir vertement et régulièrement! Son truc à elle c’est la musique. D’ailleurs quand elle va couvrir ce concert dans un petit café du coin, elle tombe tout de suite sous le charme de cet étrange et ténébreux chanteur à la voix rauque… Seulement il est atteint d’une drôle de maladie qui fait qu’il a une drôle d’odeur et doit prendre régulièrement un médicament. Tout se corse quand elle se rend compte qu’il habite dans un cimetière…

En fait nous vivons dans un monde où une grande chaine commerciale a exploiter pendant longtemps les zombies ce qui fait que pour se défendre ils n’ont pas eu d’autres solutions que de se faire connaître au grand jour; Depuis ils vivent au grand jour, ainsi que les vampires, avec qui ils ne sont pas très potes d’ailleurs…

Voilà un livre léger, où l’existence des vampires et des zombies est traité de manière plutôt ironique et qui est prétexte à une histoire sur un premier amour. Alley, surnommée « la reine de glace » va voir fondre son cœur pour un zombie mais va surtout devoir apprendre qu’un premier amour est rarement éternel…

Ceux qui sauront de Pierre Bordage

3 Fév

9782290020586FSQuoi de mieux pour commencer le challenge Winter Time Travel qu’un livre gagné lors d’une précédente édition? En plus va vraiment falloir que je travaille car je voulais piquer le résumé éditeur mais vu que la personne qui l’a fait n’a pas lu le livre ça ne vous donnerait pas vraiment une idée du contenu…

Ce livre se passe en 2008 (bon ok je vous livre une info qu’on n’a qu’a la fin mais bon en même temps on s’en doutait) et le point de divergence uchronique se situe au niveau de la 3ème république quand celle-ci se termine dans le sang, son gouvernement fusillé et les réformes de Jules Ferry concernant l’école étant abandonnées. D’ailleurs l’école est carrément interdite par la monarchie pour éviter que le peuple ne sorte de sa condition.

Nous sommes donc plongé dans une société du début du 19ème siècle mais qui a encore un peu régressé au niveau des conditions de vie des plus pauvres. En effet les plus riches ont eux des voitures, des avions et accès au réseau R2I,une sorte d’internet bridé par les autorités.

Jean et Clara, chacun né du côté de la barrière, vont pourtant se rencontrer, l’occasion pour Clara de découvrir les véritables conditions de vie du peuple et tout faire pour se retrouver.

Mon avis sur tout ça est tout à fait mitigé car je trouve que le temps décrit par Pierre Bordage est vraiment resté figé depuis la fin de la 3ème république, il ne nous présente pas vraiment une évolution même si quelques éléments que j’ai cité plus haut sont modernes, on dirait juste qu’il ont été greffés sur un 19ème siècle ou plus personne ne sait lire et compter. En plus on trouve quand même de petits détails troublant comme des marrons dans un cornet de papier journal vendus dans la rue ou Clara qui retrouve quelqu’un du peuple à son nom sur la boîte aux lettres alors que l’auteur insiste bien sur le fait que personne ne sait lire. Du coup ça fait un peu discours moralisateur sur « vous voyez quand on vous dit que c’est important d’aller à l’école, voilà comment on vivrait si on n’y allait pas » Alors que la situation ne me parait pas si différente aujourd’hui entre les gens qui triment toute la journée pour pas grand chose et ceux qui sont toujours à l’abri du besoin et le ne pensent qu’à gagner plus d’argent (excusez -moi, je viens de regarder le film « Les nouveaux chiens de garde » du coup ça rajoute une couche!)

Pareil pour la révolte populaire qui se laisse massacrer sans broncher alors qu’il s’agit quand même de Huit cent mille personnes. il me semble qu’historiquement, toutes les révoltes populaires ont été un peu plus vindicatives..

J’ai donc eu du mal à adhérer à la vision proposée par Pierre Bordage même si je n’ai pas non plus tout rejeté en bloc… A voir donc en lisant la suite…

winter time travel

 

 

1Q84 Livre 3 : Octobre-Décembre de Haruki Murakami

13 Juil

Voilà juste un petit mot, pas un vrai article, pour vous dire que j’ai enfin fini le tome 3 de 1Q84 (même si la bibliothèque a essayé de me faire le même coup que pour ma réservation du premier, là j’ai réagi à temps!). Et que dire alors? J’avais déjà parlé du 1 et du 2, je n’ai rien de plus à rajouter si ce n’est qu’une fois l’histoire finie, et bien il est évident que ça ne restera pas mon Murakami préféré, j’en suis d’ailleurs un peu déçue car j’attendais beaucoup de cette histoire longue… J’ai même eu du mal a me remettre dans l’histoire en reprenant ce livre. Mais finalement c’est fait, c’est lu, et je ne regrette pas de ne pas l’avoir acheté!!