Archive | 21:13

Le sablier T.1 et 2 de Hinako Ashihara

28 Nov

Attention suite à un commentaire de Manu, je précise que j’en dis beaucoup et que je parle de l’histoire des 2 tomes…

A la veille de son mariage, un sablier découvert dans ses affaires fait replonger An dans on passé : ses parents viennent de divorcer suite aux dettes monstrueuses de son père. Avec sa mère, elle quitte la vie trépidante de Tokyo pour retourner dans le village natale de celle-ci qui est un tout petit village de campagne et qu’elle déteste. C’est pour lui échapper qu’elle avait épousé le père d’An. Suite au suicide de sa mère, An va se retrouver seule avec ses grands-parents. Heureusement Daigo, son voisin sera là pour la soutenir et l’aider à s’habituer à sa nouvelle vie. Elle va rencontrer aussi Fuji, fils de la famille fortunée du coin ainsi que sa petite sœur, Shiika. Ces nouveaux amis lui seront d’une compagnie précieuse.

Voilà un manga dont je n’avais jamais entendu parler et que j’ai découvert par hasard à la bibliothèque. La lecture du premier tome m’a fait me précipiter sur le deuxième, je l’ai vraiment beaucoup aimé. J’ai encore aimé le deuxième tome, mais j’ai un peu peur de la suite, j’espère que je ne serais pas déçue…

En fait, j’ai l’impression que ce premier tome était peut-être prévu pour être un one shot et que par la magie des prépublication et de l’enthousiasme du public il se soit transformé en série, ce qui est courant au Japon.

En fait le premier tome s’étale sur deux ans et aurait pu se finir comme ça avec An Et Daigo qui sortent finalement ensemble, tout à la fin, le récit d’un premier amour qui était assez réussi; en effet, si on retrouve déjà certains éléments du shojo comme le triangle amoureux, j’ai trouvé que c’était fait de façon subtile : on se doute que Fuji est amoureux d’An et on se doute qu’An va sortir avce Daigo, mais ce n’est pas du tout appuyé et le couple fini par se former à la dernière page, sans que l’autre prétendant ne se soit déclaré. J’avais plutôt l’impression de lire un manga à la frontière entre le shojo et le seinen, quelque chose de plus adulte donc. Je le lisais comme une chronique d’un passage de l’enfance à l’adolescence, la découverte d’une nouvelle vie, avec ses heurts et ses bonheurs, une chronique de l’amitié et du premier amour que les protagonistes eux-mêmes ne décèlent pas tout de suite, un sentiment qui a le temps de grandir.

Dans le deuxième tome, le ton devient un peu plus shojo, et le dessin aussi (par exemple les expressions exagérées de l’héroïne qui n’existaient pas dans le tome 1). Pour l’histoire on tombe en plein dedans, mais ça reste toujours un peu plus léger, comme un shojo, mais un peu plus adulte : An retrouve son père qui lui demande de venir vivre avec lui à Tokyo pour ses années lycées. Après hésitations, An accepte et se retrouve donc séparée de Daigo alors que Fuji est lui aussi au lycée à Tokyo…

A la fin de ce deuxième tome, j’ai lu que ce manga se déroulait en 10 tomes et raconte 14 ans de la vie d’An. Donc j’attends de voir comment il va évoluer. Mais je viens d’avoir une grande déception car en cherchant la date de parution française j’ai vu le résumé du tome 10 et donc de la fin… J’espère que je ne serais pas trop déçue!!

En tout cas une belle découverte pour l’instant, j’espère que la suite sera aussi bien (même si maintenant je crains un peu la fin:-)