Tag Archives: Lisez-le! (c’est un ordre)

La tyrannie de l’arc-en-ciel t.1 La route de Haut-Safran

14 sept

9782264059468FSA l’ère de la Chromocratie, tout est question d’ordre. Car les lois sont inflexibles et chacun doit tenir sa caste selon sa couleur de naissance. Mais l’harmonie semble compromise le jour où Edward, un Rouge à l’avenir flamboyant, se retrouve malgré lui mêlé à une suite d’incidents inexplicables… qui menacent bel et bien de saper le régime ! Jasper Fforde explore les limites de l’imagination pour nous offrir un récit drôle, haletant et délicieusement subversif. (Résumé éditeur)

Je ne sais pas pourquoi j’ai hésité longtemps avant de lire ce livre ( bon la couverture n’est pas folichonne je trouve!!) mais en tout cas je ne regrette pas de m’être lancée!! En effet nous voilà dans du pur Jasper Fford, rien à voir avec la série des Next, un sujet sérieux traité avec un humour incroyable, bref, du bon, rien que du bon. Ce livre s’inscrit d’ailleurs dans la courte liste des livres "acheté, entamé immédiatement, lu dans la semaine"!

L’histoire décrit une société hautement totalitaire (et probablement post-apocalyptique) ou le rang de chacun se détermine selon sa fonction a voir la couleur. Edward ne comprend pas grand chose à ce qui lui arrive au début mais il va vite finir par se rendre compte qu’il est mal barré! J’ai adoré le coup de l’homme apocryphe (il ne peut pas exister selon les règles de leurs monde donc tout le monde fait comme s’il n’existait pas, même quand il se promène à poil. Grande déconvenue pour lui le jour où il se rend compte qu’il n’est pas vraiment invisible…). Et bien sûr ce monde est géré par tout un tas de règles absurdes comme l’interdiction de fabriquer des cuillères…

Franchement, si vous avez aimé les autres livres de cet auteur, foncez sur celui-là, ça vous fera toujours patienter jusqu’au prochain!!

Bone T.1 La forêt sans retour de Jeff Smith

28 mai

Au début de ce tome, Fone Bone et ses cousins Phoney et Smiley Bone, étranges petites créatures blanches aux formes arrondies  sont perdu au milieu d’un désert qu’ils ne connaissent pas. Ils ont fuit Boneville suite à des manigances de Phoney, ex-citoyen le plus riche de Boneville… Mais ils vont vite être séparés par un nuage de criquets et nous allons d’abord suivre Fone Bone, personnage principal, dans les étranges rencontres qui vont se succéder.

Nous voilà dans un univers de fantasy un peu loufoque avec d’effroyables rats-garoux, un dragon rouge fumeur de cigarette, quelques humains aux qualités hors du commun, comme Rose, la grand-mère qui bat les vaches à la course ou Lucius, le colosse propriétaire d’une auberge.

Je ne sais comment vous parler mieux de cette bande dessinée dont je viens de relire le premier tome, suite à son achat pour le swap BD… Je l’avais découverte quelques années après sa sortie en France et je n’arrêtais pas e courir à la librairie m’acheter la suite. Je pense que ça doit être mon premier Comics!

Elle est récemment ressortie en couleur (je possède la série en noir et blanc) et c’est cette version que je viens de relire. Ce qui m’a étonnée c’est que moi je l’ai en 11 tomes et que dans cette nouvelle version il n’y en a que 9, deux étant purement et simplement passés à la trappe. Il va donc falloir que je relise tout pour savoir si les deux disparus sont en effet non nécessaires à l’histoire mais quand même, ça m’étonne un peu!!

Mais bref! Nous avons ici une présentation des principaux personnages, une mise en place de l’intrigue qui reste quand même encore mystérieuse (et qui le restera encore un certain nombre de tomes, mais rassurez vous on a des réponses!!) et qui va aller vers de plus en plus de noirceur par la suite. (avec une ambiance lutte contre les forces du mal assez classique comme dans le Seigneurs des Anneaux!) Noirceur dans l’intrigue en tout cas car il y a quand même pas mal d’humour, surtout au niveau des personnages : Phoney est un espèce de Picsou irascible et il y a les gags redondants liées au deux rats- garous complètement stupides rencontrés par Fone au début de ce tome.

Bien sûr il faudrait que je relise tout pour mieux voue en parler, et peut-être bien que je vais le faire! Mais en attendant, n’hésitez pas à le lire vous même puisque je vous le recommande et que cette série est tout à fait géniale!!!

Petit edit de dernière minute : tout à fait par hasard cette lecture rentre dans le cadre du Roaarrr Challenge. Quand je vous dit que c’est bien! il a même eu un prix, c’est dire ;)

Cross Game de Mitsuru Adachi

16 mar

Les familles Kitamura, qui tient un magasin de sport, et Tsukishima, qui tient une batterie de baseball, sont très proches. Et c’est encore plus vrai pour leurs enfants. Wakaba est d’ailleurs celle des quatre filles Tsukishima a s’entendre le mieux avec Kou Kitamura. Ce dernier ne prend rien au sérieux, si ce n’est réussir à vendre du matériel de sport à ses amis pour se faire de l’argent de poche. Pourtant, pour plaire à Wakaba, beaucoup de choses peuvent évoluer… (résumé éditeur)

Mais… Car il y a toujours un mais chez Adachi! En tout cas, il a déjà réussi le tour de force de me faire pleurer avec ce premier tome…

C’est (toujours) avec grand plaisir que je découvre une nouvelle série d’Adachi (nouvelle dans le sens où je ne l’avais pas encore lue). Nous avons ici un spécialiste du sport et des triangles amoureux. Les esprit chagrins pourraient dire qu’il fait toujours la même chose et finalement ils n’auraient pas vraiment tort : on retrouve toujours un triangle amoureux, de la compétition sportive et les héros sont quasiment dessinées toujours pareil, quand ils n’ont pas un caractère pas loin d’être identique.

Certes…

Mais je suis tombée dans du Adachi quand j’étais ado et que Théo ou la batte de la victoire passait à la télé (j’étais bien sûr très amoureuse de Théo et j’ai en plus raté l’épisode où nos deux amoureux se mettent ensemble!!); Et je pense que vous aurez compris que j’adore! Tout est en finesse et en non dits et malgré des thèmes et des personnages bien identiques nous n’avons jamais la même histoire, même la fnac dit que c’est bien, c’est dire! Ah bon, ça ne prouve rien? Hum c’est possible mais en tout cas même eux sont inspirés pour parler d’Adachi alors pour une fois, je fais le lien!

Mais bon maintenant j’ai une vraie preuve, Ori est fan, moi aussi, je me demande bien ce qu’il vous faut de plus!!!

♥ L’équilibre des chants de Caroline Stevermer

7 mar

Glasscastle. L’université des tours rêveuses et des cloches distantes, des professeurs pompeux et des étudiants agités, de l’architecture exquise et des pelouses qui peuvent vous étouffer jusqu’à la mort si vous marchez dessus sans autorisation. Sous les apparences tranquilles d’une université anglaise se cache une magie aussi ancienne que redoutable. Samuel Lambert, tireur d’élite, cow-boy, aventurier et ancien artiste de cirque, a été invité à Glasscastle pour contribuer avec sa sûreté de tir à l’archi-secret dispositif Azincourt. Les seuls dangers auxquels il s’attendait étaient le snobisme anglais et le thé à toutes heures de la journée. Mais de nombreux complots, intérieurs et extérieurs, menacent l’université de Glasscastle et les choses ne tardent pas à devenir bien plus excitantes que Lambert ne l’avait prévu ! (résumé éditeur)

J’ai retrouvé dans ce livre un personnage du précédent roman de cette auteure : Jane Brailsford et ce avec grand plaisir…

Tout d’abord, sachez qu’il n ‘y pas du tout besoin d’avoir lu L’équilibre des ancres pour lire celui-là. L’ambiance aussi est un peu différente, nous sommes ici dans une histoire plus anglaise (l’auteure est américaine, je le rappelle, mais ça ne se ressent pas), avec un peu de flegme britannique…

L’intrigue est assez enlevée, mais on n’en oublie pas pour autant l’heure du thé! D’ailleurs l’auteur a "également co-écrit avec Patricia C. Wrede trois romans épistolaires de fantasy, placés sous le signe de Jane Austen." J’attends leur traduction française avec impatience!! Et je viens aussi de me rendre compte que c’est aussi dans cette présentation que j’ai entendu parler de Terri Windling, ce qui m’a poussé à prendre son roman quand je l’ai vu à la bibliothèque.

Sinon mon édition est toujours la première, celle qui est pleine d’horribles coquilles, mais normalement la réedition en un volume des deux romans et l’édition du Livre de poche sont corrigées.

D’ailleurs le titre du Livre de poche "Un étudiant de Magie" est bien plus correcte que celle des moutons électrique mais aussi beaucoup moins beau (et je ne vous parle pas de la couverture, vous pouvez en juger par vous même)

donc je vous le répète, je veux que vous lisiez ces deux livres sinon je vais finir par me vexer!!!

Et c’est ce livre qui commençait comme ça

♥ Les Collèges de Magie 1 : L’équilibre des ancres de Caroline Stevermer

27 jan

Faris Nallanine est l’héritière du duché de Galazon, gouverné jusqu’à sa majorité par son « méchant » (c’est elle qui parle) oncle Brinker. En attendant elle va contre son gré à l’université de Verteloi , selon les dernières volontés de sa mère, d’après le méchant oncle Brinker, pour l’éloigner de chez elle afin de prendre le pouvoir d’après elle. Les élèves de ce collège deviennent ou pas des sorcières de Verteloi à leur sortie. La magie est en effet une alchimie complexe que certaines vont maîtriser et d’autres non.

Elle va nouer là-bas de précieuses amitié, comme Jane Brailsford, jeune lady anglaise toujours impeccable, et de sérieuses inimités. Son parcours va lui permettre de découvrir que son destin est peut-être encore plus grand que de régner en Galazon. Aidée de Jane, qui a décidément le sens des convenances et des chapeaux extravagants, et accompagnée des fidèles Reed et Tyrian, elle va traverser l’Europe afin d’accomplir son devoir, quel qu’il soit. Nous voilà transportés dans une Europe à moitié imaginaire et surtout baignée de magie-un peu, mais pas trop- dans laquelle l’équilibre des ancres doit être maintenu à tout prix pour que tout aille bien.

Ce livre avait été un vrai coup de cœur quand je l’avais lu à sa sortie (en 2006 si je ne me trompe pas) mais j’avais un gros bémol : l’état du texte qui laissait paraître de nombreuses coquilles, ce qui était très pénible à la lecture. Malgré ça j’avais tellement aimé que j’ai acheté plus tard ce roman, ainsi que la suite (même si ce livre se lit tout seul sans qu’il y ai besoin d’une suite). Je viens donc de le relire et je n’ai pas trouvé autant de fautes que dans mon souvenir pourtant le livre date de 2006. J’ai encore aimé ce livre et je vous le recommande d’autant plus qu’il est depuis sorti en poche (avec une couverture tout à fait affreuse mais j’espère avec les coquilles corrigées) et en intégrale chez les Moutons électriques avec une superbe couverture (mais toujours pareil, je ne sais rien de l’état du texte)

J’oubliais de préciser : si ce livre fait partie d’une série en deux tomes, celui-là peux très bien se lire tout seul, heureusement d’ailleurs car la première édition du tome un aux États-Unis remonte à 1994 et celle du deuxième à 2004…

Et sinon que dire de la traduction du titre A College of Magic qui est traduit par "les collèges de magie" alors que jusqu’à preuve du contraire College veut dire université et que nous avons bien une université dans cette histoire…

C’est de ce livre qu’étaient extraites ces citations

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 40 autres abonnés