Archive | 00:00

Le crackers de Noël

28 Jan

Grâce à Restling nous avons cette année tiré nos crackers de noël.
Alors, qui y avait il à l’interieur?

Et bien, la traditionelle couronne de papier, le non moins traditionnel petit mot d’esprit anglais (celui qui nous fait rire encore plus quand on ne le comprend pas que quand on le comprend) et le
petit cadeau, tous argentés, du mini cadre photo au bracelet en passant par le décapsuleur et le mètre (qui faisait moins d’un mètre)

Et surtout, un bon fou-rire quand tout le monde doit lire sa blague, en anglais s’il vous plaît!!

Je dois préciser quand même que je n’ai pas réussi à le craquer moi-même, j’ai dû demander de l’aide…

Publicités

Un salon de thé en Belgique

28 Jan
Pour inaugurer cette rubrique, voici un petit salon de thé tenu par un passionné où j’ai eu l’occasion d’aller l’année dernière  et où j’ai passé un super moment…

 
Comptoir Florian
17 Rue Saint Boniface
1050 Bruxelles

 

Bien que petit, ce salon est très confortable car il s’agit véritablement d’un salon avec de grands fauteuils confortables et une bibliothèque dans laquelle on peut piocher à loisir.

Les prix sont très raisonnables : 3,50€ la théière (c’était il y a un an, peut-être que ça a augmenté depuis) et le thé est vraiment excellent, en tout cas pour les deux que nous avons goûté.

J’ai acheté un Lapsang souchong (thé fumé) de très bonne qualité, c’est simple je n’en ai jamais retrouvé un aussi goûteux, même chez Mariage frère…

Dommage qu’il ne fasse pas de vente par correspondance, je vais être obligée de retourner à Bruxelle, le thé est fini depuis longtemps!!!

Qu'est-ce que la littérature jeunesse?

28 Jan

Je n’ai pas la prétention de vouloir répondre à cette question, mais je vous fait juste part de mes reflexions suite à l’article que j’ai mis sur  « Les  Giètes » de Fabrice Vigne et des
réactions que j’ai trouvé à ce sujet sur un autre blog.

Cette question s’est posée à diverses reprises à plusieurs personnes « spécialisées » dans la littérature de jeunesse. A chaque fois, la réponse est qu’il est difficile de la définir et
plusieurs critères sont retenus, selon les personnes participant à ce débat.

L’élément que je retiens et qui n’est pas au niveau de la forme, mais de la loi, est le suivant : est littérature de jeunesse toute publication tombant sous le coup de la loi n°49.956 du 16
juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse. La mention de cette loi est obligatoire sur les livres destinés à la jeunesse mais elle est attribuée a priori, le passage par une
commission ministerielle se faisant plus tard.

La distinction entre littérature de jeunesse et littérature générale se fait d’autant plus floue depuis le phénomène Harry Potter. Ce livre est destiné à la jeunesse, il n’y a qu’a lire le
premier tome pour s’en convaincre, mais a ouvert l’horizon de beaucoup de lecteurs adultes vers la littérature de jeunesse.

Les éditeurs eux même se sont engouffrés dans cette brèche :

Chez Gallimard la trilogie de Philip Pullman « A la croisée des Mondes » est d’abord passée par folio junior avant d’être reprise en folio SF (donc pour adulte cette fois mais toujours
dans la littérature moins « noble », celle de genre) et enfin, pour la sortie du film, en folio, qui est la collection des classiques de la littérature….

Mais ce n’est pas le seul titre : La trilogie « Le clan des Otori » de Lian Hearn qui est sorti d’abord en grand format dans une édition jeunesse est passée ensuite en poche chez folio.

Chez d’autres éditeurs, on note des éditions simultanées en jeunesse et en adulte.

Par exemple : « Le bizarre incident du chien pendant la nuit » de Mark Haddon ou « La voleuse de livre » de Marcus Zusak

Le secteur jeunesse, toujours grace à Harry potter, est en pleine forme en ce moment, notamment les collections pour grands adolescents qui naissent à tour de bras…

Je pense que grâce à ces colletions, les éditeurs espèrent faire d’une pierre deux coups en essayant de toucher soit l’ado soit ses parents grâce au même livre. C’est pour ça qu’on trouve des
textes de qualités qui n’auraient pas démérité en littérature générale. Finalement c’est bien pour les ados puisqu’on leur destine des textes de qualité, mais peut-être dommageable pour les
auteurs puisque leurs livres ne suivent pas les mêmes circuits et sont moins visibles pour les adultes, en tout cas ceux qui ne se sont pas encore mis à la littérature de jeunesse!

Alors promis, je vous ferai part régulièrement de mes coups de coeur en littérature jeunesse pour que vous ne ratiez plus rien!!

Je commence par vous conseiller la trilogie de Philip Pullman, si vous n’êtes pas allérgique à la science fiction (quoique ici c’est peut-être plutôt du fantastique…) car elle est bien
supérieure au premier film qui en a été tiré et que je vous déconseille d’aller voir.

Mais on n’est à l’abri de rien puisqu’une amie – qui a lu tous les Harry potter- a été très déçue quand je lui ai offert « La croisée des Mondes », elle m’a dit l’avoir commencé et
trouvé que c’était …un livre pour les enfants!!

Arthur, l'autre légende

28 Jan

Arthur, l’autre légende, Philip Reeve, Gallimard (scripto)

 

En Bretagne (Angleterre, donc), vers les années 500, Wynna est une petite fille, servante dans une ferme quand une bande de chevalier viens piller la village et tout brûler et tuer sur son
passage. Elle est recueillie par Myrrdin, le barde d’Arthur qui rêve de voir la Bretagne unie et l’envahisseur Saxon repoussé par delà les mers. S’il a pris Wynna sous son aile, ce n’est pas par
bonté d’âme, mais parce qu’elle pourra l’aider dans ses desseins : elle va aller donner une épée à Arthur en nageant sous l’eau afin d’impressionner de potentiels alliés d’Arthur. Ainsi nait la
légende de la dame du Lac, et tout ce que fait Arthur sera dans la même veine, Myrrdin l’enjolive et le raconte à travers tout le pays pour forger la légende. On rentre dans le quotidien de
Wynna, déguisée en garçon pour servir d’apprenti à Myrrdin et surtout, dans un premier temps, pour que personne en fasse le rapprochement entre la « Dame du Lac » et la jeune fille qui
viens de débarquer! Le temps passant, Wynna ne pourra plus cacher sa féminité et redeviendra une jeune fille (après un long voyage pour ne pas dévoiler le subterfuge).

On se rend compte aussi au fur et à mesure, qu’Arthur n’est pas à la hauteur des espérances de Myrrdin et il ne restera que les légendes qu’il avait créées pour lui. C’est une belle histoire,
plus que la déconstruction d’un mythe (ce que je craignais au début), c’est celle d’un vieil homme qui rêve de voir son pays sortir du chaos et connaître enfin la paix… Cet espoir sera deçu,
mais la légende continuera à vivre, notamment grâce à Wynna et à la formation de barde qu’elle aura reçu auprès de Merlin/Myrrdin


Philip Reeve change ici d’univers, il était plutôt dans la science-fiction avant, et moi je le retrouve avec toujours autant de plaisir, cet auteur est vraiment étonnant, il sait à chaque fois
créer un univers original et cohérant.

 

L’avis de Leiloona, tout aussi enthousiaste que moi…

Swaps en folie

28 Jan

La trêve des swaps n’existe pas :
Un swap patounet chez Cunéipage, je vous laisse découvrir par vous même…
Et un swap sur l’amour chez Stéphanie et Fashion

ça commence à faire un sacré paquet de swap sur la blogosphère, j’hésite du coup à lancer mon swap Paris en janvier, j’ai peur qu’il ne reste plus de participants disponibles!!