Archive | septembre, 2010

Le débat (f)utile du jour : ménage et rangement…

30 Sep

Alors pour continuer dans la lignée des grands débats essentiels à notre société, en voilà un qui ne cesse d’être débattu chez moi et pour lequel j’aimerais bien avoir  l’avis objectif du plus grand nombre de personne afin de appuyer dans ma quête quotidienne du « faisons en le moins possible pour passer plus de temps sur internet » 8)

Donc vous l’aurez compris, le débat du jour concerne le ménage. voilà le problème : mon copain prétend que pour que l’appartement reste agréable à vivre, il faut qu’on fasse le ménage au moins une fois par semaine. bon passe encore… Mais là où nos points de vue divergent, c’est qu’il est absolument persuadé que pour faire un ménage efficace, il faut d’abord ranger

Alors que moi je trouve que l’on peut très bien faire le ménage de façon satisfaisante en trois étapes : soulever le bazar (la pile de livres, de BD, de courrier, la théière, la tasse de thé d’hier, etc), nettoyer en dessous, reposer le bazar.

Il me semble que c’est moi qui ait raison, non? 😉

Château de sable de Frederik Peeters

29 Sep

Ah, la sortie tant attendue est enfin arrivée et j’ai même eu le temps d’aller l’acheter… Et en plus j’ai même pris le temps de la lire immédiatement!

Autant d’indices, non, qu’en pensez-vous?

Mon copain, qui est en général le premier à lire mes achats (mais là je dois dire que ça faisait un moment qu’il me tannait avec « Et Peeters, il a pas fait une nouvelle Bd?) M’a dit en me le rendant « Bizarre mais très bien » (oui vous aurez remarqué, mon chéri est assez elliptique sur ses avis de lecture. Ça doit être pour ça qu’il n’a pas de blog :mrgreen: )

C’est donc tout ce que j’aurais avant de me lancer dans ma propre lecture. Ah si, autre chose, la citation en exergue : « Impossible de vous dire mon âge, il change tout le temps » (Alphonse Allais). Je n’y avait pas prêté attention mais c’est tout à l’heure en cherchant s’il y avait un résumé sur la bd que je l’ai revue et que j’ai bien compris tout son sens…

Vous aurez peut-être compris que mon problème va être de vous donner envie de lire cette bd sans vous en dire un mot, ou presque pas, car je ne veux pas gâcher votre plaisir, j’ai horreur qu’on gâche le mien et pour une fois que l’éditeur ne révèle pas le nœud de l’intrigue en 4ème de couv, ne comptez pas sur moi pour le faire!!

Alors je vais vous dire quand même : au début il y a une plage, une jeune fille matinale qui vient s’y baigner, un homme sans papier qui a passé la nuit caché dans les rochers avant de poursuivre son chemin, une famille qui arrive pour passer la journée à la plage.

Voilà moi je m’arrête là, impossible d’en dévoiler plus. Cette histoire est simple et en même temps tellement riche, je pourrais dire si je n’avais pas peur de faire cliché « c’est l’histoire de la vie » mais même en l’écrivant, non, ce n’est pas ça non plus, ouf, pas de cliché ici!

Alors je sais que c’est léger, mais si vous aimez Peeters, si vous avez adoré Pilule bleue et Lupus vous pouvez y aller les yeux fermés, c’est du bon et comme le dit son éditeur « Frederik Peters n’a eu de cesse de se remettre perpétuellement en question et semble décidé à n’être jamais là où pourrait l’attendre […] » (Ceci dit, moi je ne l’attends nulle part!! 😉 )

Petite précision, il n’est pas au scénario, et le scénariste en question a été rencontré pour un projet d’adaptation cinématographique de Pilules bleues…

Château de sable de Frederik Peeters et Pierre Oskar Lévy

Tisanes L’herbe à l’aise et nouveau salon de thé…

27 Sep

Alors que je suis justement en train de boire une tisane « l’air d’ailleurs » (composée de Mélisse de Crète, thym orange, feuilles de noisetier) je me rends compte que cette sympathique tisane, achetée il y a maintenant deux ans en vacances dans une non moins sympathique librairie restaurant dans le Gers est en train de toucher à sa fin…

De même que celle du « Roi repu » (Mélisse, origan, ortie, romarin) et je ne parle pas de la délicieuse « Fais dodo » (Marjolaine, Mélisse, Menthe poivrée, Lavande) qui elle a disparu immédiatement sur le lieu de vacances (avez-vous remarqué d’ailleurs comme il toujours difficile de trouver quelque chose pour infuser quoique ce soit dans une location saisonnière? Cet été j’ai passé une semaine à faire du thé et de la tisane dans le pot de la cafetière électrique, sachant que j’avais deux buveurs de café avec moi, la bataille était rude mais je ne pouvais tout de même pas utiliser la jolie carafe très fine que j’avais peur de casser 😉 )

Et là tout à coup, je me dis qu’il est dommage de ne plus avoir ces bonnes tisanes et une petite recherche sur internet m’apprends que non seulement je n’aurais pas à vivre cette injuste privation mais qu’en plus il y en plein d’autre qui m’ont l’air tout aussi bonne!!

Petite précision : la première infusion m’avait déçue par son peu de goût et en fait j’ai trouvé la parade : il faut « casser » les feuilles dans le poing avant de les mettre à infuser et là c’est parti!!

Si vous aimez ce genre de tisane, ne vous privez donc pas!!

Autre nouvelle réjouissante : un nouveau salon/comptoir de thé va ouvrir ses portes à Paris dès demain pour le comptoir et dès mardi prochain pour le salon de thé. Ma mère adorant garder sa petite-fille (et moi même étant en congé parental pour siiiiiix longs mois, dois-je le rappeler encore et encore, non, je ne travaille pas, youpi! 😆 ) je pense que je vais pouvoir aller faire un tour là-bas assez rapidement, genre mardi prochain! 😉

TEAthétcha – Le comptoir de l’Artisan de saveurs

119 rue de la Glacière dans le 13ème

Métro Glacière/Bus n°21/ Bus n°62

Ouvert du mardi au samedi de 10h à 19h (à partir de 14h30 pour le salon de thé)

(bah oui parce qu’après je pars au salon de la bd de St Malo, voir explication dans la parenthèse précédente!)

Premières impressions (2)

26 Sep

Je n’ai toujours pas repris Mansfield Park, par contre je lis en ce moment deux romans qui me plaisent beaucoup plus, même si leurs univers sont vraiment très différents. J’ai d’ailleurs du mal à passer de l’un à l’autre, mais je dois tous les deux les lire rapidement pour deux raisons : l’un est un emprunt à la bibliothèque et l’autre m’a été envoyé via les lectures en partenariat de BOB, je dois donc rendre ma copie rapidement!!

Le premier ce sont les Tendres plaintes d’Ogawa et le deuxième c’est May le Monde de Michel Jeury. Le premier me transporte dans la campagne japonaise avec une atmosphère plutôt mélancolique et le second dans un langage un peu déroutant au premier abord, mais qui se comprend très bien, dans un monde un peu mystérieux avec une petite fille malade.

Bientôt des nouvelles donc…

La saison des mûres de Polly Horvath

23 Sep

Raclette est affublée d’une mère égoïste et un peu folle et surtout de Cette Chose sur son omoplate qu’il ne faut surtout montrer à personne car elle risquerait de détruire leur vie sociale à toute les deux, vie sociale qui est par ailleurs inexistante.

Soudainement sa mère décide de l’envoyer passer l’été chez ses vieilles tantes chez qui elle-même passait ses étés adolescente. Fidèle à elle même, elle l’envoie au dernier moment et sans valise.

Ces deux vieilles femmes, Tilly et Penpen sont deux excentriques, « Les deux étranges dames Menuto » surnom qu’elles préfèrent largement à celui- de « dames aux mûres »

Elles ont décidé de mourir ensemble, échéance qui semble se rapprocher… Mais là elles vont devoir apprendre à Raclette le plaisir de vivre tout simplement et sans se préoccuper des idées farfelues de sa mère. Une 2ème ado va pointer le bout de son nez  et elles vont vivre un été qui va changer leur vie…

Alors j’ai beaucoup aimé mais je suis un peu perplexe sur la place de ce roman dans la collection Neuf de l’École des loisirs qui suppose un lectorat assez jeune pour un roman de cette taille et avec ce ton… En plus les héroïnes ont 13 ans (il me semble) alors que je pensais que la collection neuf s’adressait à des plus jeunes (même si les collections de l’école des Loisirs ne sont pas faites en fonction des âges mais en fonction des niveaux de lecture ou quelque chose comme ça.) Sur le coup je me suis dit que l’humour un peu particulier de ce roman le faisait de toutes façon s’adresser plus à des adultes qu’à des jeunes, mais je me rends compte après coup que si j’ai plutôt suivi l’histoire du point de vue de femmes de 80 ans confrontées à des ados qui n’ont pas du tout le même mode de vie, finalement on pourrait bien l’envisager du point de vue des ados confrontées à des personnes âgées!!

En tout cas j’ai beaucoup rigolé à la lecture de cette histoire avec par exemple l’obsession de la mère de Raclette pour le club de chasse (la prière du club de chasse vaut le détour) ou Penpen qui veut absolument raconter le détail du suicide de sa mère pour changer les idées aux deux filles (« – Je me dis qu’elle doit se sentir tellement moins que rien devant nous qui avons été témoins de son abandon. Je vais lui raconter comment j’ai trouvé la tête de Mère, dit-elle.

– Seigneur, Penpen, personne n’a besoin d’entendre cette histoire! Elle est tout simplement horrible!

– Vous avez trouvé la tête de votre mère? demanda Raclette. » (p.243)

Voilà un petit extrait pour vous faire une idée du ton général de ce livre :

Il m’a alors passé la bague au doigt et a tenté de m’embrasser, mais il n’en était pas question, pas après ce serment minable. Nous avons redescendu l’allée au milieu des petites explosions de rire qui nous arrosaient comme du riz et ç’a été la fin de notre mariage. Au bout de l’allée, il est parti de son côté et moi du mien. il avait naturellement essayé de me suivre un petit moment, mais je l’ai écarté à coups de pieds et il a finalement renoncé. Je ne me suis jamais donné la peine de demander l’annulation de mon mariage ou le divorce parce que toute cette affaire avait comblé mon besoin d’épousailles et que je n’envisageais pas de recommencer. Mon seul regret était que je savais plus quoi faire pour me distraire, Mais Père a résolu le problème dès la semaine suivante, n’est-ce pas, Penpen?

– Absolument, dit Penpen

– Qu’est-ce qu’il a fait? demanda Raclette?

– Il est mort, dit Tilly. (p.92)

J’ai lu ce livre suite à une autre lecture du même auteur : La fille sur la balançoire rouge qui était très bien aussi et probablement plus à sa place dans la collection Neuf!