Tag Archives: Japon

Kamakura Diary T.1 de Akimi Yoshida

17 jan

9782505008804FSQuand Yoshino, la deuxième fille d’une famille de trois sœurs, reçoit l’annonce de la mort de son père, elle est en train de se réveiller dans la chambre d’un garçon… Le décès de ce père, qu’elle n’a plus vu depuis longtemps, à la suite du divorce de ses parents, ne l’émeut pas beaucoup… Pourtant, cette nouvelle pourraient bien changer leur vie ! Akimi Yoshida excelle dans la description, tout en finesse, de l’importance du lien familial !(résumé éditeur)

Ce manga est assez étonnant car il commence par une première partie qui aborde principalement la vie des 3 sœurs, qui ont la vingtaine, avec leur vie amoureuse et leurs relations (elles vivent seules dans la maison de leur grand-mère suite à la disparition de leur père, leur mère puis le décès de leur grand-mère) puis l’arrivée de leur demie-soeur, collégienne, qu’elles ne connaissent pas.

Ensuite une deuxième partie arrive, concentrée sur la petite soeur en question, son arrivée dans son nouveau collège, son intégration dans l’équipe de foot, la formation d’un futur triangle amoureux, bref on a limite l’impression de ne plus être dans la même histoire.

Et puis surtout même si le genre indiqué pour ce manga (enfin, indiqué par Animeland, après tout on n’est pas obligé de tout catégoriser) est le josei, j’ai l’impression d’avoir un manga plutôt adulte au début et plutôt ado à la fin. Donc j’attends avec impatience de voir comment tout cela va évoluer car j’ai beaucoup aimé ce premier tome et je me demande comment l’auteur va traiter toutes ces histoires à la fois en satisfaisant tout ses publics!

Cette série est encore en cours au japon et comporte 5 tomes  pour l’instant.

1969 de Ryû Murakami

12 jan

9782809709582FS1969. Annulation des examens d’entrée à l’université de Tôkyô. Les Beatles sortent Yellow Submarine et Abbey Road. Du côté des Rolling Stones, c’est l’année de Honkey Tonk Women, leur meilleur quarante-cinq tours… 1969 est aussi l’année où je passe en terminale dans mon lycée de province d’une petite ville de l’ouest de Kyûshû connue pour sa base militaire américaine". Rompant avec ses sombres tonalités habituelles, Murakami raconte ses souvenirs de lycéen en cette belle année 1969, quand la jeunesse lisait Rimbaud en écoutant Iron Butterfty, en rêvant de révolution et de filles.
Sous la forme d’un bréviaire ironique de la culture pop des années soixante, il décrit les péripéties d’une adolescence mouvementée allant toujours à l’essentiel : le désir, la révolte, l’amour. "Je n’ai pas renoncé au rêve d’une fête qui n’aurait pas de fin". (résumé éditeur)

Voilà donc la 3ème fois que je replonge dans l’univers de Ryû Murakami tout en ayant encore évité ses romans à tonalité plus trash… Alors que j’ai depuis des années Les enfants de la consigne automatique sur mes étagère et que c’est par ce titre que j’en ai entendu parler!

je pense que j’y viendrais car je suis à chaque fois séduite par ces histoires, ici à tonalité autobiographique et racontée avec beaucoup d’humour. On se laisse emporter plusieurs fois par ses délires au début avant de comprendre rapidement quand il recommence! Il parle ici sans se cacher de comment il a vécu ces années d’engagement politique fort qui était pour lui surtout un moyen imparable de draguer les filles. Même si le côté artistique est quand même développé de façon militante (ouf, l’honneur est sauf!) avec la création d’un festival culturel hors norme.

C’est donc un livre que je conseille pour entrer dans son univers (ainsi que Kyoko et Love &Pop) même si je nai finalement pas encore franchi le pas du plus trash (mais Love&Pop commence quand même un peu!!)

Manazuru de Hiromi Kawakami

3 nov

9782809703276FSKei vit avec sa fille et sa mère depuis la disparition mystérieuse de son mari plus d’une dizaine d’années auparavant.  Un jour sur un coup de tête elle se rend dans la petite station balnéaire de Manuzuru et découvre progressivement qu’il y a un lien avec son mari disparu.

Entre relations compliquées avec son ado de fille qu’elle ne comprend plus, avec son amant marié et sa difficulté à oublier son mari, Kei va faire plusieurs voyages à Manazuru en compagnie de l esprit plus ou moins consistant d’une femme inconnue.

Je dois dire que ce livre m’a laissée un peu perplexe, alors que j’avais adoré mes deux précédentes lectures de cet auteur, Les années douces et Cette lumière qui vient de la mer.

Pourtant on est dans le même genre de récit qui est beaucoup porté par son ambiance mais je ne sais pas peut-être qu’ici les relations mère/fille et le difficile deuil d’une personne disparue sans qu’on sache si elle est morte ou vivante ne m’ont pas touchées.

Ça ne m’empêchera pourtant pas de continuer ma découverte de cet auteur!!

Chocolat chaud matcha

28 sept

Voilà une recette que j’ai eu l’occasion de gouter chez Toraya et que j’avais beaucoup appréciée!

Du coup quand une fois chez Aoki j’ai vu ces petits bâtonnets avec un carré de chocolat au bout (et que j’avais déjà vu avec divers parfums en divers endroits) mais au gout chocolat matcha, je n’ai pas hésité (malgré le prix qui est, de mémoire, plutôt excessif, bien que je ne saurais vous en dire plus!) et j’ai embarqué la bête pour y gouter à la maison.

blog 015

A faire fondre donc dans sa tasse de lait chaud…

blog 020

C’est bon mais pas si fort en matcha que pourrais le laisser penser la belle couleur verte de ce chocolat chaud.

J’ai alors eu l’idée d’en préparer un  en fouettant du cacao et du matcha puis du sucre puis du lait chaud (en réalité j’avais déjà bu le mien et celui sur la photo étant celui de mon copain, j’ai dû trouver une idée pour ne pas être la seule à ne pas avoir un bon chocolat matcha!)

blog 021

Voilà donc le résultat, beaucoup moins vert donc , à part les petits grumeaux qui flottent dans la tasse) mais au gout de matcha plus prononcé. Depuis, je m’en fait un de temps en temps, parce que quand même c’est super bon le chocolat chaud matcha et tellement facile à faire à la maison! En plus on peut doser soit même le gout de matcha et c’est pas plus mal (mais je vous conseille quand même celui de chez Toraya, en hiver seulement il me semble!)

1Q84 Livre 3 : Octobre-Décembre de Haruki Murakami

13 juil

Voilà juste un petit mot, pas un vrai article, pour vous dire que j’ai enfin fini le tome 3 de 1Q84 (même si la bibliothèque a essayé de me faire le même coup que pour ma réservation du premier, là j’ai réagi à temps!). Et que dire alors? J’avais déjà parlé du 1 et du 2, je n’ai rien de plus à rajouter si ce n’est qu’une fois l’histoire finie, et bien il est évident que ça ne restera pas mon Murakami préféré, j’en suis d’ailleurs un peu déçue car j’attendais beaucoup de cette histoire longue… J’ai même eu du mal a me remettre dans l’histoire en reprenant ce livre. Mais finalement c’est fait, c’est lu, et je ne regrette pas de ne pas l’avoir acheté!!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 40 autres abonnés