Lucie T 1 (Catel et Grisseaux)

28 Fév


undefined

Petit rajout : Catel a aussi dessiné Kiki de Montparnasse dont on a beaucoup parlé ces derniers temps et qui a eu un prix à Angoulême.

J’ai remarqué que malgré l’augmentation conséquente des auteurs femmes en BD, on a toujours tendance à penser qu’elles sont rares. Même si elles restent moins nombreuses que les hommes (et
encore…), il y en a quand même pas mal, alors j’ai décidé d’en parler. Mais attention, ce n’est pas une rubrique « Les femmes dans la BD »! Au contraire! Ce sont des BD que j’ai découvert
uniquement en regardant le dessin et l’histoire et dont il s’est trouvé que leurs auteurs étaient des femmes et non pas l’inverse (des BD que j’aurais choisi
de lire car écrite par des femmes).
Voilà la première (même si je vous ai déjà beaucoup parlé de Lisa Mandel;-)


Lucie T.1 Le train fantôme
par Catel et grisseaux, Casterman (ligne de vie)

Cela faisait un moment que j’avais vu cette BD, mais finalement, en allant à la bibliothèque, j’ai fini par l’  emprunter. Je n’ai pris que le tome un alors qu’il y  en avait deux ( et
trois en tout, mais celui-là je ne  l’ai  pas vu à la bib).

Lucie est une jeune femme (je dirais trentenaire) et elle raconte dans cet album  comment elle rencontre un  homme  avec qui elle tromperait bien le sien, mais découvre qu’elle est
enceinte et coupe court à cette relation (avant qu’il ne sa passe quelque chose).

Vu le pitch, la totalité de l’album  est plutôt rempli par les questions que se pose Lucie (via des mails qu’elle envoie à une amie expatriée) sur son couple, sur sa vie, sur les répercutions
de l’arrivée d’un enfant dans le couple, sur le désir qu’elle éprouve pour un autre homme.

J’ai trouvé ça plutôt pas mal, vu que l’histoire n’est justement pas celle d’une femme qui trompe son mari, mais  plutôt les questions qu’elle  se pose sur cette éventualité et comment
elle gère cette situation. En plus on voit  bien l’évolution puisque cette histoire s’étend finalement sur plus d’un an (sa rencontre remonte  à la période ou elle tombe enceinte  et
et à la fin, sa petite fille à plus d’un an.)

Cette BD n’est biensûr pas sans faire penser à Monsieur Jean de Dupuy et Berbérian, tant  par le style du dessin que par le sujet : la vie quotidienne d’une trentenaire. Mais la
ressemblance s’arrête là et à mon avis  elle a dû déjà être soulignée un peu partout  et énerver prodigieusement les deux auteurs. Après tout  Monsieur Jean nous montrait la vie
quotidienne d’un homme racontée par des hommes et là nous avons la vie quotidienne d’une femme racontée par des femmes…Ce n’est donc pas pareil!!

J’irais emprunter le deuxième tome pour voir si cette série continue sur le même chemin et il y a aussi un one shot (du moins l’était il à l’époque!!) dans la collection Tohu-bohu chez les
Humanoïdes associé. Mais je crois bien que cet éditeur est passé chez Casterman maintenant. Dans cette histoire, Lucie était célibataire.

En tout cas, une chose est sûre, je vous en reparlerai !!

Publicités

2 Réponses to “Lucie T 1 (Catel et Grisseaux)”

  1. florinette 28 février 2008 à 02:07 #

    Je ne connaissais pas cette BD. De Catel, j’ai bien envie de lire KIki de Montparnasse depuis le temps que j’en entends parler !! 🙂

Commentaires fermés

%d blogueurs aiment cette page :