Archive | juin, 2009

Inde Darjeeling Wu-long Gopaldhara FF2009 DJ11, Récolte du 10 avril 2009

15 Juin

Je suis allée récemment dans un nouveau salon de thé, celui de la Maison George Cannon. Ceux qui voudraient plus de détail peuvent aller faire un détour par chez Francine qui en a parlé il y a un petit moment, parce que, même si j’ai l’intention de faire un billet dessus, ce n’est pas mon déménagement qui va me permettre de rattraper mon retard!!

Sachez tout de même que l’accueil est très très chaleureux et agréable et je me suis vu offrir toutes sortes d’échantillons, la première fois, comme tout le monde, la deuxième fois en utilisant un sésame utile dans  le monde du thé : le nom de Francine!! Mais je reviendrais là-dessus plus tard, en tout cas je l’espère!!

Donc pour en revenir à cette première fois, on m’avait offert un échantillon de Darjeeling récolté récemment. Ça tombe bien, je n’ai pas une grande expérience du darjeeling et jusqu’à présent, si je n’ai pas trop aimé, c’était  principalement des sachets et j’avais goûté une fois ou deux en vrac, mais sans être convaincue.

Là je ne suis pas sûre que ça soit un darjeeling classique, à cause de la mention de « Wu-long » dans son nom et puis aussi à cause de la couleur des feuilles (que je n’ai pas eu le réflexe de prendre en photo) qui sont plutôt vertes.

Si je ne résiste pas à l’envie de vous en parler, c’est que pour une fois, j’y ai mis le temps et plusieurs tasses, mais j’ai réussi à mettre un nom sur une saveur que j’ai perçu dans ce thé, chose dont je suis en général incapable et qui fait que je reste ensuite un moment à m’énerver de ne pas retrouver ce nom, que j’ai pourtant sur le bout de la langue!!

Donc là au bout de plusieurs tasses, j’ai enfin réussi à mettre un nom sur le deuxième goût que je sentais dans ce thé. Le premier n’en n’est pas un à proprement parler, c’est plutôt une sensation d’astringence, suivie donc d’un goût de fleur de citronnier. Quand je parle de la fleur de citronnier, c’est bien sûr son odeur que j’ai retrouvé ici en goût, car le goût de la fleur de citronnier ou plus exactement de ses pétales est plus amère. Car oui, je mange les pétales de mes fleurs quand le citronnier est en fleur, ce qui ne saurait tarder et me réjoui, car j’adore manger des pétales d’agrumes, mais je crois en avoir déjà parlé ici.

Ce thé m’a donc à moitié plus par ce côté fleur de citronnier (j’allais écrire « citronné », mais ce n’est pas vraiment ça), mais je n’aime pas trop son astringence… Ceci dit, mon échantillon ne m’a permis de faire qu’une petite théière (oui, je sais, je ne me décide pas encore, comme on me l’a conseillé, à essayer tout nouveaux thé dans mon zhong. Je crois que pour l’instant, et après plusieurs essais, je préfère cette petite théière pour une première approche, finalement, le zhong est trop déconcertant la première fois car il ne fait qu’une petite quantité à la fois et à chaque fois différente, je préfère avoir une plus grande quantité uniforme pour découvrir et utiliser le zhong plutôt pour approfondir en quelque sorte, rechercher les nuances. C’est marrant d’ailleurs après comme je peux préférer tel thé en zhong et tel autre en théière… Mais refermons cette longue parenthèse car je n’ai pas encore fini!!), donc je disais que cet échantillon ne m’a permis de faire qu’une seule théière et même si je n’ai pas été convaincue à 100%, j’aurais aimé faire d’autres explorations…

Tout ceci m’a un peu fixé sur la fleur de citronnier et j’ai donc décidé ce soir pour ma tisane (oui je suis en phase tisane le soir, ça faisait longtemps!!), j’avais déjà prévu un peu de verveine citronnée (cueillie hier en trop grnade quantité et j’en avais gardé un peu pour faire un mélange ce soir) à mélanger avec du romarin que j’avais cueilli chez mon cousin il y a 15 jour et qui était donc séché. J’ai eu l’idée de mélanger tout ça à des feuilles d’agrumes que j’avais fait sécher l’année dernière dans ce but. Déjà en les sentant, j’ai perçu une odeur différente de la fleur et du goût du pétale frais : on sentait plus une odeur citronnée et très douce, très ronde.

Dans la tisane, ça a donné un goût de verveine citronnée, mais beaucoup plus rond et doux, alors que le citronné ne paraissait que dans l’odeur et pas dans le goût. Par contre, j’étais très étonnée de ne pas sentir le goût du romarin car la première fois, je l’avais fait frais et en plus petite quantité (dans un mélange aussi) et on le sentait bien alors que là sec et en plus grande quantité, on n’a rien senti (alors qu’en cuisine, encore ce week-end, il donnait du gout!). en général, les herbes aromatiques sont plus puissantes sèches que fraiche…

En tout cas, tous ces breuvages auront eu un effet sur moi : l’envie de me mettre à écrire dessus immédiatement!!

Pom pom girl!

13 Juin

Ah si on m’avait dit un jour que je serais pom pom girl….

Quoique, quand j’avais 5 ans, j’étais plutôt tentée 🙂

Du coup, me voilà cheerleader officielle de Typhania pour le Read A Thon!

tn

Bon allez, je soutiens un peu les autres aussi 😉

Swap mémoire d’enfance

13 Juin

Et oui, encore un swap, c’est chez Emmyne, qui n’arrive plus à s’arrêter, ni à participer, ni à organiser!

Tant mieux pour nous, ou plutôt pour vous, car cette fois-ci je passe!

Une sombre histoire de cartons de déménagement que mes amis ne veulent plus porter car j’ai trop de livres…Je n evois vraiment pas de quoi ils parlent!!

Arthur et George de Julian Barnes

13 Juin

9782070348527Arthur et George sont en fait Arthur Conan Doyle et George Edalji. Le deuxième nom ne vous dira peut-être rien mais c’est visiblement une histoire vraie qui à défrayé la chronique comme l’affaire Dreyfus chez nous.

George Edalji est accusé d’une affaire de meurtres de chevaux, mais a toujours clamé son innocence. Il aurait été plus vraisemblablement accusé en raison de son origine indienne… Il a alors fait appel à Conan Doyle pour l’aider à se faire réhabiliter, comme il arrivait couramment depuis les succès de Sherlock Holmes. Contre toute attente, Conan Doyle se passionne pour cette histoire.

L’auteur nous raconte l’histoire de ces deux personnages depuis l’enfance et on met très longtemps à arriver à l’intrigue annocée en grande pompe sur la 4ème de couverture… Je n’ai pas réussi à me passionner pour ce livre, principalement à cause des deux personnages pricipaux qui ne sont pas sympathiques pour deux sous… Ce qui est marrant, c’est que j’avais lu le résumé qui mentionne Conan Doyle quand j’ai reçu le roman et quand je l’ai lu un mois plus tard, j’avais oublié qui était le « Arthur » et l’ai redécouvert quand il a commencé à écrire!!

Malgré tout, je l’ai lu il y a 6 mois et il est encore extrèmement claire dans mon souvenir, ce qui n’est pas toujours le cas!

Ce livre est le seul qu j’ai lu sur le colis de Victorien Christmas envoyé par Cécile, j’ai honte, d’autant qu’elle m’en avait recommandé un des autres chaudement…. Je participe à trop de swap, il faut que je me soigne!!

En tout cas merci de cadeau !

Rosalie Blum T3 de Camille Jourdy

12 Juin

Rosalie Blum T.3 : Au hasard, Balthazar

resize.php

Aussitôt dit, aussitôt fait (une fois n’est pas coutume…). Comme il est agréable de ne pas être déçue par le tome trois de la trilogie, celui qui sait clore en beauté l’histoire si joliment  commencée !!(je me sens d’humeur poétique moi dit donc!)

Je ne vous en dirais pas beaucoup plus, parce que si ça se trouve, vous n’avez pas lu les deux premiers tomes et moi j’aimerais vraiment pas qu’on me dévoile quoique ce soit avant que je lise.

Sachez quand même que, n’ayant pas résisté à l’envie de le lire dans le RER pour rentrer chez moi, j’ai dû essuyer quelques regards interrogateurs alors que je me marrais bien en lisant ma BD…

Mais si vous avez déjà lu le reste ou si vous aimez savoir de quoi on parle, vous pouvez toujours aller faire un tour chez Levraoueg qui a aussi adoré et lire l’article que j’ai fait sur les deux tomes précédents.

Comme je disais chez Levraoueg, je veux voir des billets fleurir sur toute la blogosphère sur cette BD!!

Et pour ceux qui l’auraient déjà lu, il vous reste « Une araignée des tagliatelles et au lit, tu parles d’une vie », quelle chance…

Cet album a reçu le prix Fauve révélation et participe au Roaarrr Challenge de Mo’.