Archive | 10:44

Et puis un jour j’ai entendu Bob Dylan d’Alain Rémond

10 Avr

Contrairement à ce que le titre laisse penser, Alain Rémond parle ici essentiellement de lui.
Dans cet essai autobiographique partiel et partial, il revient sur celui qui a marqué sa jeunesse, et même toute sa vie, sur le choc émotionnel éprouvé à l’écoute des premières chansons de Bob Dylan, sur la façon dont il a vieilli avec lui, avec ses errements musicaux, ses fulgurances et ses impasses. Alain Rémond nous fait partager les concerts, parfois sublimes, souvent ratés d’une star bougonne qui tourne toujours frénétiquement sur toutes les scènes du monde.
De la bibliographie assez importante (une vingtaine d’ouvrages) d’Alain Rémond, on peut retenir les livres sur ses idoles : Les Chemins de Bob Dylan, Editions l’Epi, 1971 et Yves Montand, Editions Henri Veyrier, 1977.

(Résumé éditeur)

J’ai choisi ce livre Chez BOB car quand j’étais ado j’aimais lire les chroniques d’Alain Rémond dans Télérama, c’est la première chose que je faisais quand on le recevais et j’avais été très déçue quand elles avaient disparu du jour au lendemain…

Alain Rémond me faisait rire et je grinçais des dents avec lui quand il le faisait.

J’ai avec grand plaisir que j’ai retrouvé sa plume aujourd’hui, je ne savais même pas qu’il avait écrit des livres!

Alors bien sûr je ne suis pas une fan de Bob Dylan, je ne pensais connaitre que deux chansons de lui (en fait, j’en connaissais 4…) et Alain Rémond m’a donné envie d’en écouter plus, surtout car il traduit certains passages des chansons (je sais enfin de quoi il est question dans « Like a Rolling Stone »!) et en les lisant dans le bus, je m’impatientais à l’idée de les écouter en arrivant chez moi.

Bon, je ne vais pas devenir une fan non plus mais j’ai bien aimé ces chansons et mine de rien, les infos qu’on apprends sur Bob Dylan sont intéressantes. Par exemple le fait qu’il ait été le symbole de la contestation sans avoir rien demandé à personne et qu’il ait essayé en vain de se débarrasser de cette image : j’ai entendu il y a quelques jours à la radio un journaliste parler de lui en disant que c’était super contradictoire pour ce symbole de la contestation d’avoir accepté de donner un concert en Chine en censurant certaines de ses chansons… Comme quoi il n’a pas réussi à s’en débarrasser!

Une lecture réjouissante, je remercie BOB et les éditions JBz&Cie de m’avoir offert ce livre.

Ps : Je m’interroge : si le titre avait été « et un jour j’ai entendu Yves Montand », est-ce que je me serais laissée tenter de la même façon?