Archive | 00:00

J'aime lire

22 Jan

Quand je dis que je lis, je parle de BD, de mangas, de littérature générale (des classiques aux policiers en passant par la science fiction) et de littérature de jeunesse. Dans tous ces genres, il
y a du bon et du mauvais!

Publicités

Et enfin… les vacances!!

22 Jan

Que ce soit à la mer ou à la montagne (mais un peu moins à la campagne), au nord ou au sud, en été ou en hiver, en France ou autour du monde, pour un week-end ou pour un mois, j’adore partir en
vacances!

St Malo

22 Jan

Et voilà la preuve en image…

undefined

Une terrasse en ville.

22 Jan

Qu’il est agréable  d’avoir un petit bout de  béton devant chez soi pour faire office  d’espace de verdure!!
Le jardinage est un passe temps très agréable et profiter de sa terrasse dès le retour des beaux jours un plaisir sans fin…

Huckleberry Finn, Mark Twain

22 Jan

Huckleberry Finn de Mark Twain, nouvelle traduction de Bernard Hoepfner, éditions Tristram

A la fin de Tom Sawyer, Huck se retrouvait « civilisé » contre son gré par la vieille veuve Watson mais il fini par y prendre goût au début de ce roman qu’il raconte lui-même puisqu’il a
appris à lire et écrire. Mais son père en a eu vent et vient l’enlever pour le séquestrer sur une île. Huck fini par s’enfuir par le fleuve et rencontre l’esclave de Miss Watson, Jim, en fuite car
on veut le vendre…

Huck raconte ses péripéties sur le Mississipi avec Jim. Il va se rendre compte que Jim est un être humain, comme lui et va devoir le protéger à plusieurs reprises alors même qu’il se pose des
questions sur ce qu’il doit faire et sur la justesse de sa démarche : en effet, il a grandi avec les esclaves et sait que ça n’est pas bien d’aider un esclave à s’enfuir…

Ce roman est visiblement un grand classique aux Etats-Unis et il est présenté sur la quatrième de couverture comme étant le roman de la prise de conscience du rascisme.

Je l’ai lu dans sa nouvelle traduction et, si je n’ai pas fait de comparaison approfondie avec d’anciennes traductions (j’ai comparé quelques passages), j’ai trouvé celle-ci vraiment très bonne.
Le langage employé par Huck, dont l’éducation est toute récente, est assez approximatif.

Le traducteur a fait preuve d’imagination pour rendre ça. Les dialogues sont vraiment excellents, j’ai lu à plusieurs reprises des passages à voix haute à mon entourage (merci pour sa
patience!!;-) tellement c’est jouissif! Evidemment, ceux qui lisent l’anglais ont certainement interêt à le lire en VO, comme je les envie…

En bref, c’est un roman que je vous recommande chaudement dans sa nouvelle traduction et surtout, il peut se lire tout à fait indépendamment de Tom Sawyer (que vous pouvez lire aussi, je l’ai lu
l’année dernière, mais comme il y a aussi une nouvelle traduction, je vais peut-être le relire…). Les deux romans sont même assez différents.


La seule chose dont je n’ai pas compris l’intérêt, c’est que les titres des chapitres ont été enlevés pour n’apparaitre que dans la table des matières. Je ne m’en suis donc rendue compte qu’à la
fin et ça m’a un peu énervée, pourquoi ne pas les avoir laissés en tête de chaque chapitre?