Tag Archives: un grain de folie

La tyrannie de l’arc-en-ciel t.1 La route de Haut-Safran

14 sept

9782264059468FSA l’ère de la Chromocratie, tout est question d’ordre. Car les lois sont inflexibles et chacun doit tenir sa caste selon sa couleur de naissance. Mais l’harmonie semble compromise le jour où Edward, un Rouge à l’avenir flamboyant, se retrouve malgré lui mêlé à une suite d’incidents inexplicables… qui menacent bel et bien de saper le régime ! Jasper Fforde explore les limites de l’imagination pour nous offrir un récit drôle, haletant et délicieusement subversif. (Résumé éditeur)

Je ne sais pas pourquoi j’ai hésité longtemps avant de lire ce livre ( bon la couverture n’est pas folichonne je trouve!!) mais en tout cas je ne regrette pas de m’être lancée!! En effet nous voilà dans du pur Jasper Fford, rien à voir avec la série des Next, un sujet sérieux traité avec un humour incroyable, bref, du bon, rien que du bon. Ce livre s’inscrit d’ailleurs dans la courte liste des livres « acheté, entamé immédiatement, lu dans la semaine »!

L’histoire décrit une société hautement totalitaire (et probablement post-apocalyptique) ou le rang de chacun se détermine selon sa fonction a voir la couleur. Edward ne comprend pas grand chose à ce qui lui arrive au début mais il va vite finir par se rendre compte qu’il est mal barré! J’ai adoré le coup de l’homme apocryphe (il ne peut pas exister selon les règles de leurs monde donc tout le monde fait comme s’il n’existait pas, même quand il se promène à poil. Grande déconvenue pour lui le jour où il se rend compte qu’il n’est pas vraiment invisible…). Et bien sûr ce monde est géré par tout un tas de règles absurdes comme l’interdiction de fabriquer des cuillères…

Franchement, si vous avez aimé les autres livres de cet auteur, foncez sur celui-là, ça vous fera toujours patienter jusqu’au prochain!!

Le Caméléon de Andreï Kourkov

16 juin

9782020511834_002Un peu de littérature adulte ne faisant pas de mal de temps en temps, je me suis enfin décidée l’autre jour à lire le Caméléon qui était sur mes étagères depuis à peu près dix ans. (Vous noterez que très subtilement je n’ai pas parlé de Pal, non ce livre était rangé, sagement sur une étagère, normal donc). Et oui, j’avais beaucoup aimé le Pingouin du même auteur donc quand j’ai vu celui là, je n’ai pas hésité une seule seconde à l’acheter!! Avant de laisser trainer pendant dix ans donc.

Bref, le mal est réparé (en tout cas si on ne prends pas en considération, le nombre incalculable de livres qui attendent sagement sur une étagère pour certains depuis beaucoup plus de dix ans) et je vais donc pouvoir vous parler de ce livre. Je me suis quand même fait spolier comme une débutante puisque la première page de ce livre est un résumé du bouquin qui commence en vrai deux pages plus tard. je me demande encore comment j’ai fait mon compte pour confondre les résumé et le début du bouquin (surtout qu’il m’a fallu au moins dix lignes, soit la moitié du dit résumé pour m’en rendre compte (l’histoire avançait un peu trop vite) et que juste ne dessous, il y avait une biographie de l’auteur en italique, ce qui aurait dû franchement me mettre la puce à l’oreille…)

Mettons donc tout ça sur le compte de la fatigue et passons au livre lui-même!!

« A Kiev, Nikolaï, un ancien enseignant, s’est reconverti  en veilleur de nuit. Il travaille dans un entrepôt où il doit garder des caisses remplies de boîtes de lait en poudre, lequel lait ressemble bien plus à de la cocaïne qu’à un aliment pour bébé… Un jour par hasard, il trouve un exemplaire d’un chef-d’œuvre de la littérature ukrainienne, un roman de Taras Chevtchenko étrangement annoté. […] » Oui comme j’aime m’auto flageller, voici les premières lignes de ce fameux résumé, j’en ai encore lu 4 avant de me rendre compte… Mais je vous en fait grâce car elles avancent trop dans l’histoire à mon goût!!

S’ensuit alors une enquête pour trouver d’où viennent ces annotations, Nikolaï est friand d’énigmes, surtout littéraires, puis une véritable chasse au trésor, bien qu’il n’ai pas le moindre idée de ce que ce trésor peut être!!

Ce livre est complètement déjanté, avec une odeur de cannelle imprégnant les gens ayant l’esprit ukrainien, des nationalistes, des agents des services secrets, des nomades mystérieux, des théories délirantes autour du sable du désert  et bien sûr, un Caméléon! L’esprit général de ce livre m’a beaucoup fait penser à La forêt des renards pendus d’ Arto Paasilinna que j’ai lu l’été dernier et dans une moindre mesure au vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire.

Je n’ai donc pas été déçue par cet auteur et compte continuer à le lire avec plaisir (Sonia, je te le prête si tu veux, même si tu déménage :) )

Freaks Squeele T.1 et 2 de Florent Maudoux

23 avr

Ombre, Chance et Xiong Mao sont rentré à la FEAH ( Faculté d’étude académique des héros)  une école post-bac de seconde zone dans le but de devenir des supers héros. Déjà que l’école n’est pas la meilleure sur le marché, ils ont l’air de ne pas être les mieux placés pour la faire jusqu’au bout et finir diplôme en poche et job de super héros assuré… Mais bon au moins ils ont fait connaissance et forment un sacré trio!

Quelle bonne idée que cette espèce d’école de commerce du super héros où en plus d’apprendre à développer et optimiser ses pouvoirs (ou pas, car si Ombre est une espèce de loup anthropomorphe et Chance ressemble un peu à Lamu avec ses petites cornes,  Xiong Mao n’en a aucun) on prend des cours de marketing et de communication pour gérer au mieux son image. Les 3 premiers personnages que l’on suit vont rapidement être rejoint par une pléiade de personnages plus ou moins secondaires et qui vont s’étoffer au fur et à mesure que l’histoire avance. Le seul reproche, mais bon c’est un peu dans le ton général, ce sont leurs prénoms qui eux n’ont en général aucune nuance comme Sable pour un élève dont la tenue vestimentaire fait penser à un touareg…

J’ai passé un bon moment avec ces deux bd qui joue plutôt sur l’humour, un peu potache parfois, mais qui ne laisse pas de côté une intrigue pour nous donner envie de lire la suite : en effet le directeur de cette école est prêt à tout pour faire monter la cote de son école, y compris mettre ses étudiants dans des situations délicates, comme ne témoigne la scène du début où pour un examen où ils doivent se battre contre un monstre de catégorie B, il y aura en fait « par erreur » un monstre de catégorie A bien plus destructeur. (bon c’est dans l’idée hein,  je l’ai lu il y a une semaine et je l’ai rendu à la bibli).

Tout comme les livres de Vanyda, cette Bd est une réussite au niveau graphique entre le manga et la bd franco belge. Par contre je l’ai vu classé plusieurs fois dans les comics…  Mais je ne connais pas assez l’univers des comics pour savoir s’il y a plus de référence à leur univers que les super héros. En tout cas mon copain y a vu pas mal de références à de la SF et à des films que moi je n’ai pas vu en bonne ignorante que je suis! En tout cas j’aime beaucoup les dessins qui sont très soignés et si l’ensemble est en noir et blanc, il y a à chaque fois un chapitre en couleur.

Me voilà donc conquise pour l’instant, j’ai encore le 3 et le 4 à lire mais il faudra attendre pour la sortie du 5…

T.1 Etrange université

T.2 Les chevaliers qui ne font plus « ni »

Les petites fées de New York de Martin Millar

7 déc

Heather et Morag arrivent complètement bourrées chez Dinnie, piètre violoniste asocial et newyorkais. Elles ne savent pas trop comment elles sont arrivées là mais une chose est sure, elles étaient en train de fuir l’Ecosse après y  avoir provoqué un désastre comme elles savent si bien faire, on ne va pas tarder à s’en rendre compte… Leurs aventures sont un délire total, entre le roi des fées anglaises qui industrialise à tout va en opprimant son peuple et les rencontres explosives avec les fées noires, chinoises et italiennes de New York. Mais dans la résolution finale, tout le monde aura son rôle, de la SDF mythomane au metteur en scène de quartier, sans oublier bien sûr les fantômes…

Voilà un livre que j’avais gagné chez Cryssilda après qu’elle m’ait donné fort envie de le lire et je ne peux que l’en remercier car j’ai passé un vrai bon moment avec ce livre et je ne suis d’ailleurs pas la seule : Neil Gaiman adore, excusez du peu!

Une seule chose à ajouter : maintenant tout le monde a bien sûr envie de lire celui-là qui est sorti depuis…

♥ L’équilibre des chants de Caroline Stevermer

7 mar

Glasscastle. L’université des tours rêveuses et des cloches distantes, des professeurs pompeux et des étudiants agités, de l’architecture exquise et des pelouses qui peuvent vous étouffer jusqu’à la mort si vous marchez dessus sans autorisation. Sous les apparences tranquilles d’une université anglaise se cache une magie aussi ancienne que redoutable. Samuel Lambert, tireur d’élite, cow-boy, aventurier et ancien artiste de cirque, a été invité à Glasscastle pour contribuer avec sa sûreté de tir à l’archi-secret dispositif Azincourt. Les seuls dangers auxquels il s’attendait étaient le snobisme anglais et le thé à toutes heures de la journée. Mais de nombreux complots, intérieurs et extérieurs, menacent l’université de Glasscastle et les choses ne tardent pas à devenir bien plus excitantes que Lambert ne l’avait prévu ! (résumé éditeur)

J’ai retrouvé dans ce livre un personnage du précédent roman de cette auteure : Jane Brailsford et ce avec grand plaisir…

Tout d’abord, sachez qu’il n ‘y pas du tout besoin d’avoir lu L’équilibre des ancres pour lire celui-là. L’ambiance aussi est un peu différente, nous sommes ici dans une histoire plus anglaise (l’auteure est américaine, je le rappelle, mais ça ne se ressent pas), avec un peu de flegme britannique…

L’intrigue est assez enlevée, mais on n’en oublie pas pour autant l’heure du thé! D’ailleurs l’auteur a « également co-écrit avec Patricia C. Wrede trois romans épistolaires de fantasy, placés sous le signe de Jane Austen. » J’attends leur traduction française avec impatience!! Et je viens aussi de me rendre compte que c’est aussi dans cette présentation que j’ai entendu parler de Terri Windling, ce qui m’a poussé à prendre son roman quand je l’ai vu à la bibliothèque.

Sinon mon édition est toujours la première, celle qui est pleine d’horribles coquilles, mais normalement la réedition en un volume des deux romans et l’édition du Livre de poche sont corrigées.

D’ailleurs le titre du Livre de poche « Un étudiant de Magie » est bien plus correcte que celle des moutons électrique mais aussi beaucoup moins beau (et je ne vous parle pas de la couverture, vous pouvez en juger par vous même)

donc je vous le répète, je veux que vous lisiez ces deux livres sinon je vais finir par me vexer!!!

Et c’est ce livre qui commençait comme ça

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 42 autres abonnés