Archive | Mes incontournables RSS feed for this section

L’Héritage d’Emile T.1 : Le domaine Hatcliff de Florence Magnin

5 Fév

Juillet 1801, Connemara. Deux hommes pénètrent dans un cairn, entouré d’un cimetière de bateaux alors qu’ils sont éloignés de la mer. Il semble s’agir d’un tombeaux que le premier des deux hommes va s’empresser de piller avant qu’il ne disparaisse mystérieusement.

Juillet 1923, Paris. Emilie vient de se faire virer des Folies Bergère pour avoir refusé de se faire regarder dans sa loge par un vieil excentrique. Ça tombe plutôt bien puisqu’elle reçoit une convocation chez le notaire afin de toucher son héritage : celui du frère de son trisaïeul Louis André Bertin.

Bien que tout cela semble louche, elle part immédiatement vers l’Irlande pour voir d’elle même l’état du domaine.

Ce premier tome, la série en compte 5, est vraiment un tome d’exposition et il met en place quantité de personnages, en fait trois groupes qui semblent savoir pas mal de choses sur ce domaine et qui gravitent autour d’Emilie sans qu’on sache encore ce qu’ils lui veulent.

J’avais déjà lu et beaucoup aimé cette série et je m’y remets, on comprendra bien pourquoi : j’ai voulu profiter du loto BD pour faire découvrir cette série qui me semble peu connue.

Je ne me rappelais pas que ce tome 1 servait seulement d’exposition, mais je sais que l’histoire se déroule à plusieurs époques et sur plusieurs plans temporels qui vont finir par s’imbriquer parfaitement en nous ayant fait faire un détour par la fantasy mais aussi par la science-fiction (un tout petit peu mais quand même). Je pense les amateurs d’ambiance irlandaise avec tout son folklore merveilleux y trouveront aussi leur compte.

Celle que je suis de Vanyda

18 Déc

On croirait que je ne lis pas mais en fait si, ça m’arrive! Aussitôt eu, aussitôt lu et il y avait la queue derrière moi pour prendre la suite!!

On retrouve Valentine en première, séparée en classe de tous ses amis mais qui les retrouve quand même dans la cour de récréation et dans ses diverses activités : club manga, cours de Hip Hop… Elle se rêve toujours de Felix mais de nouvelles rencontres et autres anciennes connaissances vont peut-être bientôt la faire changer d’avis!

C’est avec plaisir que je me suis plongée dans ce dernier volet de l’histoire de Valentine et franchement, j’avais pas envie d’en sortir (ce qui me fait penser que vraiment, vraiment, il faudrait que je me replonge dans l’immeuble d’en face pour en découvrir la suite!!). Je ne sais pas si c’est que je me reconnais dans ce personnage mais finalement Alain aime aussi, ce qui me rassure sur le côté pas exclusivement féminin de cette bd! Peut-être qu’on peut tous retrouver nos années lycées dans cette bd. Mais pas seulement car je connais tout un groupe de collégiennes particulièrement fan!!

Mon avis sur le premier tome (ne cherchez pas le deuxième, je l’ai lu bien sûr mais je ne parle pas de tout ce que je lis quand même!!)

Une série coup de cœur que je vous recommande chaudement si vous ne l’avez pas encore lue!

♥ L’équilibre des chants de Caroline Stevermer

7 Mar

Glasscastle. L’université des tours rêveuses et des cloches distantes, des professeurs pompeux et des étudiants agités, de l’architecture exquise et des pelouses qui peuvent vous étouffer jusqu’à la mort si vous marchez dessus sans autorisation. Sous les apparences tranquilles d’une université anglaise se cache une magie aussi ancienne que redoutable. Samuel Lambert, tireur d’élite, cow-boy, aventurier et ancien artiste de cirque, a été invité à Glasscastle pour contribuer avec sa sûreté de tir à l’archi-secret dispositif Azincourt. Les seuls dangers auxquels il s’attendait étaient le snobisme anglais et le thé à toutes heures de la journée. Mais de nombreux complots, intérieurs et extérieurs, menacent l’université de Glasscastle et les choses ne tardent pas à devenir bien plus excitantes que Lambert ne l’avait prévu ! (résumé éditeur)

J’ai retrouvé dans ce livre un personnage du précédent roman de cette auteure : Jane Brailsford et ce avec grand plaisir…

Tout d’abord, sachez qu’il n ‘y pas du tout besoin d’avoir lu L’équilibre des ancres pour lire celui-là. L’ambiance aussi est un peu différente, nous sommes ici dans une histoire plus anglaise (l’auteure est américaine, je le rappelle, mais ça ne se ressent pas), avec un peu de flegme britannique…

L’intrigue est assez enlevée, mais on n’en oublie pas pour autant l’heure du thé! D’ailleurs l’auteur a « également co-écrit avec Patricia C. Wrede trois romans épistolaires de fantasy, placés sous le signe de Jane Austen. » J’attends leur traduction française avec impatience!! Et je viens aussi de me rendre compte que c’est aussi dans cette présentation que j’ai entendu parler de Terri Windling, ce qui m’a poussé à prendre son roman quand je l’ai vu à la bibliothèque.

Sinon mon édition est toujours la première, celle qui est pleine d’horribles coquilles, mais normalement la réedition en un volume des deux romans et l’édition du Livre de poche sont corrigées.

D’ailleurs le titre du Livre de poche « Un étudiant de Magie » est bien plus correcte que celle des moutons électrique mais aussi beaucoup moins beau (et je ne vous parle pas de la couverture, vous pouvez en juger par vous même)

donc je vous le répète, je veux que vous lisiez ces deux livres sinon je vais finir par me vexer!!!

Et c’est ce livre qui commençait comme ça

Oklahoma Boy T1 et 2 : Iron & Flesh de Thomas Gilbert

17 Fév

Tome 1 :

Élevé par son père dans une bourgade reculée, Oklahoma Boy mène une existence simple, faite de contrition et de piété. L’éducation religieuse sévère et fanatique de son père le pousse à toujours plus de renoncements et de sacrifices, dans l’espoir de trouver le Salut. Peu à peu isolé de ses camarades, il va cependant découvrir que l’horreur s’insinue partout, y compris là où on l’attend le moins. En posant dès les premières pages une ambiance dense et atypique, Thomas Gilbert nous embarque malgré nous et sans détour dans une épopée redneckienne hallucinée qui, sans jamais y répondre, semble inlassablement poser la question : faut-il tendre l’autre joue ? (résumé éditeur)

Tome 2  Iron & Flesh :

Après une enfance difficile marquée par le fanatisme religieux et les drames familiaux, Oklahoma Boy s’engage dans l’armée pour y devenir aumônier. Le chaos ambiant de la guerre, transformant les hommes en véritables machines à tuer, le plonge cependant dans le désarroi : à quoi bon bénir des membres épars ? Dieu a-t-il seulement une place en ces lieux ? Confronté à l’absurdité, Oklahoma tentera non sans peine de concilier ses convictions et sa propre survie.
Après Oklahoma Boy, ce deuxième volume de la trilogie éponyme explore le genre de la guerre. De par son trait audacieux, Thomas Gilbert nous invite à partager le dilemme moral de son héros, et nous propulse sans détour en plein cœur d’un enfer épique et captivant. (résumé éditeur)

Voilà deux bd que j’ai bien aimées, comme toutes mes lectures Manolosanctis jusqu’ici. (ce qui nous amène à 5 je crois)

Le premier tome raconte l’enfance d’Oklahoma, élevé seul par son père, fanatique religieux. Sa vie est faite de contrition et de souffrance mais aussi de doutes, qu’il paye cher, bien qu’il soit tout à fait acquis à la cause divine.

Le deuxième le suit dans la guerre en Europe. Les deux tomes sont complètement différents, le premier est plus dans la retenue et le non dit alors que le deuxième est une espèce de descente aux enfers hallucinée, violente et glauque. Et aussi beaucoup plus dense. Notre héros ne va pas mieux que dans le premier tome et son enfance a laissé des traces indélébiles. Je me demande d’ailleurs ce que nous réserve le troisième tome, est-ce que ça va s’arranger ou bien est-ce que c’est irrémédiable, les deux sont à mon avis possible.

Toujours pour Iron & Flesh, le dessin rend très bien l’ambiance dans laquelle le personnage évolue, la scène dans le bordel de campagne est saisissante par exemple, on comprend très bien qu’elle puisse faire vomir…

Le seul bémol pour moi ce sont les longues citation (de la Bible j’imagine) en anglais sans traduction. Bon ça n’a peut-être que peu d’importance mais moi j’aime bien que tout soit toujours traduit, c’est comme ça!!

Sinon pour ce qui est de Manolosanctis, on voit l’évolution entre ces deux albums : le premier est souple avec du papier glacé et le second cartonné avec du beau papier crème et mat. Le premier étant le premier album publié par la maison d’édition (et acheté par moi lors du festival de St Malo et du coup agrémenté d’une rencontre avec l’auteur qui est super sympa et d’une belle dédicace, non je vous la montrerais pas je suis égoïste, elle est pour moi, na!) j’en déduis qu’il ont depuis affiné la personnalité de leurs différentes collections, et j’aime assez.

Je me demande si le deuxième tome était prévu dès le début, je n’ai pas  l’impression mais  en tout cas j’attends la fin de cette trilogie avec impatience!

Chez le même éditeur et avec la participation de l’auteur vous pouvez lire 13M 28 (ou aussi son adaptation de Bjorn le Morphir , ce que je compte faire moi-même un de ces 4)

Merci à Manolosanctis et à BOB pour cet envoi (le deuxième tome donc si vous avez suivi!!) et n’hésitez pas à aller faire un tour chez Manolo (ouais c’est comme ça qu’on dit quand on en a marre de le dire en entier!!) vous pourrez y lire les premières planches de ces albums (34 pour le tome deux, c’est pas rien quand même)

♥ Les voies d’Anubis de Tim Powers

3 Fév

En 1983, Brendan Doyle, professeur de littérature spécialiste de Coleridge accepte de faire un voyage en 1810 pour aller le rencontrer en personne. Il espère par la même occasion en profiter pour tirer un peu au clair la vie de William Ashbless qui a laissé très peu de traces et à qui il aimerait consacrer sa prochaine biographie.

Il va se retrouver très vite coincé là-bas et se retrouvé pris dans des enjeux qui le dépasse complètement, incluant une lutte contre d’étranges magiciens qui veulent faire régner les dieux égyptiens sur l’Angleterre. Il y a aussi des singes qui apparaissent soudainement, des Ka, doubles magiques de certaines personnes, j’en passe et des meilleures!!

On va croiser beaucoup de personnages, vivre des aventures rocambolesques et bien s’amuser. Car Tim Powers sait nous faire plonger dans un livre sans plus aucun espoir de le lâcher, ne serait-ce que pour aller dormir! Toutes les pièces du puzzle s’emboitent parfaitement (même si je ne peux m’empêcher de tiquer sur un paradoxe temporel dont je ne vous dirais rien ici pour ne pas trop dévoiler l’intrigue, mais les paradoxes temporels me font toujours tiquer et ça occasionne de passionnants débats à la maison !!) et sans qu’il n’ait besoin de s’appesantir sur les situations, ce qui est agréable.

En revanche après cette lecture je ne peux que me poser des questions sur le steampunk car ce livre est (rappelons-le, on ne sait jamais) un des trois fondateurs du genre et pourtant nulle trace ici de passé avec machines à vapeur ou autre, ce passé pourrait être le notre mais avec de la magie en plus et des voyages dans le temps…. Bon après vous n’aurez qu’à me répondre « va lire ton livre sur le steampunk d’Etienne Barillier, il t’apportera certainement des réponses, notamment sur le développement d’une esthétique steampunk, etc… »

Bon, bah si vous croyez que j’ai le temps, j’ai un livre sur l’uchronie à finir moi!! 😉