Tag Archives: Exposition universelle

Ida T. 3 : Stupeur et révélation de Chloé Cruchaudet

14 juin

Ma libraire préférée ayant eu la bonne idée de proposer une séance de dédicace pour la sortie du 3ème tome d’Ida, je me suis donc décidée à aller l’acheter (le tome deux m’avait moins plu que le premier). Pour étonner tout le monde, j’ai lu cette bd dans la foulée (après tout de même avoir(très bien) mangé  chez ma libraire préférée qui a aussi la très bonne idée de proposer un restaurant le midi au rez de chaussée de la librairie) et je dois dire que, même si j’ai l’impression qu’il se passe beaucoup moins de choses que dans les précédents tome,  ce tome clos très bien la trilogie : Ida et Fortunée embarquent pour le Congo français, suivant les sœurs missionnaires qui les avaient recueillies à la fin du tome 2 alors qu’Ida n’avait plus toute sa tête… Elle va finir quand même par se remettre et trouver un dernier subterfuge pour rentrer en Europe et résoudre enfin le mystère du pavillon qui l’avait tant fascinée petite à lors d’une exposition universelle….

Le dessin est toujours aussi magnifique, l’auteur est très sympathique, ma dédicace contient même une coccinelle pour plaie à ma petite bébé belette qui était sur mes genoux et qui a eu le droit de dessiner sur une feuille avec les crayons de Chloé Cruchaudet elle même (oui on essaye d’encourager son futur talent d’artiste!! :lol:) et j’ai eu des infos sur sa prochaines bd qu’elle est en train de faire…

Une bon moment donc, merci ma libraire et merci Chloé Cruchaudet!!

Mystère rue des Saints-Pères de Claude Izner (Swap Paris)

15 nov

Voilà la première aventure de Victor Legris (dont j’avais lu la 2ème en premier) et de son presque père adoptif  Kenji Mori. L’intrigue de départ est simple : une série de meurtres mystérieux autour de l’exposition universelle de 1889 qui d’ailleurs passent au début pour des piqures d’abeilles… Du coup j’en ai appris un peu plus sur Victor Legris et les personnages qui gravitent autour de lui et dans ce livre on le voit basculer dans l’enquête malgré lui car il soupçonne un peu tout le monde dans son entourage. Encore une lecture plaisante, une série que je continuerais à lire si l’occasion se présente car l’enquête, sans être un prétexte, n’occupe finalement que la moitié de ce roman, l’autre étant dans les relations entre personnages qui se construisent ou évoluent, ce qui est assez plaisant. Je suis d’ailleurs assez curieuse de savoir autour de quoi tournent les enquêtes suivantes puisque ces deux premières mettent directement en cause (ou comme victime) des personnes de son entourage proche, est-ce que ça va continuer comme ça ou bien est-ce qu’il va se lancer plus franchement dans des enquêtes qui ne le touchent pas de près?

Merci donc à Miss Alfie pour cet envoi!!

Confessions d’un automate mangeur d’opium de Fabrice Colin et Mathieu Gaborit

25 nov

Paris, 1899.

Toute l’industrie est boostée par l’utilisation de l’ether, force dangereuse mais aussi prodigieuse qui permet toutes les folies steampunk de ce livre. On utilise machines volantes à tout va et les domestiques sont des automates.

Margo, jeune comédienne, décide d’enquêter sur la mort d’une ancienne maîtresse, Aurélie Couturier, sur le point de se marier. La presse parle de suicide, mais Margot n’y croit pas, surtout après avoir rendu visite à son père, un riche banquier qui semble intimidé par deux hommes à la mine patibulaire.

Elle va mener l’enquête avec son frère, Théo, psychiatre progressiste et trouver le secret de cette famille et les relations à l’opium et à une vieille expédition qui a mal tourné et qui a été étouffée. L’éther n’est bien sûr pas innocent, c’est d’ailleurs le sujet d’étude de Théo et le sujet de grandes perplexités…

Le tout se passe sur fond d’exposition universelle, grandiose, comme il se doit!

Alors vu comme ça, ça pourrait paraître bien, et d’ailleurs peut-être l’aimerez-vous, mais ce qui m’a gênée dans ma lecture, c’est le ton grandiloquent utilisé par les deux auteurs, ton qui m’a fait presque buter dans l’avancée de l’histoire que j’aurais trouvée certainement très bien racontée autrement… (l’histoire est racontée en alternance par Margot et par son frère)

J’ai découvert ce roman lors de ma quête de romans steampunk (que vous pourrez redécouvrir ici) et j’avais plutôt décidé de ne pas en parler. Mais là je m’y remet à cause du Challenge de GeishaNellie et de l’envie que j’avais de promouvoir ce genre en particulier, même si du coup ce n’est pas le meilleur livre pour ça!! Mais je sais qu’il existe par ici des fans de Fabrice Colin…

C’est pas grave, vous pouvez toujours relire mon billet sur Homonculus que pour le coup j’avais beaucoup aimé!!

Le Palais des mirages de Hervé Jubert

7 avr

35980859_p

Pendant l’exposition universelle de 1900, Clara Charpentier joue la fée dans le Palais des Mirages conçu par son père. Un soir un accident, à défaut de lui coûter la vie, lui permet de rencontrer Lucas Sandstrom, suédois mystérieux investie d’une mission non moins mystèrieuse…

Autant dire otu de suite que je n’ai pas aimé ce live et que j’ai été déçu par rapport au précédent que j’avais lu, le quadrille des assassins…

J’ai trouvé le décor très agréable et très bien rendu, mais l’histoire m’a paru confuse. Même si je dois reconnaitre qu’Hervé Jubert à le chic pour mener son histoire où on ne l’attend vaiment pas (ce qui est, je trouve, plutôt une qualité) alors qu’il part sur un sujet super bateau du type "un groupe de personnes malfaisantes et ne pensant qu’à leurs intérêts on décidé de faire s’incarner une puissance maléfique"  et bien cette histoire ne m’a tout simplement pas convaincue.

Pourquoi utiliser les divinités nordiques? (bon ok, il fait ce qu’il veut…) Pourquoi  (attention, emportée dans mon élan, je dévoile quelques  rebondissements, même si le fait de savoir que les méchants ne gagnent pas n’est pas vraiment une surprise, la surprise viens après) une fois que les méchants ont échoués, ils ne semblent pas en avoir grand-chose à faire? Pourquoi nous faire croire à une possible histoire d’amour et puis finalement non, comme si il avait changé d’idée en cours de route (bon vous me direz, comme ça on ne s’y attend pas, c’est bien) ? Pourquoi… Mais là si je continue, je vais vraiment raconter la fin!! Ah si, encore : j’ai trouvé tous les passages sur la disparition du grand frère complètement appuyés et, j’ai découvert plus tard, complètement orientés aussi, du coup. J’ai trouvé bizarre  aussi les parents qui tout à coup se séparent alors qu’on nous explique bien au début à quel point il sont fait l’un pour l’autre… (Allez j’arrête vraiment sinon c’est mon billet qui va devenir vraiment confus:-)

Bref, je voulais parler quand même de ce roman car il pour cadre Paris et du coup avec mon swap je suis en plein dedans. Mais, autre mauvais point, j’ai lu ce livre il y a trois semaines et là quand j’ai voulu m’y remettre, j’avais tout oublié, il a fallu que je recherche loin dans ma mémoire pour me rappeler de tout ça (mais vous avez vu quand je suis partie, finalement je ne m’arrête plus!!).En plus je n’ai pas aimé le style employé dans ce roman que j’ai trouvé un peu grandiloquent par moment, ce que je n’avais pas du tout trouvé dans son autre roman. Finalement, il faut vraiment que je lise la série des Blanche dont j’ai emprunté le tome 1 depuis janvier pour me réconcilier (j’espère!!)!

Rassurez vous, à part moi, les autres ont aimés, alors peut-être qu’à vous il parlera…

Les avis de Alwenn, de Laure et de Clarabel

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 40 autres abonnés