Un roi sans lendemain, Christophe Donner

24 Mar

Un roi sans lendemain, Christophe Donner, Grasset, 2007, 384p.

Henri Norden est écrivain et on lui propose d’écrire un scénario sur Louis XVII pour le cinéma. Le problème, c’est qu’il a une vision très personnelle de la vie de l’enfant du Temple et de la
façon dont il faut la raconter. Le récit mêle l’histoire d’Henri, de sa vie amoureuse et de ses déboires avec la productrice du film et l’histoire de la Révolution française, centrée sur la
figure du Père Duchesne, célèbre journal de la Révolution et sur celle de l’enfant du Temple, Louis XVII.

Ce livre est écrit à la troisième personne, mais l’auteur joue avec la notion d’autobiographie en faisant dire à son héros, écrivain lui aussi : « Le véritable défi, c’était d’écrire à la
troisième personne. Parler de lui comme d’un personnage, qui n’était pas tout à fait lui, ça, il n’avait jamais osé. » Et le nom du héros est un anagramme du nom de l’auteur.

La forme du roman suit la vie du personnage et de son projet : au début, c’est un scénario pour un film et il raconte l’histoire à travers ses rencontres avec la productrice et les lettres qu’il
écrit aux différents acteurs pressentis pour les différent rôle. Ensuite, il décide finalement d’en faire un livre et à partir de là nous lisons son travail pour ce livre et le narrateur ne
revient presque plus sur la vie privée de l’écrivain héros de ce livre (oui, c’est un peu compliqué…)

J’ai trouvé l’histoire de Louis XVII plus intéressante que celle d’Henri Norden. Ce qui est curieux, c’est que je n’ai pas bien vu où l’auteur voulait en venir avec cette construction : si ce
procédé de mise en abîme est juste un prétexte pour raconter la vie romancée de Louis VII, pourquoi accorder tant de place à la vie de l’écrivain au début du livre pour l’abandonner presque
totalement ensuite? En plus, j’ai été un peu gênée par la vision des méchants révolutionnaires sauvages et de la courageuse famille royal, même si c’est un peu plus nuancé que ça.

Du coup, ça donne envie de se replonger un peu dans l’histoire de la Révolution française qui est, semble-t’il un peu plus complexe que mes souvenirs scolaires…

Donc un plaisir de lecture par certains aspects certes, mais qui me laisse quand même un peu perplexe.

Publicités

4 Réponses to “Un roi sans lendemain, Christophe Donner”

  1. Sylire 24 mars 2008 à 08:21 #

    Un avis mitigé, con. J’aime beaucoup les livres qui ont en toile de fond une période de l’histoire, mais je crois que je ferai l’impasse sur celui-là !

  2. kathel 25 mars 2008 à 02:35 #

    Je ne me sens pas attirée non plus…

  3. sylire 26 mars 2008 à 01:16 #

    Je ne voulais pas dire « con » mais « donc » ! Mdr !

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :