Manhattan Macadam de Ariel et Joaquin DORFMAN

3 Fév

Manhattan Macadam de Ariel et Joaquin DORFMAN, Milan (Macadam), 2004

9782745914279Heller a 16 ans un petit boulot un peu particulier, il est coursier chez Message à la carte. Cette entreprise propose de délivrer des messages de vive voix, anniversaire, fête, déclaration, etc. par des coursiers en rollers. Heller ne se charge que des mauvaises nouvelles.

Cet été à Manhattan promet d’être long et caniculaire, mais ce sera un été important dans la vie de Heller. Cet adolescent élevé par ses grands-parents et un peu renfermé va découvrir l’amitié et la solidarité avec des gens démunis et un peu dans les marges. Il va aussi trouver, conquérir et perdre l’amour : en effet il rencontre une jeune fille à qui il doit annoncer la mort de son père, ce qu’il n’a pas le courage de faire, préférant la voir sourire…

A la fin du livre, quand le quiproquo est résolu, tout est pour lui à recommencer… Mais cet été l’aura vu mûrir et s’ouvrir aux autres. Un très beau roman (écrit à quatre mains un père et son fils mais cela ne se ressent pas particulièrement) sur la solitude et la difficulté de s’intégrer dans une vie sociale « conventionnelle » (après plusieurs avertissements, il fini par se faire virer de son boulot car il s’obstine à livrer ses messages en vélo alors que son contrat prévoit qu’il soit en rollers).

Ce livre est pour moi un coup de coeur et malgré sa présence dans une collection destinée à la jeunesse il s’adresse plutôt à des grands ados bons lecteurs voire des adultes (ce qui n’est pas le cas du deuxième livre écrit par Joaquin Dorfman dans la même collection).
Voilà comment Sophie Charnourdie, des éditions Milan à défini les romans de cette collection :
« Notre collection Macadam se nourrit d’auteurs anglais, avec une vraie écriture littéraire, des romans très construits qui savent dépasser le cadre strict du roman miroir. Avec aussi des romans audacieux, qui n’hésitent pas à s’emparer de sujets difficiles pour en faire des romans fascinants et dérangeants. Souvent ce sont des romans qui s’adressent aux ados, car les héros sont des ados, mais qu’on dévore même adulte!. » (Supplément de Télérama à l’occasion du salon du livre de jeunesse 2007)

Ce n’est pas forcément vrai pour tous les romans de cette collection, mais c’est vrai qu’il y en a de pas mal…

Une Réponse vers “Manhattan Macadam de Ariel et Joaquin DORFMAN”

Trackbacks/Pingbacks

  1. Index par auteurs (romans) « Loula, il était une fois… - 4 avril 2009

    […] Dorfman, Ariel et Joaquin : Manhattan Macadam […]

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :