Archive | 14:22

Concours chez Thiphanya

11 Août

Pour les malheureux qui ne partent pas en vacances et qui savent dessiner (mais pas seulement) il y a un concours d’illustration chez Tiphanya et s’il vous plait, avec de vrais prix de concours à gagner!

Alors, qu’est-ce que vous faites encore ici?

Homunculus de James P. Blaylock

11 Août

« Sa taille, dit-on, n’excède pas vingt centimètres. Il serait omniscient et omnipotent, capable d’abolir les frontières de la vie, de la mort, du temps. Seuls quelques initiés, en cette fin de XIXe siècle, connaissent son existence. Seulement voilà : l’homoncule, cette prodigieuse créature, est pour l’heure prisonnier d’une mystérieuse cassette. Quiconque se l’appropriera héritera du même coup des clés de l’éternité. Hélas! La fameuse boîte a disparu…

Commence alors, sur fond de fog londonien, une course-poursuite délirante entre les suppôts du Mal- un acnéique paranoïaque, un milliardaire dépravé, un savant fou et bossu, une poignée de zombis- et les forces du Bien – un club de scientifiques très peu préparé à leur rôle de justiciers… »

Je vous livre exceptionnellement le résumé de l’éditeur car ce livre est très dur à résumer!! Il me fait penser à du Dumas ou du Eugène Sue, mais avec des inventions de science-fiction délirante! J’ai d’ailleurs mis longtemps à identifier les zombis comme tel car bien sûr, ce mot n’est pas écrit tout de suite dans le roman. C’est un roman qui ne se prend pas au sérieux et qui m’a fait bien rire par moment. J’ai eu du mal à le trouver car il est malheureusement épuisé alors qu’il est à la base de ce fameux courant steampunk créé par Powers, Blaylock et Jeter, justement pour se moquer du cyberpunk.

C’est une réussite et j’attends maintenant beaucoup des deux autres romans fondateurs de ce genre qui eux ne sont pas épuisés!! (Et qui m’attendent bien sagement à la maison:)

Pour ceux qui seraient tentés par une lecture, n’hésitez pas à vous renseigner dans vos bibliothèques, j’ai trouvé mon exemplaire à la réserve centrale de la ville de Paris… Et puis, finalement, seule la traduction française est épuisée!