Archives de Tag: Bien

Porcelaine, légende du tigre et de la tisseuse d’Estelle Faye

28 fév

9782361830977FSChine, vers l’an 200. Xiao Chen est un comédien errant, jeté sur les routes par un dieu vengeur. Un masque à forme humaine dissimule son faciès de tigre, tandis que son cœur est de porcelaine fêlée. Son voyage va durer plus de mille ans. Au cours de son périple, il rencontrera Li Mei, une jeune tisseuse, la Belle qui verra en lui plus qu’une Bête. Celle qui, sans doute, saura lui rendre son cœur de chair. Cependant Brume de Rivière, fille-fée jalouse et manipulatrice, intrigue dans l’ombre contre leur bonheur.

Pendant presque quinze siècles, rivalités et amour s’entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice, sur fond de magie et de théâtre. (résumé éditeur)

Le challenge hivernal de Lhisbei est aussi l’occasion de rattraper certaines chroniques de livres lus depuis plusieurs mois mais dont je n’ai jamais parlé ici. Même si je pensais que c’était fait! Du coup je me rends bien compte qu’autant pour certains livres ça ne me pose aucun problème de faire mes chroniques bien plus tard autant pour d’autre c’est plus difficile, alors même que j’en ai un bon souvenir et serais tout à fait prête à me replonger dans un livre d’Estelle Faye…

Vous aurez bien compris que je n’ai en fait pas grand chose à dire sur ce livre mais que je vais le dire quand même!! :lol:

Ce livre nous raconte une histoire d’amour à la manière des légendes d’autrefois, avec une action qui se déroule sur plus de 1000 ans. Le personnage de la jeune tisseuse est celui que j’ai le plus retenu et qui de fait est assez touchant par son obstination à reconquérir le cœur de son amoureux, rendu oublieux par la faute d’un sortilège (si je ne me trompe pas).

Une belle histoire donc que vous pouvez lire si vous aimez les histoires d’amour et les vieilles légendes! De plus les Moutons électriques nous offrent une fois de plus un bel objet, avec une couverture magnifique, ce qui ne gâche rien!!

91800431

Le Magicien d’Oz de L. Franck Baum

2 fév

9782749116051FSLe fait de voir le magicien d’Oz à toutes les sauces ces derniers temps m’a fait comprendre que ce livre était un véritable classique aux Etats-Unis. Il ne fallait donc pas plus que la sortie de tout le cycle (une dizaine de romans en tout alors que jusqu’à maintenant nous n’avions que le premier) pour me décider à le lire.

En effet on connait tous les aventures de Dorothy grâce au film avec Judy Garland ou plutôt on croit les connaitre! Du coup, je vous annonce d’entrée de jeu que je ne vais pas ménager le suspens. Si jamais vous n’aviez jamais entendu parler du magicien d’Oz et que vous vouliez le découvrir par vous même, passez votre chemin!

Tout d’abord j’ai été assez surprise de lire un livre qui s’adresse vraiment aux enfants, d’ailleurs je me demande s’il est possible de trouver des versions peut-être pas intégrales mais illustrées pour les plus petits, tellement cette histoire est inoffensive! Ce qui est d’ailleurs le but de l’auteur, avoué dans sa préface où il dit qu’il faut ranger les contes parmi les classiques et qu’il n’est pas besoin de faire peur aux enfants pour leur offrir des histoires merveilleuses, ce qu’il appelle les nouveaux contes (j’ai la flemme de recopier son introduction, désolée!).

Et de fait, il ne se passe pas bien grand chose d’effrayant la dedans : la première méchante sorcière de l’est est tuée par accident quand la maison se pose sur elle, la gentille sorcière du nord vient déposer un baiser sur le front de Dorothy afin que personne ne puisse lui faire du mal pendant son périple jusqu’à la cité d’Emeraude et quand il faudra combattre la méchante sorcière de l’Ouest et bien un seau d’eau jetée sur elle la fait fondre…

Je suis par contre étonnée par le peu de présence du magicien d’Oz lui-même, même si le peu qu’on en voit pose les bases du film qui est sorti récemment sur lui.

Par contre, j’ai failli acheter ce volume et je ne regrette pas de l’avoir finalement emprunté à la bibliothèque car je ne suis pas plus emballée que ça par l’idée de lire la 2ème histoire… Comme je disais, ce livre s’adresse vraiment aux enfants et non aux ados comme on aurait pu le croire vu la présentation de cette nouvelle édition (plus le film de Disney de l’année dernière qui disons le est beaucoup plus effrayant que ce livre. Et là vous avez tout compris!!).

J’ai quand même beaucoup aimé la plupart des illustrations de Stéphane Levallois (mais pas toutes! :) )

Maintenant je vais (re) regarder le film avec Judy Garland, je pense l’avoir déjà vu mais je n’ai vraiment pas trop de souvenirs…

Fables de Bill Willingham

4 jan

9782365770255FSBlanche-Neige, le Grand Méchant Loup, le Prince charmant, Barbe bleue, les Trois petits cochons, Pinocchio, etc. Ils sont parmi nous. Ils sont les personnages des histoires de notre enfance, les Fables. Chassés de leurs royaumes par un mystérieux et puissant Adversaire, ils se sont réfugiés dans le seul monde qui ne semble pas intéresser leur ennemi, le monde des Communs, le nôtre. Depuis des siècles maintenant ils vivent discrètement parmi les humains. Et leur vie n’est plus vraiment un conte de fées ! À Fableville, New York, se regroupent ceux qui peuvent s’intégrer, tandis que les autres (cochons qui parlent, singes volants, géants…) vivent à l’écart de l’humanité à La Ferme. Blanche-Neige est une des responsables de cette communauté dont les ennemis d’autrefois ont été amnistiés et où le moindre problème conjugal entre la Belle et la Bête peut menacer l’anonymat des Fables. (source : wikipédia où vous en saurez plus si vous voulez!)

Voilà donc une série que j’ai commencé il y a un moment et que j’ai suivi à peu près jusqu’au tome 15 en étant pas mal accro. L’univers est séduisant et original, pensez, tous les personnages de nos contes de fée qui se baladent entre New York et la fameuse ferme pour les moins chanceux! Il y a beaucoup de personnages avec des caractères bien déterminés, de ce côté là on n’est pas perdu. Les intrigues s’enchainent aussi entre celles qui font avancer la grande histoire (mais qui est ce mystérieux adversaire qui a ruiné le pays des Fables les obligeant à l’esclavage ou a l’exil?) et celles qui nous permettent de mieux connaitre et d’apprécier les personnages principaux ou secondaires.

Il y a aussi tous ces personnages que je ne connais pas ou peu et qui ont l’air plus développés dans l’imaginaire anglo saxon comme Rose Rouge (mais qui diable est-elle?) ou Frau Totenkinder qui devrait nous réserver encore bien des surprises.

Mais voilà : les tomes s’enchainant, une certaine lassitude à pointé chez moi, on sait qui est l’adversaire, il semble même avoir été vaincu alors pourquoi continuer encore jusqu’au tome 20? (et certainement plus?). Cette série à t’elle vraiment une conclusion qui me permettrait d’avoir un avis global? j’avoue que là je n’ai plus suivi…

L’autre point faible de cette série est celui que je reproche à beaucoup de comics : son graphisme. Autant on a de superbes couvertures autant l’intérieur est totalement hétéroclite et des fois ça m’est arrivé de ne pas reconnaitre un personnage juste ne tournant la page… je trouve ça vraiment dommage et ça ne m’aide pas rester concentrée sur une histoire qui emprunte beaucoup de tours et détours!

Sinon l’avantage de cette chronique (notez bien que ma dernière lecture de Fables remonte à au moins un an, si ce n’est plus) c’est qu’elle rentre dans le cadre de deux challenges en plus d’être mon 5ème article en 4 jours! :)

Elle était donc originairement pour le challenge de Lhisbei qui va être toute esbaudie d’avoir une vraie participation de ma part :

91800431

Mais elle rentre aussi dans le challenge sans fin de Mo qui soit dit en passant à l’air de partager mon avis sur la série, il n’y a qu’à voir son avis sur les premiers tomes et ensuite sur les deux suivants)

roaarrr challenge

Profondeurs glacées de Wilkie Collins

3 jan

51spRrpIVJL1845 : On donne un bal à la mairie de Londres pour célébrer le départ de deux navires vers le pôle Arctique, lancés à la recherche du mythique passage du Nord-Ouest et menés par sir John Franklin. 1854 : L’Angleterre est sous le choc. Une enquête vient de révéler le sort de l’équipage dépêché neuf ans plus tôt par-delà le Groenland. Après un terrible hivernage au milieu de L’océan gelé, les hommes ont gagné à pied la terre ferme, bientôt décimés par la faine et le froid. Nécessité fait loi : les explorateurs les plus résistants, livrés à eux-mêmes en pleine nature et soumis à l’impératif de survie, en sont arrivés aux pires extrémités… Des gentlemen anglais, civilisateurs du genre humain. dans le rôle de cannibales ! Le thème avait de quoi tenter un romancier tel que Collins… (résumé éditeur)

J’avais découvert Wilkie Collins en participant à un challenge chez Cryssilda et ça m’avait bien plu! Ce livre-ci trainait sur une étagère depuis car quand je l’ai vu je l’ai tout de suite acheté car j’aime les récits de naufrage dans les glaces… Oui je suis peut-être un peu sadique sur les bords, quand j’étais plus jeune, je ne me lassais pas de romans se déroulant sous la peste, n’importe la quelle!.

Si ce récit ne m’a pas autant transporté que La dame en blanc (dont je ne retrouve aucune trace sur mon blog à mon grand étonnement, comme quoi quand je vous dit que j’ai du mal avec les challenges…) il ne m’a pas pour autant déplut. Déjà on n’est pas dans la même catégorie puisqu’il s’agit ici d’un texte court qui a pour origine une pièce de théâtre et qui a pour particularité d’avoir été pensé avec Dickens, ami étouffant des débuts de Wilkie Collins… L’intérêt est double car la préface nous apprend beaucoup de choses sur cette relation et la genèse de cette œuvre.

Pour l’histoire proprement dite, je ne peux pas m’empêcher d’être agacée par les sentiments exacerbés des personnages qui paraissent par moment tout à fait exagérés, comme la soi-disant promesse de mariage ou d’attente d’un marin engagé dans une grande expédition. Mais en même temps on lit un livre de l’époque victorienne, on ne s’attend pas non plus à ce que l’héroïne ai des enfants hors mariage!!! :lol:

Donc une fois qu’on a admit le sens de l’honneur et des convenances comme allant de soi et bien on ne peut que se laisser prendre dans cette histoire! (vive les naufrages et les conditions extrêmes!! :p)

 

Ghostopolis de Doug Tennapel

10 déc

Couv_146347Frank a un boulot pas trop ordinaire (mais qui n’a l’air de poser de problème à personne dans cette bd!) : renvoyer les fantômes récalcitrant dans l’au-delà.

Garth est un ado atteint d’une maladie incurable et probablement mortelle… C’est deux là vont se rencontrer dans des conditions pas forcément idéales puisque Frank va accidentellement envoyer Garth dans l’au-delà…

Il va essayer d’aller le retrouver avec son amie Claire, fantôme de son état… Ils arrivent dans un au-delà dans un bien mauvais état depuis que Maître Vaugner a pris le pouvoir et règne sur Ghostopolis….

Voilà une bd à l’ambiance un peu déjantée, avec une histoire qui tient la route (sauf un détail qui me chiffonne : Garth veut retourner chez lui mais Vaugner qui voit en lui un rival l’en empêche au moment où il pourrait le faire. C’est quoi l’intérêt à par perdre?) et plusieurs personnages secondaires qui donnent du corps au tout. Elle a été nominée en 2011 dans la catégorie "meilleure bd pour adolescent" aux Eisner Awards 2011 mais peut marcher pour tout public.

Bon après ma fille le réclame pour le lire toute seule, elle a 3ans et demi mais je ne pense pas qu’elle y comprenne quelque chose!! (en tout cas hier il fallait l’appeler Ghostopolis…)

Et bien sûr, si vous voulez un avis encore plus complet c’est chez David que ça se passe!!  Et aussi le double avis de Mo’ et Jérôme supers motivés pour leur lecture commune!

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 37 followers