Chroniques de l’université invisible de Maëlle Fierpied

9 Fév

Certaines personnes sont douées de télépathie ou de télékinésie. Mélusine, Framboise et Tristan sont de ceux-là. L’Université à pour charge de les éduquer, de leur apprendre à se servir de ce pouvoir. Pour cela, elle les repère et les intègre dans un lieu maintenu secret tout en effaçant leur vie passée.

Voilà un très bon roman qui m’a fait passer du bon temps et que je recommande (bon c’est pour les ados mais si quelques adultes veulent le lire, je ne vous en empêcherais pas!! 😉 )

L’histoire est particulièrement bien amenée, on suit successivement les trois ados de leur vie d’avant à leur nouvelle vie à l’Université d’une façon très naturelle et parfaitement chronologique (par exemple quand on lâche Mélusine pour suivre Framboise, ces deux là vont se rencontrer à l’Université le jour de l’arrivée de Framboise mais Mélusine y est depuis six mois et a donc évolué depuis qu’on l’avait laissée là, j’ai trouvé que c’était très bien fait)

Et aussi, pour moi qui n’avais pas lu le résumé de l’éditeur (oui en général j’évite, j’aime être totalement surprise par ma lecture et on a déjà vu que le résumé éditeur pouvait raconter l’histoire jusqu’à l’avant dernière page sans que ça lui cause de soucis particulier. Bon, heureusement que tous les éditeurs ne sont pas comme ça!!), j’ai découvert vraiment progressivement les véritables buts de l’Université qui est présenté comme un endroit où les enfants vont enfin pouvoir s’épanouir alors que l’auteur sème des indices pour nous faire deviner ce qui se passe. Le titre de Chroniques est d’ailleurs à prendre au sens large, c’est de ses origines et de son devenir qu’il va être question et non pas de chroniues quotidienne sur la scolarité de trois élèves!! Même si cela va se faire à travers leurs aventures.

A mettre au crédit de l’éditeur par contre : une belle couverture dont je cherche toujours le rapport avec le contenu du bouquin…

Passons maintenant aux quelques bémols que j’ai trouvé à ce roman (mais qui ne m’ont pas vraiment ou plutôt vraiment pas empêché de le trouver passionnant, plutôt des détails)

Les notes : Quelques notes rassemblées en fin de volume auxquelles je n’ai pas trouvé une grande utilité. Quand l’auteur emploi un vocabulaire un peu spécifique ou dont le sens est détourné pour l’occasion, on le comprend très bien en lisant le roman puisqu’on y trouve aussi les explications (il y en a quelques unes de complémentaires en note mais elles auraient très bien pu se retrouver dans le corps du roman)

Et le discours d’un des personnages qui reproche à un autre (de manière justifiée) de confondre les jeux vidéos et la réalité. J’ai trouvé que ça faisait un peu cliché et que rien ne semble indiquer que l’auteur fait dire cela à son personnage en prenant elle-même de la distance sur ces propos. J’ai trouvé ça étonnant pour quelqu’un qui aime les jeux vidéo.

Une petite citation pour la fin :

« Moustafa avait coupé la communication alors que Framboise terminait la moitié de sa pizza. La jeune fille repéra la minuscule cuisine et déposa le carton d’emballage rempli de la moitié restante sur le plan de travail. Il était rarissime qu’un vampire pense à la nourrir alors elle devait économiser les denrées. »

En passant j’ai bien aimé l’interprétation du mythe des vampires, mais chut je n’en dirais pas plus, seulement que leur présence dans ce livre me permet de faire compter ce livre dans le Summer Bit-lit de Lhisbei :

Un prêt de Tiphanya, pour qui ce livre est un coup de cœur et qui a fait une interview de l’auteur.

Et que dire de plus, sinon que j’attends avec impatience le prochain livre de cette auteur!!

Publicités

5 Réponses to “Chroniques de l’université invisible de Maëlle Fierpied”

  1. Lhisbei 9 février 2011 à 21:11 #

    je vais me venger madame 😀 (tu es prévenue attention)

    • Loula 9 février 2011 à 21:36 #

      ah bon? Mais pourquoi? 🙂

  2. Tiphanya 14 février 2011 à 22:08 #

    Mais là aussi y a déjà un billet !
    Et en plus maintenant tu crées des challenges pour les autres, si je comprend bien. Mais je croyais que tu refusais de participer aux challenges ?

    • Loula 15 février 2011 à 19:41 #

      Oui alors c’est un peu compliqué; D’abord Lhisbei m’a inscrite de force à un challenge et il se trouve que j’ai fais trois billets qui rentraient dans le thème sans que ça soit prévu. Mais bon maintenant que j’ai créé moi-même mon propre challenge que j’essaye d’appeler autrement pour donner le change, ça devient de plus en plus dur. Mais sur le principe je suis contre les challenges : J’aime pas me « contraindre » à lire des livres sur tél ou tel sujet et si c’est des livres que je lis déjà en temps normal (par exemple je pense au challenge sur les femmes qui font de la bd), bah je ne peux pas qualifier ça de challenge donc je ne vois pas l’intérêt… Par contre pour celui qui lance un challenge je vois très bien l’intérêt : faire lire aux autres des livres qu’on aime. (mais sinon Lhisbei elle-même participe au challenge que j’ai lancé sous son nom, c’est pas fort ça?:)

Trackbacks/Pingbacks

  1. Galymède. Fée blanche, ombre de Thym de Maëlle Fierpied | Loula, il était une fois... - 3 avril 2013

    […] Les Chroniques de l’université Invisible que j’avais beaucoup aimé, je n’ai pas beaucoup hésité quand […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :