Le voyage de Mosca par Frances Hardinge

17 Mai

9782070574858FS« Après avoir mis le feu à un moulin, Mosca la jeune orpheline s’enfuit en compagnie de son oie Sarrasin pour suivre Eponyme Clent, escroc poète et beau parleur. Ils se rendent à Mandelion, la ville d’où son père le célèbre écrivain Plumedoy avait autrefois été banni. A leur arrivée, ils découvrent que les guildes d’artisans se livrent une lutte sans merci. La jeune aventurière ne tarde pas à mettre au jour un terrible complot… » (résumé éditeur)

Autant vous prévenir tout de suite, on n’est pas loin du coup de cœur! Mais par contre quelle couverture… Ce n’est pas qu’elle soit laide mais elle est en inadéquation totale avec la teneur du roman. Pour dire, c’est elle qui a fait que j’ai repoussé sans cesse sa lecture malgré les avis coup de cœur qui l’avaient fait atterrir dans ma PAL il y a bientôt 4 ans. On dirait que l’héroïne est une espèce de bécassine avec son oie et son petit foulard alors que vraiment pas du tout. Quand j’ai commencé ce livre j’ai un peu pensé à l’Apprenti assassin même si on s’en éloigne très vite.

 

Mosca est une héroïne attachante, qui n’est pourtant pas forcément agréable au premier abord mais qui a une sacré volonté de s’en sortir. Car si elle met accidentellement le feu au moulin c’est parce qu’elle cherche à fuir son petit village étriqué et l’oncle et la tante qui l’ont recueillie à la mort de son père, plus par obligation que par affection pour elle.

 

Eponyme Clent, accusé d’escroquerie et cloué au pilori lui semble être la meilleure façon de s’enfuir pour elle qui n’est jamais sortie de son village. Mais leurs relations sont loin d’être sereines ou basées sur la confiance!

 

Et le monde dans lequel les fait évoluer l’auteur est très réussi, en gros tout le monde se bat pour le pouvoir mais Mosca va devoir par elle-même apprendre à se faire son opinion sur chacun des protagonistes et sur ce qu’elle juge juste de faire ou pas. Elle va d’ailleurs sacrément semer la pagaille avant de comprendre de quoi il en retourne!!

 

Les personnages secondaires sont aussi bien campés et l’intrigue avance de façon qu’on est toujours surpris par leurs actions.

 

L’amour de Mosca pour les livres et les écrits est repris en écho par les titres de chapitre qui tiennent en un mot commençant par une lettre de l’alphabet, dans l’ordre évidement…

 

Il faut donc oublier cette couverture qui ne reflète absolument rien et se jeter sur ce roman les yeux fermé (mais il sera préférable de les ouvrir au moment de la lecture!), pour des ados ou des adultes.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :